Layers of fear

Je ne suis pas peureux, juste trouillard...

layersfearbox

Genre: Angoisse – peur

Support de test: Version PC Accès anticipé

Langue: Anglais

Developpeurs: Bloober Team

Acheter sur Steam

Souvent, dans les jeux qui sont sensés vous foutre la trouille, il y a des monstres, des gens lugubres etc, et ça frise le doux nom d’horreur. Par exemple le très bon Outlast de Red Barrels. Mais un jeu d’épouvante, ça ne court pas les rues. Par épouvante, j’entends “jeu qui vous colle les miquettes, mais tout en suggestion”. C’est le cas de Layers of Fear. J’ai vécu un périple des plus angoissants avec ce jeu. (filmé, et je vous invite à visionner tout ça dans les plus brefs délais: ici)

Alors je vous notifie, comme un bon notaire, qu’il s’agit d’un test sur la version “Accès anticipé” du jeu. Donc, cela sous-entend très sérieusement, que le jeu n’est pas fini et qu’il risque d’évoluer avec le temps. Mais ce que j’ai déjà vécu avec Layers of Fear, est déjà très impressionnant. Oui madame.

"Pour moi un jeu, si on ne s’amuse pas, ce n’est pas un jeu"

Moi - Oui j'aime me citer
Du coup, est-ce que Layers of Fear est un jeu, et du coup est-ce un bon jeu ? Mesdames et messieurs, en vertu des pouvoirs qui me sont conférés: OUI

Allez salut ! Note: 10/10

Non, non, non, on va quand même discuter ensemble de tout ça. Calmement. C’est important de le souligner ce “calmement”, car en jeu, on flippe. On commence avec une voix sur fond noir. Un mec rage, et il n’est pas super heureux on va dire. Des bruits d’orage, et nous voilà dans le hall d’entrée d’une maison. On va vite s’apercevoir que c’est plus un manoir qu’une maison vue le nombre de pièces. Au début on sourit: “hahaha, moi peur ? Jamais !”.

Bien ! Check-up parfait ! Vous allez trrrrrès bien monsieur !

Bien ! Check-up parfait ! Vous allez trrrrrès bien monsieur !

On avance libre comme dans un FPS, mais sans arme, en revanche juste une lampe de poche m’aurait rassuré. Non ? Bon ok. On passe la première pièce en tirant la porte avec sa souris ou le champignon de sa manette, petite lumière tamisée, on lit les pages en anglais qu’on trouve sur une table et on ouvre un meuble ou des tiroirs. Puis on aperçoit un message sur une porte qui nous dit que des clefs, celles de l’atelier, sont dans le bureau. (je dis “on” car visiblement, nous ne sommes pas seul dans notre tête). Ok, c’est une quête ! C’est pour moi ! CHEF OUI CHEF ! …J’ouvre une porte, juste à côté, et s’offre à moi, comme par malchance, un couloir sombre et lugubre qui descend visiblement à la cave. A ce moment là, je ne sais pas pourquoi, je déglutie.

Personnellement, je me suis dit : “Bon, tranquille, on ira après, je vois une autre pièce éclairée là-bas !”. Oui, déjà le courage m’avait totalement quitté. Mes meilleurs amis, ceux sur qui je peux compter et qui me sont fidèles, vous diraient: “En as-tu déjà eu ?”. Ce à quoi je vous suggérerais de leur répondre du tac au tac: “Et c’est qui qui ne veut jamais tester les jeux qui font peur car ouuh ouuuh ai fait pipi-culotte ?”.

J’ai lu ici et là, que nous étions dans la peau d’un enquêteur. Alors, je suis mauvais en anglais certes, mais je ne vois pas du tout où on peut trouver cette info. Je vous le dis, pour avoir fini les 5 tableaux jouables de l’accès anticipé de Layers of Fear, moi je ne vois pas du tout qui nous jouons dans le jeu. J’ai ma petite idée. Mais je ne voudrais pas vous spoiler. Et puis, je me trompe peut-être … C’est là qu’est la force de Layers of Fear. On ne sait pas qui nous sommes, on ne sait pas où on va, on ne sait pas qui est le chtarbé qui habite(ait) le manoir, bref, on avance, avec l’angoisse au ventre, et au fil du temps, on est prisonnier d’une intrigue passionnante…et intrigante…car elle passionne….

