Les jeux vidéo sont ils un sport?

Les jeux vidéo sont ils un sport?

Quelle que soit votre opinion sur la question, lisez la suite avant d’y répondre. Vous pourriez être surpris. Ou ne lisez pas, je suis l’introduction à un article, pas un flic, vous faites ce que vous voulez.  ¯\_(ツ)_/¯ Mais quand même.
flic

Et sans hausser les épaules!

Les jeux vidéo sont ils un sport?

Pour répondre à cette question, il faut déjà se pencher sur ce qu’on entend par sport, car en discutant avec des gens, on s’aperçoit vite que les définitions varient d’une personne à l’autre, et que sans s’en rendre compte, les définitions que l’on peut en avoir sont parfois trop vagues, ou trop restreintes. Donc une fois n’est pas coutume, dans un article sur les jeux vidéo, on va parler de jeux pas vidéo, voir même de trucs qui font suer à grosses gouttes, j’ai nommé, les sports.

 

Qu’est ce qu’un sport?

Wikipédia nous dit:

Le sport moderne se définit par quatre éléments indispensables :

  • La mise en œuvre d’une ou plusieurs qualités physiques : activités d’endurance, de résistance, de force, de coordination, d’adresse, de souplesse, etc.
  • Une activité institutionnalisée, ses règles tendent à être identiques pour l’ensemble de la planète.
  • Une pratique majoritairement orientée vers la compétition.
  • Une pratique fédérée (sous la tutelle d’une fédération sportive).
sportifs

Je n’ai rien contre les sportifs, je l’ai été moi même, ça arrive à tout le monde, vous savez?

Je ne vais pas vous remettre l’article complet de wikipédia, si vous en voulez plus vous savez où le trouver. Moi, ce qui m’intéresse ici, c’est de voir point par point ce qui est important pour qu’un sport soit qualifié de sport.

 

I) La mise en oeuvre d’une ou plusieurs qualités physiques: Probablement la première chose à laquelle on pense, le sport se doit d’être sportif, physique. La lecture ne peut pas être considérée comme un sport, désolé messieurs dames, c’est plus intellectuel que physique. Une activité qualifiée de sport doit donc intégrer une partie physique, quelle qu’elle soit, comme cité dans le point vu plus haut. Mais celle-ci n’est pas plus importante que les trois points suivants.

image0

Le sport ça aide, mais la classe, c’est naturel. Ci dessus: Pas moi.

II ) Une activité institutionnalisée: Déjà, on y pense moins, mais oui, un sport doit être institutionnalisé. Donc le BMX, le skate-board, le surf, et tous ces sports, n’étaient que des loisirs, et pas des sports, tant qu’ils n’ont pas été dotés de règle à l’effet plus ou moins mondial. Je parie que vous n’y aviez pas pensé à celle ci, mais c’est vrai. C’est pas moi qui le dit, c’est wikipédia, larousse (en moins précis cependant) entre autres. Alors même qu’il faut être sacrément « sportif » pour faire du BMX ou du skate, ce n’est encore une fois que considérer la partie physique si l’on s’en tient à cela pour dire que c’est un sport.

 

III) Une pratique majoritairement orientée vers la compétition: L’idée ici est qu’un sport doit pouvoir se pratiquer en compétition, pas que l’on en fait forcément. On considère le sport dans son ensemble, pas les pratiquants. Donc il doit exister des tournois, des compétitions, et des règlements utilisables pour ceux-ci, auxquels on peut participer. Là encore, on n’y pense pas forcément quand on définit un sport. Ce point ci par exemple enlève du premier coup quasiment tous les jeux vidéo qui se jouent en solo uniquement, je pense à The Witcher par exemple, dont la pratique ne peut pas se faire en compétition.

