Northgard

Northgard

northgardTitre : Northgard
Français: Textes
Genre : Indépendant, Simulation, Stratégie, Accès anticipé
Développeur : Shiro Games
Éditeur : Shiro Games
Date de parution : 22 fév 2017
Dispo sur Steam et chez notre partenaire: Gamesplanet


N’y allons pas par 4 chemins, Northgard est une petite pépite pour tous les amoureux de RTS, de jeux de gestion et de barbares virils. Un petit jeu pas si petit que ça finalement, et follement prenant.

 

Au nord tes ancêtres.

Vous voici donc propulsé à la tête d’une petite tribu nordique sur une map dont vous ne verrez au début qu’une seule zone. Tout le reste vous est inconnu et est dissimulé par un épais brouillard de guerre. Chaque zone a une forme libre et différente de ses voisines, et elles ont presque toutes des particularités (forêt, champ, pierre sacrée, boss…)

Après avoir choisi votre clan de départ (parmi 3 disponibles) donnant accès à divers bonus, vous disposez au début de 3 simples villageois et d’une maison « communale », centre névralgique de votre village, dans laquelle on imagine de jeunes vikings venant faire tinter leur chope de cervoise, accompagnés par les chants enivrants des skalds. Mais halte ! Ne lambinons pas, Northgard se joue en temps réel, pas question de s’endormir ! Il va falloir placer vos premières constructions afin de développer le village sans tarder. Ces constructions auront un coût, souvent en bois, parfois en pierre ou en kröwn, la monnaie locale. Ces bâtiments vont, pour la plupart, permettre d’affecter 1 ou 2 villageois afin de les spécialiser dans toute une série de métiers indispensables au développement du clan : guerrier, guérisseur, marchands, chasseurs, éclaireurs, bûcherons etc etc…

Winter is….is super froid, quoi.

Il va falloir gérer également la production de nourriture, et c’est là où l’équilibre va être assez délicat : Les villageois de base ont pour tâche automatique de cueillir de la nourriture. Si vous créez trop de spécialistes, vous finirez par ne plus récolter assez de denrées pour nourrir le clan. Et si les stocks s’épuisent, c’est la famine. La gestion de vos stocks de nourriture, de bois, de pièces et autres sera donc essentielle pour remporter la partie. Et loin d’être un long fleuve tranquille, les events réguliers et le passage annuel de la saison hivernale vont vous obliger à vous adapter en permanence.

Au fur et à mesure du jeu, vos éclaireurs vont permettre de lever le brouillard de guerre zone par zone. Si elles sont libres, vous pourrez les coloniser en payant un coût en nourriture. La présence d’un ennemi (autre joueur ou animaux/monstres gérés par l’IA) vous oblige par contre à d’abord nettoyer la zone en envoyant vos guerriers.

Northgard

La map qui se découvre peu à peu.

Les chemins de la victoire peuvent, tout comme à Civilization, emprunter plusieurs sentiers : domination, renommée, culture ou commerce. Il existe même une 5ème possibilité, avec la présence d’une zone spéciale renfermant un portail démoniaque : Si vous arrivez à contrôler cette zone pendant un an, et ce malgré les sorties régulières de monstres, vous gagnez la partie.

Northgard

Les progressions en temps réel de chaque joueur vers les différents types de victoire.

Les principes de base du jeu sont donc assez habituels et la prise en main est simple. Le nombre de bâtiments et de critères à prendre en compte est bien calibré pour que l’on ait de quoi se casser la tête sans tomber pour autant dans la complexité des jeux pointus de micro-gestion. Il faut compter environ 1 H 30 pour boucler une partie.

Northgard est encore en accés anticipé, mais on peut dresser un premier bilan :

Les plus :

  • Les graphismes, d’une part, sont très plaisants, avec ses personnages tirant sur le cartoonesque. Les effets météo sont aussi bien rendus, jouant parfois sur la visibilité, comme le blizzard, qui va vous obliger à zoomer pour arriver à vous y retrouver au milieu de cette purée de pois.