Bon je vous glisse ma petite idée ? Je vais rester succin: Le personnage qu’on joue semble boiter. Voilà. Je ne dis rien de plus.

Je parle de tableau un peu plus haut, car en fait, il n’y a pas de niveau dans Layers of Fear, mais des sortes de checkpoints, symbolisés par l’atelier du peintre. A chaque fois qu’on le trouve, une sauvegarde se fait en cliquant sur la toile trônant au milieu de la salle. D’ailleurs, au fur et à mesure, une “oeuvre” se dessine et vous découvrirez peut-être un terrible secret…

Oui j’ai sursauté en jouant à Layers of Fear. J’ai joué le soir, tard. Alors comme je flippais vraiment, j’ai joué la journée. Ben très sincèrement, j’ai sursauté aussi. C’est très difficile d’exprimer sa peur par écrit, mais le jeu de Bloober Team est si bien conçu pour vous malmener, qu’il est impossible de ne pas sursauter. Tiens, pour vous dire, pour la vidéo il a fallu que je refasse un épisode déjà fait: Je me suis refait avoir par la mise en scène ! C’est ballot n’est-ce pas ?

Des exemples: Un moment je rentre dans un couloir très sombre. Je passe devant un fauteuil-roulant vide. Vous me connaissez, il y aurait eu un vieux pépé dedans, je l’aurais molesté courageusement. Bien. Je continue, le couloir bifurque, et me voilà devant une porte. Là j’entends un bruit étrange derrière moi, je me retourne et là… je vous laisse la surprise.

2015-10-30_00046

Il est écrit ici: Ne pas regarder derrière… bien sûr, je l’ai fait…

Pareil, à un autre moment, j’observe à travers une fenêtre. Au loin, quelque chose semble s’éclairer. Je me retourne et je vois passer quelqu’un ou… quelque chose. Je mi-flippe, et je poursuis mon chemin. La peur se mi-amenuise, je mi-ouvre une porte, quand tout à coup!… une personne devant moi ! La porte se referme violemment… et je vous passe le reste. Je pourrais vous donner plein d’exemples comme ça, mais vous le savez désormais, se retourner dans ce jeu, c’est se foutre un sacré coup de trouille juste après.

Les décors changent très souvent. On rentre dans une pièce. Trois portes. On regarde celle de gauche, puis on veut aller vers celle de droite, elle n’y est plus. Alors on va vers la précédente, mais elle n’y est plus non plus, et la troisième, pareil. On se retrouve donc dans une pièce sans porte. Alors on tourne, on tourne: rien. Soudain, dans notre dos, une pièce ou un couloir s’est matérialisé à notre insu (de pas notre plein gré du coup hein ? Vous suivez ?). J’en ai les frissons de vous écrire ceci.

Et je ne vous parle pas de la fille qu’on entend pleurer ! Parfois, quelqu’un semble vouloir entrer dans la pièce où vous êtes, il insiste fort, mais vous n’avez pas envie qu’il entre ! Pourtant vous avez gagné le concours de la convivialité en 2012 ! Ensuite, la lumière se coupe et vous ne voyez plus rien, il y a des tableaux qui traversent soudainement un couloir etc etc etc… sursaut, sursaut, sursaut, sursaut… virilité absente.

Les graphismes sont pile poil comme il faut pour que vous vous sentiez mal à l’aise. Déjà ils sont de très bonne facture. C’est vraiment joli, et certaines scènes fourmillent de détails. Les lumières, les ombres, les textures, ajoutez à cela une ambiance sonore des plus flippante, tout est réuni pour faire de Layers of Fear un chef-d’oeuvre de jeu d’épouvante. Vu l’angoisse que j’ai eu, le paquet de sursauts que j’ai déployé sans aucune bravoure et avec une énorme lâcheté, je dis: Bravo !