 

IV) Une pratique fédérée: Il doit exister une institution au dessus des clubs et des associations, qui renforce les règles, les fait évoluer, et sans laquelle on ne peut pas participer aux compétitions, ou autres événements justement. Par exemple, tant que vous n’avez une licence de la FFJ (Fédération Française de Judo) à jour, même si vous êtes dans le club depuis 6 mois, vous ne pourrez pas participer à une compétition. Le club risque aussi des problèmes d’assurance, entre autres, donc il ne faut pas prendre ceci à la légère.

la piste

Oh là là la course s’emballe, Link tente le rush Middle avec 2 flash une HE mais Mario est sur ses talons et le heavy va la ganker, il ne reste que quelques secondes pour faire sauter la bombe sinon les terroristes auront gagné! QUEL SUSPENSE MESDAMES ET MESSIEURS

Voilà, c’était long, mais on a bien déblayé le terrain. Petite parenthèse, la pétanque, c’est un sport, vé! De même que le curling…

En quoi ces caractéristiques s’appliquent elles aux jeux vidéo, alors? On va pouvoir y répondre, doucement, doucement!

On va les prendre dans l’autre sens, et partir d’un exemple qui fait débat, les MOBA, ou Multiplayer Online Battle Arena. Pourquoi ces jeux là spécifiquement? Parce que ce sont ceux-ci qui cherchent le plus à se qualifier comme e-sports aujourd’hui. Il y en a d’autres, mais ce sont les MOBAS qui sont les plus susceptibles de tomber dans cette catégorie. Je fais pour la première fois référence au à l’expression « e-sports », que désigne-t-elle? Grosso modo, pour raccourcir, elle désigne les jeux vidéo qui remplissent toutes les caractéristiques faisant d’eux des sports. On parlera d’e-sports, et non pas d’e-sport, car si on devait comparer les jeux vidéo et les sports classiques, chaque jeu vidéo serait un sport différent. Donc on ne va toucher ici qu’aux MOBA, pour faire simple, mais si le coeur vous en dit, vous pouvez essayer de voir quel jeu se qualifie comme e-sport autrement, il y en a beaucoup.

Les jeux vidéo se qualifient-ils comme sport?

V) Est ce qu’on peut dire que jouer à un MOBA est une pratique fédérée? Certainement. Si vous essayez Smite, vous verrez que vous pouvez participer à des compétitions officielles, et que celles-ci se déroulent toutes sous l’oeil vigilant d’Hirez Studio, l’éditeur du jeu. Impossible de se soustraire à l’une ou l’autre des règles éditées sans être sanctionné, ou banni. Et cela est vrai pour tous les MOBAS, League Of Legends, Dota 2, pour ne citer qu’eux. De plus, il est impossible de ne vouloir créer ne serait-ce qu’une organisation rivale, car le jeu est fourni par la fédération elle-même. L’éditeur joue donc le rôle de la fédération dans les E-sports, ce point là est donc valide en faveur des jeux vidéo.

 

VI) Est ce qu’on peut dire que jouer à un MOBA est une pratique tournée vers la compétition? Totalement! Vous pouvez décider à tout moment de faire des parties compétitives, d’affronter d’autres joueurs dans des matchs classés, ou tenter de participer à des compétitions officielles avec votre équipe. Bien souvent, les réglementations  des compétitions vont jusqu’à imposer le nombre de joueurs dans l’équipe, le nombre de remplaçants, etc. Juste comme… les équipes de foot. Marrant non? C’est presque comme si c’était tout pareil! En pratique, dans le football comme pour Smite, tout est fait pour que le jeu soit équilibré entre les compétiteurs, avec des arbitres, une réglementation, des organisateurs. Il n’est pas de point dans les sports classiques qui n’ait son équivalence dans les grandes compétitions de jeux vidéo. Un point pour eux!

