Jurassic World Evolution – Le parcosaure

Jurassic World Evolution – Le parcosaure

Jurassic World EvolutionTitre : Jurassic World Evolution
Genre : Gestion, Stratégie
Français : textes et voix
Développeur : Frontier Developments
Éditeur : Frontier Developments
Date de parution : 12 juin 2018

Jurassic World Evolution, c’est le moyen direct de jouer avec les grosses bébêtes qui nous ont tous fait rêver (cauchemarder?) quand nous étions petits. Je n’ai pas vu le dernier film en date et selon mes amis, il est nul, et il est super, oui j’ai des amis bobo, et d’autres bon public. Jurassic World Evolution est, on va dire, issu de ce film car il en reprend l’essentiel des acteurs comme par exemple Jeff La Mouche Goldblum et Chris Pratt. Jurassic World Evolution est un jeu de gestion de parc fait par Frontier, ceux-là mêmes qui ont conçu l’excellent Planet Coaster.

jurassic world evolution

C’est Hammond mon héros, c’est pas Jeff.

Mais ici on ne fait pas des toboggans pour que les gens descendent en criant de peur. Ici, ils vont hurler car ils vont voir des dinosaures, et si ces derniers se sauvent, ils vont en guise de prime se faire becter. Super non ? Comme dit plus haut, Jurassic World Evolution est un jeu de gestion de parc, donc au début du mode aventure, vous allez être guidé, et votre entreprise démarre sur une des cinq îles disponibles. Les autres seront à débloquer avec le temps. Obligatoire car vous le verrez, on se sent vite à l’étroit au départ. Comme disait John Hammond « J’ai dépensé sans compter ». Bon ben dans Jurassic World Evolution, même si la somme de départ vous paraîtra énorme, il va falloir compter justement. Ceci dit, la partie gestion ne fut pas la plus compliquée. Très vite vous allez être rentable, et je vais même vous dire que cette partie n’est pas la plus passionnante, non, ce que j’ai adoré dans Jurassic World Evolution, c’est la partie génétique, incubation et déploiement des mes dinosaures.

Vous allez avoir des quêtes données par « trois factions », la sécurité, la science et le divertissement. Vous devrez aussi, avec votre pôle recherche, envoyer des équipes rechercher des fossiles. De ces fossiles vous tirerez des ADN plus ou moins de bonne qualité pour ensuite incuber et créer vos dinosaures. Ces derniers devront être choyés sous peine de les voir mourir, ou de péter vos structures et de becter les autres dinos (quand ce n’est pas vos clients). Veillez à ne pas forcément installer un T-Rex avec un dinosaure herbivore, sauf si vous ne tenez pas à lui. Un T-Rex aime chasser. Il faudra donc surveiller les jauges de « bonheur » de vos bébés. Petit à petit, vous allez débloquer des compétences pour pouvoir améliorer le parc et attirer de plus en plus de visiteurs, rendre vos dinosaures presque parfaits et devenir riche. Je suis en train de me rendre compte en écrivant cette phrase que je n’ai vraiment pas été intéressé par les clients et la partie « parc ». Un peu comme John Hammond, fasciné par la création, le reste n’était que chose annexe pour me permettre de me financer et jouer au savant fou. Outre le fait d’être un scientifique sans scrupule, vous aurez des équipes de soigneurs à gérer. Il faut penser à nourrir et soigner vos bêtes. Ces équipes seront là pour ça, et, si vous le souhaitez, vous pourrez prendre leur place, en vue à la première personne, et faire leur boulot. Qui dit parc, dit placement de bâtiments comme par exemple des magasins, des restos, et d’autres bâtiments dits de « production » comme un centre de recherche par exemple.

Graphiquement le jeu est très joli. On se sent certes étriqué sur ces îles, mais on s’y sent bien et immergé dans l’ambiance. Monter dans un véhicule, ne serait-ce que pour s’approcher des bêtes, les prendre en photo, les endormir, c’est vraiment bien fait. Le rendu de la météo, notamment de la pluie est très bien rendu. Les voix des acteurs sont les mêmes que dans les films, que ce soit en V.O. ou en V.F. Tout a été fait pour vous immerger dans l’ambiance d’Hollywood: je dis bravo.

On pourra regretter qu’il n’y ait pas de dinosaures aquatiques et volants. Je parie que Frontier se les garde pour un éventuel second opus. Et malgré que Jurassic World Evolution ne soit pas un jeu compliqué, bien au contraire, je me suis un peu perdu dans certains menus pas assez clairs à mon goût. J’ai été aussi agacé par le placement des bâtiments plutôt chaotique. On ne comprend pas pourquoi, parfois, on ne peut pas les déposer, alors qu’il n’y a rien qui gêne. Un déplacement d’un micron suffit mais sans vraiment être justifié.
Notez cependant que la force de Jurassic World Evolution, outre qu’il réalise notre rêve, vient du fait qu’il est aussi bien adapté pour les joueurs exigeants que pour ceux ne souhaitant pas se prendre la tête. Les premiers tenteront, par exemple, de réussir des ADN parfaits, alors que les seconds se contenteront, pépères, de faire évoluer le max de dinosaures. Actuellement une cinquantaine est disponible. Bref. Jurassic World Evolution est un jeu dans lequel on s’amuse: on a qu’une seule envie, c’est d’y retourner dès qu’on a un moment. J’adore !

Grobidüch - Général Saucisse
Suivez moi

Grobidüch - Général Saucisse

Redacteur en mi-chef chez Gameovert.net
Joueur mauvais depuis la fin du jurassique, je n'ai pas de préférence (PC, Mac, Consoles, courses, jdr, stratégie, etc...) mon principal but est de vivre de belles histoires et de me marrer accessoirement.
Grobidüch - Général Saucisse
Suivez moi

Les derniers articles par Grobidüch - Général Saucisse (tout voir)

Jurassic World Evolution

8

Amusement

9.0/10

Graphismes et sons

8.0/10

Gamplay

7.0/10

Les plus:

  • Jouer avec des dinosaures
  • Jeff Goldblum, le mec le plus moralisateur du monde, mais on l'aime.
  • Graphiquement réussi et immersif

Les moins:

  • Mécaniques concernant les bâtiments à poser.
  • Uniquement des dinos terrestres
  • Interface parfois fouillie.
Précédent Battlestar Galactica Deadlock : The Broken Alliance
Next Richard Coeur de lion

Vous pourriez aimer aussi

Rise of Industry – En développement

Je ne cesse de le dire ici depuis de nombreux articles, je suis un grand fan des simulations Tycoon.   Rise of Industry vous met dans la peau d’un petit patron qui deviendra grand…Normalement.

Retour à Torchlight

Ceci n’est pas Diablo III! C’est sans doute ce que vous avez pu lire à l’époque de la sortie de Torchlight, en 2009, et on aura eu raison de l’écrire.

Warhammer : Sanctus Reach

Avec Warhammer : Sanctus Reach, nous voilà donc dans la peau d’unités de Spaces wolves, guerriers d’élite luttant pour la survie de l’humanité face aux troupes infernales et sanguinaires des Orks.

0 Commentaire

Aucun commentaire pour le moment

Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Laissez un Commentaire :

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.