Kingdom Come Deliverance

Kingdom Come DeliveranceTitre : Kingdom Come Deliverance
Français: textes et voix
Genre : Action, Aventure, RPG, Simulation, exigeant
Développeur : Warhorse Studios
Éditeur : Warhorse Studios
Date de parution : 13 févr. 2018
Dispo chez GOG


Alors Kingdom Come Deliverance c’est quoi ? C’est un RPG médiéval, en mode ouvert, mais pas fantastique. Mais attention, pas fantastique dans le sens « adios les petits gobelins, les boules de feu et toutes autres magies et créatures pas de chez nous ». Seulement des rois et reines, des ducs et duchesses et des gueux et gueuses. Alors les plus fervents habitués du fantastique (comme je le suis), vont sans doute se sentir tout nus sans aucune autre possibilité que leurs mimines pour arriver à leurs fins, mais vous verrez, finalement on y arrive !

La vie, quelle belle chienne

On incarne ce bon vieil Henry, fils de forgeron dans une bourgade paisible de la Bohême médiévale. Jusque-là rien d’épique, mais il va évidemment arriver à Henry le genre un événement qui va lui faire dire « La vie : quelle belle chienne ».  C’est également le genre d’événement qui fait qu’on a besoin d’un peu plus de compétences que celle de « tapage sur ferraille » pour survivre. Aussi, Henry (et donc nous pour ceux qui ne suivaient plus) il va devoir se mettre à l’épée, à l’arc et à une foultitude d’autres techniques pour arriver à ses fin.

Pour revenir sur le scénario, autant vous prévenir, les débuts sont extrêmement difficiles. On se prend peignée sur peignée aux combats, qui sont tellement rapides qu’il est même difficile d’arriver à comprendre les mécanismes. Pas d’inquiétudes cependant, ce doit être pour des raisons éditoriales que les développeurs ont calé ça comme cela, car tout ça se simplifie par la suite. C’est à mon sens le plus gros défaut du jeu : ne pas avoir soigné l’entrée en matière pour le joueur. J’ai failli abandonner dès les premières heures de jeu face à la difficulté des combats à l’épée.

Après m’être fait violence (ndrc: et violer) sur les premières phases de combat, arrive une partie de chasse en sous-bois, avec arc, lièvres et du temps pour comprendre les mécaniques. Cette quête m’a réconcilié avec Kingdom Come Deliverance et j’avoue que je suis accro depuis !

Oyez la gueuse: mettez-moi un godet de bonne ambiance et une miche de VO

Parce que finalement un bon jeu ce n’est pas que des combats, mais c’est avant tout une ambiance, une immersion dans un monde que l’on a envie de découvrir… Et mes enfants, autant vous dire que celle de Kingdom Come Deliverance est magnifiquement réussie !

Le jeu transpire le médiéval, enfin celui que je m’imagine, avec ses villages et ses places fortes, ses campagnes et ses forêts. L’atmosphère est austère dans les villes et les habitations, décorations minimalistes, ce qui colle avec la réalité historique de l’époque. Kingdom Come Deliverance est d’ailleurs bien documenté sur l’Histoire, et l’on peut retrouver de nombreuses anecdotes sur les métiers, les objets, les batailles de l’époque.

L’immersion est d’autant meilleure que les graphismes sont magnifiques. Les amoureux de la campagne seront comblés et pourront batifoler dans des hectares de champs à leur disposition.

L’ambiance sonore m’a plu également. J’ai commencé le jeu en VF, disons durant les 3 premières secondes, puis j’ai rebasculé en anglais : le labial français ne rend rien et est même irritant tellement il est mal fait. Du coup en VO le labial fonctionne bien : les voix collent parfaitement au médiéval, avec quelques accents qui sentent bon le purin !

A moi la Bohême !

On peut donc évoluer comme bon nous semble dans ce monde ouvert, avec de nombreuses quêtes secondaires et activités qu’on trouve à droite à gauche. Certaines sont d’ailleurs bien buggées comme il faut, avec des impossibilités de rendre au donneur, ou des échecs inopinés (alors qu’à aucun moment il n’est fait mention d’une date ou d’une heure butoir !)… Rageant, voire même très rageant, mais comme dirait ma mère « y’a pas de mauvais jour pour faire le ménage ! ». Bon je ne sais pas si l’expression colle avec la situation, mais on se raccroche à ce qu’on peut pour ne pas s’énerver dans ces moments là.