 

VII) Est ce qu’on peut dire que jouer à un MOBA est une activité institutionnalisée? Et bien, à ceci je vous dirais: Essayer de jouer à un Moba sans respecter les règles en compétition internationale, c’est un peu comme arriver avec son propre ballon pour la coupe du monde de football, et insister pour que l’autre équipe en utilise un autre à chaque fois qu’ils mettent la main dessus (ou le pied, je crois que le foot c’est au pied). Ou tiens, pas mal non plus, c’est comme essayer de payer la fédération internationale pour avoir des avantages! Ça, c’est le genre de truc impensable, dans les « vrais » sports. Et bien, sarcasme de coté, je vous dirais que c’est encore plus compliqué dans un jeu vidéo, car il est très difficile de doper son ordinateur ou son avatar sans que les organisateurs ne s’en rendent compte. Quasiment impossible en fait. De plus, l’organisateur de la compétition étant également le fournisseur de l’objet de la compétition, il a tout intérêt à maintenir celle-ci équilibrée. Si l’UEFA vendait tous les ballons de foot, je ne pense pas qu’ils se seraient amusés à risquer la disparition du football tout entier pour quelques dollars de plus. Peut être qu’ils l’auraient fait, mais c’est très improbable dans le cas d’un jeu vidéo. Je vois bien un arbitre être corrompu par exemple, mais l’éditeur d’un jeu tirer dans le dos de son produit pour de l’argent facile? Les règles sont encore plus intransigeantes et établies dans les jeux vidéo que dans les sports classiques! Donc, un point encore de validé.

VIII) Si je compte bien, on en est à 3 sur 4, et arrive le dernier, celui que vous pensez depuis le début comme étant indéfendable. L’aspect physique. Faire des jeux vidéo, il n’y a rien de moins physique, n’est ce pas? FAUX! Comme dirait l’autre. Déjà, la lecture, c’est moins physique. Les échecs, c’est moins physique, et pourtant c’est reconnu comme un sport depuis plus longtemps, sans que personne n’y redise quoi que ce soit (ou presque personne). Mais bon, si on s’en limite à ça, ça voudrait dire que jouer à la Wii est un sport en soi, puisque c’est une activité physique. Pourtant, je ne partage pas cet avis. On a vu que les jeux vidéo possèdent déjà les 3 points précédents, on va prouver qu’ils possèdent les 4. Que diriez vous si les joueurs de jeu vidéo pouvaient se blesser en jouant, penseriez vous toujours qu’ils n’ont pas d’activité physique? Bien sur, ça ne sera pas aussi spectaculaire qu’une blessure comme celles-ci, mais une tendinite provoquée par la pratique d’un sport qui empêche de continuer, ça reste une blessure.

ea-sports-active-4e266965d2706

Le CIO a seulement demandé à Nintendo le numéro de leur carte de crédit, en échange de la validation des WII sports comme sport olympique. Visiblement, la définition des sports pour les fédération se résume au montant qu’ils peuvent rapporter. Je n’y avais pas pensé, mais c’est intéressant.

Certes, l’aspect physique des jeux vidéos est très limité, visuellement j’entends, car l’action se passe à l’écran, mais il ne faut pas oublier que chaque action visible à l’écran est déclenchée par ce que le joueur y a vu, et par les touches qu’il a pressé. La vitesse nécessaire et les réflexes sont tout, sauf à la portée du premier venu, et nécessitent des années d’entrainement intensif pour atteindre le niveau nécessaire à la scène internationale. Et dans mes livres, la coordination oeil main, la dextérité, sont des capacités physiques. Donc l’aspect physique est effectivement une composante majeure des jeux vidéo, et on arrive avec ceci à notre quatrième point, ce qui valide les e-sports comme étant des « sports » à part entière.

Vous remarquerez au passage qu’on a pas voulu simplement valider chaque jeu vidéo comme étant un sport, mais plutôt faire valider la catégorie des e-sports comme étant valide face aux sports eux mêmes. Les e-sports ont une particularité, celle de se jouer uniquement avec l’appui permanent d’équipements électronique, il est normal qu’on les différencie des sports classiques qui se jouent sans, tout en leur donnant un statut équivalent. Pourquoi fait-on cela, c’est parce que le fait d’être reconnu comme étant un sport entraîne des avantages, et pour la discipline, et pour ses pratiquants. (Visa d’athlètes de haut niveau, etc.) Et actuellement, force est de constater qu’il existe encore de grosses différences dans la façon de traiter et considérer les stars des e-sports, et les stars des sports tout court.