    Northgard

    Un petit hommage à nos amis chasseurs, en pleine action. Non parce qu’il y a les bons chasseurs, et les mauvais chasseurs.

  • L’équilibre du jeu est intéressant également, car la prise en main est simple. La victoire, elle, n’est pourtant pas toujours si aisée à décrocher. Une mauvaise situation de départ va vous obliger à une gestion, si ce n’est rigoureuse, du moins attentive, du nombre de vos habitants et de vos spécialistes.
  • L’existence d’un système de saisons qui, outre le rendu graphique enneigé quand l’hiver arrive, vous oblige à être prévoyant et à faire des stocks. En effet, quand le froid se pointe, vos habitants vont être bien plus gourmands en nourriture et en bois.
  • Des events aléatoires apparaissent également ça et là. Il peut s’agir d’un loup d’une zone voisine qui vous attaque et qu’il va falloir tuer, ce qui constitue un léger contre-temps. Mais certains vont s’avérer beaucoup plus décisifs. En effet, à intervalles réguliers, le jeu vous signale qu’un event majeur va avoir lieu, ce qui vous laisse le temps de vous y préparer, et heureusement ! Quand les sages vous annoncent qu’un blizzard va vous tomber sur le coin de la figure au prochain hiver, vous avez tout intérêt à vous faire plus fourmi que cigale. (J’ai déjà perdu une partie sur un tel event mal anticipé). Cela peut être également une invasion de monstres surgis de l’au-delà qui est annoncé, ou bien un tremblement de terre qui est prévu. Chacun d’entre eux vous demande une préparation spécifique et cela ajoute beaucoup de dynamique au déroulement de la partie.
  • Un système de points de savoirs qui vous permet de débloquer des bonus et de personnaliser votre tribu.
Northgard

Longue est la route du savoir !

Les moins :

  • Les personnages sont un chouïa petits, ce qui fait que parfois on les cherche, perdus au milieu des décors. Il y a bien un tableau récapitulatif pour les sélectionner, mais on a parfois du mal à situer tel ou tel villageois.
  • L’arrivée un peu trop rapide de certaines victoires. En mode facile, voire en normal, on peut parfois gagner une partie sans jamais avoir réellement affronté un adversaire sur la durée.

Les attendus :

  • Le mode campagne à venir, et surtout le mode multi, que j’attends avec impatience. Contrairement à d’autres jeux plus lourds, une partie de Northgard peut être bouclée en une soirée.
  • Des paramétrages plus pointus : définir le type ou la taille de la carte, prévoir des options de jeux (hivers plus rudes, ou plus courts, ennemis plus sauvages ou plus calmes etc etc…)
  • Plus de tribus disponibles (seulement 3 pour l’instant)
Northgard

Allez, plus vite que ça, bande de feignasses !

En conclusion, je ne saurai que vous recommander de foncer sur Northgard. Et pour vous faire une idée encore plus précise, n’hésitez pas à jeter un oeil aux vidéos à venir.

Trollinet

Rédacteur chez Gameovert.net

Les derniers articles par Trollinet (tout voir)

Précédent Saint Valentin chez GOG.com
Next Un petit tour au Festival International des Jeux à Cannes

Vous pourriez aimer aussi

Fifa 16 – Le test PC

J’ai bien cru qu’on ne pourrait pas vous parler de Fifa 16. Je pensais même être obligé de tricher et de faire un test déguisé avec Fifa 98. La supercherie

Bienvenue sur Terraria 1.3, durée du séjour: Trèèèèèèèès longtemps

J’ai acheté, (ou un copain m’a offert/forcé à jouer je me rappelle plus) Terraria, peu après sa sortie il y a de cela quelques années. J’y ai un peu joué,

Shadow Tactics: Blades of the Shogun

Nous voici réunis pour parler de Shadow Tactics: Blades of the Shogun, un « commandos-like » sauce samouraï. Très bonnes sensations à la clef !

0 Commentaire

Aucun commentaire pour le moment

Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Laissez un Commentaire :

*