Notez que Kingdom Come Deliverance fonctionne en cycles jour/nuit. On dort, on attend, et on attend même souvent car les gens au Moyen-Age se levaient très tard apparemment (9h du matin en moyenne, et 10h pour certains magasins) : il est ou le mythe du réveil au chant du coq pour aller trimer dans les champs ?

On a évidemment notre bon vieux cheval qui porte notre charge et notre carcasse, il sera le meilleur ami de vos déplacements. Mais également une source d’agacements, car il a la fâcheuse tendance à stopper au moindre caillou dans le champ («y’a pas de mauvais jour pour faire le ménage »).

Bref on vit dans ce monde qui n’attend que nous, on augmente nos nombreuses compétences telles que le crochetage, la chasse, l’alchimie, l’alcool… Enfin un RPG qui ne néglige pas cette capacité pourtant essentielle à l’époque ! En matière d’alcool, une quête principale bourrée d’humour aux côtés d’un prêtre dépravé restera parmis mes meilleurs souvenirs du jeu (quel teasing… vous ne pouvez plus résister maintenant !).

Monsieur le dev, pourquoi on ne peut pas sauvegarder ?

Dernière remarque et non des moindres, la sauvegarde est limité dans Kingdom Come Deliverance. Elle dépend du nombre schnapps que nous possédons. Plus de schnapps = plus de sauvegarde. Autant vous dire qu’à ma deuxième mort après 30 minutes de jeu « perdues », il n’y a plus aucune expression maternelle pour me remettre à flots ! Par contre il y a NexusMod, qui propose des mods divers et variés, dont celui de s’affranchir de ces P-U-T-A-I-N de schnapps. N’étant pas quelqu’un qui apprécie beaucoup la difficulté vicieuse de ce principe de sauvegardes, c’est sans aucun regret que j’ai moddé Kingdom Come Deliverance !

 

Mais alors il est vraiment bien ce jeu ? Parce qu’on dirait pas

Kingdom Come Deliverance m’a fait penser à Gothic 3 : malgré des mécanismes de combats à l’épée bizarres (pour être gentil), des milliers de défauts et bugs, il reste très immersif avec tous les mécanismes du RPG qui ont fait école.

Vous l’aurez compris, Kingdom Come Deliverance m’a procuré des sensations tout à fait contradictoires, alternants entre moments de rages infinis et de bonheurs immenses. Il y d’ailleurs un mot pour désigner ce genre de sensation : l’amour. Oui l’amour qui fait que malgré les difficultés et les moments de crises, on revient toujours pour y remettre un petit coup (ndrc: mes hommages madame). Et comme dirait ma mère « y’a pas de mauvais jour pour y mettre un petit coup ».

Bibouzh

Je n'ai pas le temps, je suis débordé et je saute par la fenêtre dans les jeux vidéo.

Kingdom Come Deliverance

8

Amusement

9.0/10

Graphismes et musiques

9.0/10

Gameplay

6.0/10

Les plus:

  • C'est médiéval
  • C'est beau
  • C'est long
  • C'est modable

Les moins:

  • L'épée c'est pas bien
  • Les bugs c'est pas bien
  • La sauvegarde c'est pas bien
Précédent Rise of Industry - En développement
Next Yes, we Cannes !

Vous pourriez aimer aussi

Sniper ghost warrior 3 : Un test tout en finesse

L’avis d’Akashar sur Sniper Ghost Warrior 3. Est-ce qu’il vaut le coup ? En quoi se démarque-t-il de la concurrence ?

Metal Gear Solid 5 The Phantom Pain – PC

Metal Gear Solid V Phantom Pain Testé sur PC – 2015 Editeur: Konami Lien vers la boutique Gamesplanet Quand Grobiduch m’a posé sur la table un exemplaire de Metal Gear

Moonlighter – Le marchand aventurier

Vous héritez du magasin de famille, « Moonlighter » et votre but, fort simple dans l’esprit, sera de le faire prospérer, l’agrandir afin de devenir riche comme Crésus. Pour cela il faudra arpenter des donjons pour looter !

0 Commentaire

Aucun commentaire pour le moment

Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Laissez un Commentaire :

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.