Mais je vous comprend, quand vous ne pensez pas qu’on puisse qualifier les jeux vidéo de sport. Et j’estime que cela vient du fait que souvent, on s’en fait une fausse image. Pour beaucoup, les jeux vidéo, c’est facile, et c’est un loisir. Mais le football pratiqué entre amis rentre dans cette définition également. On fait trop facilement l’amalgame entre sport, et activité physique. Si vous avez été au collège, où au lycée, vous vous rappellerez (surement) le nom de la matière, EPS. Traduit, ça donne Education Physique et Sportive. Si le sport se résumait à une activité physique, ça serait l’EP. (Pour les coureurs du tour de france, l’EPO, et pour les footballeurs, l’EP$)

Mais les joueurs des équipes internationales de MOBA s’entraînent parfois jusqu’à 12 heures par jour pour maintenir leur niveau, polir leurs tactiques, progresser, et maîtriser les arcanes de leur jeu. Difficile de simplement leur dire que cela ne compte pas. A moins que vous ne pensiez que cela ne compte pas, parce que tout ceci est virtuel. C’est vrai, les jeux vidéo sont virtuels, car l’action que les spectateurs regardent se passe à l’écran et non dans la salle. Effectivement, jouer à un jeu vidéo n’aura jamais autant de signification ni d’impact que de marquer un but, ou planter un essai. Je veux dire, un but pendant un match de foot, qu’est ce que c’est? L’accomplissement d’années d’entrainement, de talent, dans le but de prouver qu’on peut marquer. Je veux dire, waouh, deux équipes au sommet de leur art s’affrontent, et l’une d’elle parvient à déjouer l’équipe adverse, et à faire passer une balle en cuir synthétique entre deux poteaux! Sous les regards de leurs sponsors et propriétaires, cigare aux lèvres. C’est beau… Ça donne du sens à la vie rien que d’y penser tiens. Alors que dans un jeu vidéo, on reste devant son écran à manger des chips sans faire d’effort, ni intellectuel, ni physique. Aucun enjeu, pas de sociabilité, rien. Juste des gens tristounets. Triste réalité…

smite’s-bold-esports-ambitions

Regardez ces pauvres hères, seuls face à leurs ordinateurs. Quelle solitude! N’importe qui pourrait faire ce qu’ils font en plus, c’est évident. Le talent et l’entraînement, ça ne compte pas dans les jeux vidéo. En fait les spectateurs viennent pour se moquer d’eux. Par milliers.

Si l’on refuse une légitimité aux jeux vidéo sous prétexte qu’on ne peut pas jouer aux jeux vidéo sans console ou ordinateur, on peut sans trop se tromper retirer tous les derniers record du monde, dans quasiment toutes les disciplines, sprint, natation, etc. Tous les sports à très haut niveau aujourd’hui reposent sur l’enregistrement de données, de simulations, et leur utilisation future, et ces données sont enregistrées sur… des ordinateurs. Les e-sports vont juste un peu plus loin, et leur problème est d’être trop récents par rapport à tous les autres sports que j’ai pu citer, pour avoir leurs lettres de noblesses. Patientez quelques années, le temps que ça rentre dans les moeurs, et ça ne choquera plus personne. D’ailleurs, il n’y a que moi que ça choque de voir du poker sur les chaînes sportives?

