Bang! Un test qui vous mettra du plomb dans la cervelle!

Bang! Un test qui vous mettra du plomb dans la cervelle!

Vu depuis combien de temps ce jeu est sorti et combien d’exemplaires ont été vendus, certains pourraient penser qu’il n’est plus besoin d’en faire une revue. Que nenni! Leur répondrais-je, plein d’assurance et de fougue! Déjà, sorti du cadre des personnes qui jouent de façon régulière à des jeux de société (autre que le uno et le monopoly), ça n’est pas non plus un phénomène de mode, alors, oui, je pense qu’on peut encore le présenter. Mais également, pour qu’il y en ait pour tout le monde, on va aller plus loin que ça.

jeu-dambiance-bang-1

Histoire que cette vanne soit déjà derrière nous… On se fait un BANG!? HA ha. Voilà, c’est fait. Merci à tous pour votre soutien.

Bang! Donc! Ce titre qui a ma grande surprise est bien le titre original du jeu, est sorti en France en 2003 sous le nom de Wanted. Je peux comprendre la réticence de l’éditeur Français quant à employer le titre d’origine cependant (cf: Blague ci dessus). Si vous ne connaissez pas, en voici un topo rapide concernant les règles et le fonctionnement de base:

Bang! est un jeu de société de 4 à 7 joueurs, puis de 3 à 8 avec l’extension dodge city, mais qui reste quand même bien plus intéressant entre 5 et 7 joueurs.

DYNAMITE

C’est d’la bombe ce jeu!

Chaque joueur choisit entre 2 personnages lequel il va incarner (un point sur lequel nous reviendrons) et se voit distribuer un rôle (hors la loi, adjoint, renégat ou shérif), qui restera inconnu des autres joueurs, à moins que ce ne soit le shérif.

Le but du jeu? Les hors la loi doivent tuer le shérif, le shérif les hors la loi, le ou les adjoints protègent le shérif, et le renégat doit être le dernier en jeu. La partie se termine soit quand le shérif meurt, soit quand tous les hors la loi et le renégat sont morts. Si le renégat n’est pas le dernier en jeu quand le shérif meurt, ce sont les hors la loi qui gagnent.

roles

Vous prendrez vite l’habitude de regarder votre carte d’un seul coup d’oeil, lancer un regard inquisiteur sur les autres joueurs, appuyé par un sourire énigmatique, puis de la reposer, sans avoir retenu ce que vous jouiez.

Vous suivez? Simple comme bonjour! Tout le jeu va ensuite se jouer avec des cartes, que l’on pioche à chaque tour, chacune ayant des effets spécifiques. (Piocher plus de cartes, voler une carte à quelqu’un, faire perdre un point de vie à quelqu’un, ou encore éviter de perdre un point de vie).

Les joueurs ont droit à un Bang! par tour, sur le personnage situé immédiatement à leur gauche ou à leur droite, à moins de posséder des armes statuant autrement, qui se manifestent sous la forme de cartes à bord bleu. Comme à Magic ou ce genre de jeux de cartes, lorsqu’une carte dit le contraire d’une règle, c’est toujours la carte qui est prise en compte. La stratégie consiste donc soit à éliminer les joueurs entre soi et sa cible, si on n’a pas d’armes permettant de l’attaquer directement (peu recommandé) ou tenter de trouver des cartes permettant d’atteindre son ennemi sans toucher aux autres joueurs. Les cartes sont donc le moteur du jeu, au même titre que le bluff savant orchestré par les joueurs.

Et c’est ici, mesdames et messieurs, que nous touchons au cœur palpitant du jeu. C’est ça qui va faire que ce jeu peut se rejouer indéfiniment, et que chaque partie sera différente.

En effet, les joueurs ignorant quel rôle est attribué aux autres, ils devront d’abord essayer de deviner qui est qui, puis à mesure que les hors la loi se dévoilent en attaquant le shérif, tenter de les aider ou de les éradiquer. La grande inconnue restant le renégat, dont personne ne sait ce qu’il fera avant qu’il ne commence à agir. C’est un peu la cinquième colonne du Bang!, dont personne ne sait de quel coté il est. Souvent, d’ailleurs, même le renégat ne sait pas ce qu’il fera avant de commencer à le faire, car il doit également veiller à ce que les hors la loi ne tuent pas le shérif avant lui. Chaque joueur s’épie donc mutuellement dans la joie et la bonne humeur, au milieu des balles qui fusent et des situations invraisemblables. Celles-ci peuvent tourner tellement au ridicule que même si l’on en est la victime, on ne peut qu’en rire, ce qui est plutôt cool.

Essayez d’expliquer dans un commentaire comment quelqu’un pourrait utiliser cette combinaison d’objets en même temps, et la meilleure histoire recevra un lot spécial!

Au final, chaque partie sera plutôt courte la plupart du temps, ce qui permet de les enchaîner, et pleine de rebondissements hilarants. Mais l’intérêt du jeu à mon sens se situe plus loin que ça.

Dans Wanted, on ne se contente pas de jouer aux cartes, c’est à dire de les piocher puis de les jouer en essayant d’atteindre un schéma optimal. Non, dans Wanted, on doit faire attention à ce que l’on dit, et à ce que disent les autres. Car il est vite fait de trahir le rôle que l’on joue. Et tout est là: Wanted est autant un jeu de rôle qu’un jeu de société, et c’est ce qui à mon sens explique son succès, avec sa mécanique innovante bien sur. Vous pouvez avoir le « meilleur » personnage et les « meilleures » cartes, si vous dévoilez clairement votre but par des manœuvres peu subtiles, vous risquez une défaite cuisante!

