MasterIslands : comptez vos îles !

MasterIslands : comptez vos îles !

Compter, c’est bien le maître mot de MasterIslands. Compter et anticiper ! Réfléchir aussi ! Le thème et le design vous ont donné des envie de farniente ? Dommage, parce que vous n’allez pas pouvoir vous la couler douce. Non, non, non ! Pour devenir le Maître des Iles, il va falloir se secouer un peu les neurones. Retour sur un petit jeu de cartes qui a su trouver sa place sur notre table cet été.


boite MasterIslands


Auteur : Julien Sentis
Illustrateur : Boris Moncel
Éditeur : Sofa games
Sortie : 2015
Joueurs : 2 à 4 joueurs
Age : 8 ans et plus
Durée : 10 min env.
Support : cartes
Mécanismes : connexion /arithmétique /stratégie

MasterIslands : un océan, des îles et des bateaux …

« Partez à la conquête du pacifique aux commandes de vos deux galions et devenez le Maître des Iles ». En lisant cela, moi je vois d’imposants bateaux armés jusqu’aux dents, prêts à faire parler la poudre lors d’une bataille sanglante, sur un plateau énorme, comme dans les films. Vous savez, ce plateau tellement grand que pour déplacer votre flotte il vous faut l’aide d’un espèce de grand râteau! Sauf que, même avec beaucoup d’imagination, ça ne tient pas dans une boite de la taille de celle de MasterIslands.

Donc, on oublie toutes les folles idées que l’on pouvait avoir car cette boite contient des cartes et des tous petits bateaux. Un peu léger pour conquérir le Pacifique, me direz-vous. Toutefois, les cartes sont jolies, texturées, d’apparence solide, alors on leur pardonne. De tout manière, il faut accepter l’évidence, la conquête dans MasterIsland ne se fera pas par les armes, elle se fera par les maths …

Le matériel : côté parent Le matériel : côté enfant
avis moyen « Pas le matériel le plus original
mais de la qualité et un design sympa. »
materiel satisfaisant « Les bateaux sont très jolis et les cartes aussi.»

Bon, les cartes, on en fait quoi?

Une chose est sûre, les règles sont simples : chaque joueur commence avec 3 cartes dans les mains et 2 pions galions de la couleur choisie. La première île de l’océan est piochée dans les cartes restantes et placée au milieu de la table, avec tous les galions dessus. Puis, chacun leur tour, les joueurs vont réaliser les 3 phases d’un tour :

  • poser une carte et déplacer un galion,
  • collecter les cartes conquises si elles forment un alignement dont la somme des valeurs est égale à 10,
  • piocher le nombre de cartes nécessaire pour avoir 3 cartes dans sa main.

La partie s’arrête lorsqu’un des joueurs récupère de 8 à 12 cartes, selon le nombre de joueurs.

 

On est d’accord, c’est la version super courte, super résumée des règles pour vous donner un aperçu de la façon de jouer. Pour les détails, je vous laisse découvrir la règle complète!

Mais ne serait-ce pas trop simple ?

Honnêtement, faire une ligne de 10 n’est pas très compliqué. Ce qui le devient, c’est de ne pas offrir cette ligne à ses adversaires, donc être le premier à obtenir le bon nombre de cartes. C’est à ce moment qu’intervient la notion de stratégie et qu’on arrête de simplement poser/ramasser des cartes.

Le jeu : côté parent Le jeu: côté enfant
satisfait « Dynamique et plus riche qu’il n’y parait. »  «  J’aime bien devoir bouger
les petits bateaux sur les iles de couleur
mais c’est parfois dur de compter.»

Un jeu qui est ce qu’on en fait !

Finalement, MasterIslands révèle son intérêt au fur et à mesure des parties et permet de faire passer le temps de manière tout à fait sympathique. En revanche, mieux vaut prévoir de l’espace. C’est vaste l’océan !

En outre, au delà de son caractère ludique facile d’accès, il prend une dimension pédagogique intéressante avec le recours au calcul. Envisager toutes les combinaisons pour arriver à 10, c’est relativement simple mais très formateur ! Bien sûr, selon l’aisance de l’enfant, on compte sur les doigts, on l’aide, on sort le boulier… Peu importe la manière du moment qu’on en fait pas un exercice de maths acharné.

Enfin, un dernier conseil: pour entrainer quelqu’un dans une partie, évitez de mettre les maths en avant ! Avec la plupart des gens, ce n’est pas le meilleur argument ! Faites comme sur la boite, vendez du rêve, du soleil, du dépaysement et les mécanismes du jeu feront le reste.

Le plaisir : côté parent Le plaisir : côté enfant
satisfait « A prendre pour ce qu’il est (un jeu simple et rapide), MasterIslands permet des parties fun qui cachent bien leur jeu en terme d’apprentissage. » satisfait « Je prend un très grand plaisir à y jouer mais c’est mon « moyen préféré » »

Et vous, dites moi, vous avez joué à quoi cet été ?

Daerdedween

Daerdedween

Rédactrice chez Gameovert.net
Combinant ma passion des jeux de société au plaisir d'être maman, je partage mes coups de coeur et mes expériences ludiques
Daerdedween

Les derniers articles par Daerdedween (tout voir)

Précédent The Witcher III : Blood and wine
Next Les Soldes de la rentrée chez GOG !

Vous pourriez aimer aussi

Abracada Quoi? : tombez sous le charme !

Comme vous disait Grobidüch, Abracada Quoi? me faisait de l’œil. Grâce à Asmodee, nous avons pu le tester en famille. C’est donc avec un plaisir non feint que je vous le

Pour les plus jeunes 4 Commentaires

Inviter des jeux en vacances (Part. 1)

Souvent, les jeux de société sont associés au mauvais temps, aux journées pluvieuses, venteuses, neigeuses, aux longues soirées d’hiver. S’il est indéniable qu’ils sont, dans ces moments là, de précieux

Pour les plus jeunes 4 Commentaires

Gallina City : pagaille dans la basse-cour

Ah! Ce jeu ! Il me faisait de l’œil dans sa petite boite en métal, avec ses jolies cartes aux couleurs acidulées, ses dessins rigolos et cette promesse : un

0 Commentaire

Aucun commentaire pour le moment

Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Laissez un Commentaire :

*