Si je répondais à la question posée par cet article, en un mot, les jeux vidéo sont ils un sport, la réponse est non, c’est évident. Tout cet article le prouve. Les jeux vidéo, dans leur ensemble, ne seront jamais un sport. Mais les jeux vidéo qui le veulent peuvent prétendre à se qualifier pour être considérés des e-sports. Et les e-sports sont une catégorie de sports, possédant les mêmes attributs. Si vous passez 2 heures par jour à jouer à candy crush, ne me faites pas dire que je pense que vous faites du sport. Vous jouez à candy crush, c’est différent. Si vous passez 2h par jour à vous entraîner sur smite avec votre équipe pour vous qualifier aux world series, je dirais, bonne chance déjà, mais j’irais plus loin. Je dirais que si vous voulez vous qualifier pour les world series, vous aurez besoin d’entraînement, de détermination, de talent, et de discipline. Et le sport, c’est ça.

Donc essentiellement, ce dont manquent les e-sports aujourd’hui, c’est de la reconnaissance. Les joueurs les mieux payés peinent à franchir la barre du million de dollar par an (hou, les pauvres!) alors que les joueurs de foot les mieux payés gagnent ça à chaque match. Je ne suis pas pour l’argent dans le sport, quel qu’il soit, notez le bien. Mais je suis prêt à parier que si les e-sports étaient aussi bien reconnus que les sports, personne n’irait en critiquer la légitimité. Je préférerais presque, cependant, quand on voit l’actualité, que les choses restent en l’état; et que les carrières de joueurs professionnels restent l’achèvement de rêves de gosses qui se sont consacré toute leur vie à leur accomplissement. Si dans 20 ans l’actualité des jeux vidéo passe plus de temps à décrire les frasques de gens trop riches pour eux qu’à couvrir des événements intéressants, j’aurais un mauvais arrière gout dans la bouche.

 

Akashar

Akashar

Rédacteur chez Gameovert.net
Je joue à presque tout et j'aime ça. J'aime écrire aussi donc ça tombe bien.
Akashar
Précédent Farming Simulator 15 - PC
Next World of Warship est en Beta ouverte

Vous pourriez aimer aussi

Dossiers 1 commentaire

Refaire toute l’Histoire

Peut on traiter l’Histoire comme n’importe quel sujet dans un jeu vidéo ? Quelles sont les conséquences de modifier l’Histoire lorsqu’on se base sur elle ?

4 Commentaires

  1. Daerdedween
    août 04, 09:14 Répondre

    En lisant le titre, j’avoue m’être attendue à un traitement de la problématique plus simpliste et à une argumentation bien différente mais ton article présente une vision tout en nuance qui rend la chose bien intéressante. Je ne m’étais jamais posé la question auparavant (comme la plupart des joueurs occasionnels) mais je crois que ça m’ennuierait aussi beaucoup que l’avenir du jeu vidéo (de compétition) finisse comme tous les sports à se résumer à des histoires d’argent même si je comprend que l’implication qu’y mettent certains justifie une juste rémunération.
    Merci pour ce partage de réflexion !

    • Akashar
      août 19, 12:44 Répondre

      De rien, l’idée de l’article était justement de susciter la réflexion à ce sujet. C’est une question qui va se poser et se pose déjà de plus en plus, et même si tout joueur rêverait d’une reconnaissance qui dépasse la conception étriquée qu’on peut avoir des jeux vidéo aujourd’hui, il ne faut pas qu’ils subissent le même traitement que les sports d’aujourd’hui.

  2. Morrigane
    août 26, 08:41 Répondre

    Bien aimé cet article!
    Il se déploie avec une argumentation nuancée. Et il répond à la même question qui était posée à ma fille qui pratique les jeux vidéo avec parcimonie: c’était presque une bataille entre sport et video. Je vais lui faire suivre ton article, je pense qu’elle sera ravie d’avoir des arguments complémentaires pour étayer ses propos.
    Je pense qu’elle relancera très certainement le débat 🙂
    Merci.

    • Akashar
      septembre 11, 06:51 Répondre

      Il y a beaucoup à en dire, et je ne pense pas avoir fait le tour du sujet! Si ta fille a besoin d’arguments, j’en ai encore dans la manche, peut être pour un autre article! 🙂

Laissez un Commentaire :

*