Je vous invite à regarder la série complète que j’ai tournée, ci-dessous. La peur monte au fur et à mesure des épisodes… (en cours d’upload concernant les deux derniers épisodes).

Grobidüch - Général Saucisse
Suivez moi

Grobidüch - Général Saucisse

Redacteur en mi-chef chez Gameovert.net
Joueur mauvais depuis la fin du jurassique, je n'ai pas de préférence (PC, Mac, Consoles, courses, jdr, stratégie, etc...) mon principal but est de vivre de belles histoires et de me marrer accessoirement.
Grobidüch - Général Saucisse
Suivez moi

Les derniers articles par Grobidüch - Général Saucisse (tout voir)

Layers of Fear

Layers of Fear
8.6666666666667

Trouille

10/10

    Graphismes bien angoissants

    9/10

      Gameplay

      7/10

        Les plus:

        • Montée de la peur graduelle.
        • Ambiance ultra angoissante.
        • Les sursaults de gentleman sur mon fauteuil
        • Les décors qui changent sans qu'on s'en aperçoive.
        • Le prix: environs 10€

        Les moins:

        • Tout est en anglais.
        Précédent Proprio sur la Lune grâce à Anno 2205 !
        Next Grand Ages - Medieval

        Vous pourriez aimer aussi

        Shadow Tactics: Blades of the Shogun

        Nous voici réunis pour parler de Shadow Tactics: Blades of the Shogun, un “commandos-like” sauce samouraï. Très bonnes sensations à la clef !

        Fallout 4 – Radcafard grillé au menu

        La Tome… qui aurait pensé que cette invention Savoyarde pourrait être à l’origine d’une guerre mondiale totale, et enclocher le monde sous un nuage de radiations ? Genre: Rpg Plateforme de

        Hard West, l’ouest comme vous ne l’avez jamais vu!

        Hard West is hard. En fait, non, pas tant que ça. Mais j’aime bien la phrase. Hard West donc, un jeu qui se passe dans le Far West mais qui n’a

        7 Commentaires

        1. Daerdedween
          octobre 31, 00:05 Répondre

          En cette période propice à jouer à se faire peur (oui, j’aime beaucoup beaucoup Halloween !), je trouve que cet article est parfait … Va vraiment falloir que je réinvestisse dans un PC …

          • Grobidüch
            octobre 31, 00:09 Répondre

            Ecoute, je suis peut-être le roi de la flippette, mais je peux te promettre que malgré le plus grand des courages, du recul d’adulte et tout ce qui t’aidera à masquer un quelconque sentiment de trouille… tu sursauteras. Obligé ! Dans SOMA, il y avait une angoisse latente, mais pas vraiment de sursaut. Là c’est typiquement l’ambiance d’un vieux manoir anglais bien hanté à souhait.

        2. Trollinet
          octobre 31, 12:43 Répondre

          En tout cas, voilà un jeu auquel je ne jouerai jamais, je flippe encore plus que toi, je crois…

          • Jolukjg
            octobre 31, 15:08 Répondre

            Moi non plus je n’y jouerais pas. Mais sache cependant que Grobidüch flippe déjà salement quand il joue à Pac Man.

        3. Grobidüch
          octobre 31, 15:27 Répondre

          Si je résume, une bonne partie de l’équipe de Gameovert.net est faite de trouillards ? Sauf la seule personne représentant la gente féminine ? Ben vous savez, c’est super bon d’avoir peur. Ok, un soir, je n’étais pas tranquille. Limite, j’étais prêt à fuir le pays, puis revenir, car je bosse lundi, mais ce jeu ce n’est pas un blagueur. Il dit qu’il fait peur, ben il fait peur.

        4. Akashar
          novembre 01, 12:53 Répondre

          J’ai regardé les vidéos, et honnêtement, ça se sent pas du tout que tu flippe ta race. Ni à ta façon de parler, ni de jouer, ni à tes sursauts, ta façon d’écouter les bruits de ta propre maison… Rien ne trahit le tourbillon d’émotions qui t’habite! 🙂

        Laissez un Commentaire :

        *