Dans Wanted, vous devez incarner un personnage, fut-il Paul Regret! Les noms sont souvent inspirés des westerns spaghettis, ce qui n’est pas étonnant vu l’origine du jeu, et cela renforce l’immersion dans l’univers où les dynamites, les balles et les bières volent dans tous les sens. Ainsi, à la dimension sociétale du jeu s’ajoute une profondeur théâtrale, que l’on peut marquer plus ou moins bien sûr, et qui n’est citée nulle part dans les règles. Le fait est que le jeu en donne la possibilité! Les noms sont donc là pour permettre de s’identifier aux personnages tout en restant en décalage, pour permettre d’en rire. Tour à tour le shérif de la vallée Paul Ramirez, puis hors la loi sans foi ni loi Slab le flingueur, et pourquoi pas à la partie d’après Slab le flingueur, shérif repenti? Il n’appartient qu’à vous d’en décider. Si vous n’avez jamais joué à un jeu de rôle, mais joué à Wanted, félicitations! Vous avez déjà fait du jeu de rôle! Comment vous sentez vous?

personnages choix

Vous regretterez amèrement d’avoir choisi l’un de ces personnages, vos REGRETS seront éternels. Lequel est-ce? (Indice: C’est Paul Regret)

A mon sens, Wanted tient une place particulière dans la grande famille des jeux de société, de par le fait qu’il empiète également sur le créneau des jeux de rôle, comme une sorte d’introduction à leur système de fonctionnement et à l’aspect théâtral. Si vous ne l’avez pas essayé, je vous le conseille vivement, du moment que vous trouvez assez de joyeux drilles pour s’amuser avec vous!

Mais faites attention, à vouloir enchaîner les parties, on se retrouve à jouer à ça tout un dimanche, c’est déjà arrivé (et je vous donne la version soft)

A mon avis, ce jeu est à découvrir sans attendre si vous ne le connaissez pas!

Bon jeu à tous!

(Wanted! – Asmodee Editions)

Akashar

Rédacteur chez Gameovert.net
Je joue à presque tout et j'aime ça. J'aime écrire aussi donc ça tombe bien.
Akashar
Précédent Promos d'été chez GOG.com
Next Les jeux bugués sur PC - Pas pour tous ?

Vous pourriez aimer aussi

Jeux de société 3 Commentaires

Cannes – Festival international des Jeux 2019

Cette année encore, fin février rime avec festival des jeux de Cannes. Alors que l’année dernière nous étions 5 à écumer le salon de fond en comble, nous n’étions plus

Breaking bad – Le jeu de plateau

Breaking Bad se joue de 3 à 8 joueurs. Reprenant l’univers de la série, il propose 4 factions possibles, à savoir 3 factions de criminels et 1 une faction DEA (les Stups)

Jeux de société 0 Commentaire

Saboteur La Grande Aventure

Deux équipes de nains vont s’affronter dans un monde rempli de trésors. Seulement, il faudra faire avec les traîtres et tous les pièges que cela engendre…

5 Commentaires

  1. Yue
    juin 10, 18:37 Répondre

    Un article vraiment très complet ! Je tire dans ton chapeau ! Euh… pardon, je te tire mon chapeau ! Clair, précis, parfaitement illustré, et surtout ça donne envie ! J’ai hâte d’y rejouer !

  2. Akashar
    juin 10, 19:23 Répondre

    T’inquiète, dès que possible, on se fera un bang! 🙂

  3. Trollinet
    juin 19, 00:05 Répondre

    Je suis aussi un grand fan de Wanted, mais personnellement, je le classe un peu « à côté » des jeux de stratégie plus durs. Ici, c’est le fun avant tout. Hop, tu pioches 2 cartes, tu en joue 1, tu en repioches, tu tires, tu bois une bière, tu sors de prison, tu t’équipes, tu re-pioches, tu prends un cheval et hop au suivant !!!
    Ce n’est pas vraiment un jeu où tu peux élaborer une grosse stratégie sur le long terme (à la rigueur sur le moyen terme). La seule variable gérable est ton attitude par rapport aux autres, de savoir si tu vas tirer au pif, si tu comptes rester en retrait au début, ou savoir si tu comptes de dévoiler…. Et c’est d’ailleurs cette raison qui fait que le seul rôle qui soit vraiment stratégique est celui du renégat. Sa possibilité de gagner ou non dépendra en partie (mais seulement en partie) de sa stratégie par rapport aux autres. Le reste, les cartes, les rôles, les pouvoirs etc etc sont des plus, mais ne fondent pas non plus complètement une stratégie, car les cartes tournent, et elles tournent vite. Le jeu n’est pas réellement contrôlable, mais ce qu’on y recherche, c’est plus cette frénésie de jeu et les coups fourrés.
    Donc à jouer pour le fun, et sur ce créneau, Wanted est un must-have indispensable.

    • Akashar
      juin 19, 07:13 Répondre

      Oui, j’avais imaginé classer les jeux de société que je teste avec des notes de « fun », « stratégie », « hasard », et voir peut être d’autres critères, non pour en faire un classement mais pour déterminer le style de jeu. Avec ce système, Wanted aurait 4/5 en fun, 2/5 en stratégie et 4/5 en hasard. Peut être y ajouter d’autres critères? A voir!

Laissez un Commentaire :

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.