Invisible inc.

Invisible inc.

J’ai connu Invisible inc en regardant les vidéo-tests d‘Akwartz sur sa chaine. C’est la force de ce youtubeur, il donnerait envie de jouer à V-Rally sur calculette Casio.

Invisible inc. est un jeu d’infiltration de Klei Entertainment , avec une grosse dose de stratégie bien poilue, et qui se joue au tour par tour. Je ne vais pas y aller par quatre chemins: J’a-do-re !!! Je le hurle, je le crie, allez, je vous le mime ! Il est plus que addictif.

Amis amoureux du jeu simple, …restez quand même un peu. Au début, tout est plutôt facile, et après, plus vous progressez, plus il faut prendre son temps et bien calculer chacune des actions des personnages que vous allez prendre, des upgrades que vous allez leur donner etc… Mais, me direz vous, n’est-ce-pas le lot de tout jeu vidéo ? La difficulté augmente à la longue. Bon là, je vais vous l’avouer, ça bafouille et ça recommence les niveaux. (Oui je parle à la troisième personne, j’ai le melon). Mais comment vous expliquer… Je n’aime pas trop trop les jeux compliqués d’habitude. Et bien là, je vous le dis mais je ne vous le mime pas, je ne m’en lasse pas. Je n’arrive pas trop à savoir pourquoi. L’ambiance, le fait que je matte des vidéos où les mecs y arrivent tout en causant ? Et puis on sent que c’est faisable, et ce qui me va bien, c’est que le jeu est en pause permanente. C’est à dire que vous pouvez prendre votre temps pour jauger la situation, donner les ordres, hacker telle ou telle caméra… Je peux plisser les yeux, puis les ouvrir un peu car je n’y vois plus rien, mais j’analyse, je dubite, en deux mots: je m’amuse!

L’histoire, il ne faut pas trop chercher le truc du siècle. L’intro, un superbe petit dessin animé, vous montre  les méchants « La Corporation » qui vous traque et vous vous barrez, lâchés comme des truites trop jeunes. Vous avez avec vous Incognita. Une sorte de super intelligence artificielle qui va vous aider à hacker des caméras, des robots, des serveurs… (Garçon ! Un café s’il vous plait!)(Primé en 1982 à la blague d’or).

Vous commencez avec Decker, Brian Decker. Avec lui, vous avez le choix, et je vous y invite grandement, à faire le petit tutoriel pour vous apprendre les premiers rudiments. Le truc qui est un peu pénible c’est que tout est en anglais. Alors c’est un anglais facile d’accès, certes, mais les phrases passent trop vite à mon goût. Alors, pour faire simple, même sans rien paner à l’english, lisez juste les objectifs des missions. En gros je vous la donne en mille Emile: Trouver des objets/personnages/etc, et vous casser. Tout ça sans tuer personne, et éviter au possible de vous faire repérer. Ensuite vous aurez des compagnons (libérés au fur et à mesure des missions) pour former une équipe idoine. Un peu comme dans Mission Impossible. Chaque agent amenant ses compétences plus ou moins développées.

 

Il y a un décompte. Vous avez 72 heures pour améliorer tous vos agents à travers toutes ces missions, avant la fin pour la mission qui tue. Il ne sera peut-être pas possible de faire tous les scénarios, à vous de gérer votre avance selon le temps qui s’écoule. Vous pouvez mettre 4 ans hein, c’est juste 72 heures virtuelles.

Quand je dis qu’il faut éviter de tuer les gardes, vous verrez que plus vous avancez dans une mission, plus le niveau d’alerte grimpe, et un garde tué, une caméra ou un droïd qui vous repèrent, c’est la jauge d’alerte qui monte. Plus elle grimpe, plus il y a de gardes etc etc… Vous pouvez mettre KO tous ces « obstacles », mais au bout de quelques tours, ils se réveillent. Il faudra aussi le gérer…

Au fait, votre chef s’appelle Central. En voilà un joli prénom. Vous cherchiez comment appeler votre future fille ? Vous hésitiez entre Chaudière et Vestibule ? Téléphonez à votre compagne, ce sera Central.

J’ai envie de comparer ce jeu à une bonne partie d’échec. Et ça tombe bien, on progresse par l’échec. Enfin … moi. Vous avez le droit à plusieurs rewinds (Si vous perdez, vous revenez au tour précédent). On peut activer jusqu’à 99 rewinds. OUI J’AI PRIS ÇA ! ET ALORS ? … Je sais, c’est une honte pour les puristes.

Inutile de vous dire que question rejouabilité, avec les différents niveaux de difficulté et les méthodes alternatives de procéder, vous pourrez améliorer le score de chacune de vos missions.

Je vous invite chaudement à regarder la série de vidéos d’Akwartz sur Invisible inc. Je me suis basé sur une de ses tactiques: Je ne prends pas l’objectif de suite, je repère la sortie avant. Vous comprendrez vite pourquoi en jouant. Ça aide bien au début. Prenez soin de vos agents, vous pourrez en perdre à tout jamais le cas échéant…

Voilà, c’est le jeu à avoir absolument. Un p’tit niveau par ci, un p’tit niveau par là. Pas plus, car après, j’ai envie de tuer des chats.

Voici la playlist d’Akwatz sur Invisible Inc. Pensez à vous abonner à sa chaîne.

Grobidüch - Général Saucisse
Suivez moi

Grobidüch - Général Saucisse

Redacteur en mi-chef chez Gameovert.net
Joueur mauvais depuis la fin du jurassique, je n'ai pas de préférence (PC, Mac, Consoles, courses, jdr, stratégie, etc...) mon principal but est de vivre de belles histoires et de me marrer accessoirement.
Grobidüch - Général Saucisse
Suivez moi

Les derniers articles par Grobidüch - Général Saucisse (tout voir)

Invisible inc. PC

Avis de l'auteur
Invisible inc. PC
85

Amusement

9/10

    Graphisme

    8/10

      Chalenge

      9/10

        Gameplay

        8/10

          Les plus:

          • L'ambiance
          • Le chalenge
          • La musique finalement
          • Rejouabilité
          • Le rewind (oui je sais...)

          Les moins:

          • L'anglais qui passe trop vite, du coup j'ai mis un peu de côté le background
          • Ze english who passing trop vitouz
          Précédent Dominion, un test super mignon
          Next Albion Online - Alpha d'été annoncée !

          Vous pourriez aimer aussi

          The Vanishing of Ethan Carter – PS4 / PC

          L’année passée, 2014, est sorti sur PC un jeu considéré comme « étrange » de par son concept, j’ai cité « The Vanishing of Ethan Carter ». Pourquoi étrange ? Tout simplement car, c’est

          Rocket League PC-PS4

          Rocket League, de Psyonix, est un jeu tout bête dans le principe, mais si bon ! Imaginez un jeu de foot, mais à la place de joueurs, vous dirigez… une voiture

          Deus Ex : Mankind Divided, action…discrète!

          Pas de petits orteils résistants aux coins de meubles, mais des pieds capables d’encaisser des chutes de 10 étages… bref pas le genre de produits que l’on verra au télé-achat du matin.

          0 Commentaire

          Aucun commentaire pour le moment

          Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

          Laissez un Commentaire :

          *