Victor Vran

Le héros ténébreux

Victoooooor Vran ! Voilà enfin l’article final sur ce jeu, sorti d’abord en accès anticipé, il est enfin finalisé depuis quelques semaines.  Victor Vran d’Heamimont Games, est, on va dire, un hack’n’slash. Ce ne sera pas le jeu qui détrônera le maître du genre, à savoir Diablo de Blizzard, mais je ne pense pas que ce soit l’objectif d’Heamimont Games.

Déjà, amies féministes, désolé pour vous, mais hélas, ici on joue un gros viril à la grosse voix et j’imagine de bonnes grosses sacoches entre les jambes. Dans certains jeux, il est vrai qu’on peut choisir le sexe de notre héros, mais là ce serait étrange vu que nous jouons Victor Vran. Sinon le jeu s’appellerai Catherine Laborde je pense.

Dans ce jeu, pas vraiment de classe, Victor Vran sait tout faire: jouer de l’épée, du fusil, de la faux, de la masse à deux mains etc… Certaines tenues vous permettront d’être plus ou moins fort dans certains domaines, mais c’est en passant les niveaux que vous obtiendrez des cartes de destinée qui vous seront utiles pour affiner votre précision, résistance etc… Rien de compliqué.

Victor Vran est à la recherche d’un ami, pour lui, un seul objectif, le retrouver et se barrer. Bon, vous verrez qu’il sera obligé de rester plus longtemps que prévu, surtout après que la jolie reine lui ait fait les yeux doux en lui demandant de l’aide pour nettoyer le royaume des vilains gros méchants pas beaux.

Le château de la reine sert de hub central. Vous y trouverez marchands, coffre pour stocker vos petits loots, et autres personnages importants pour votre progression. Ensuite le monde est organisé en différentes zones instanciées, avec des challenges à accomplir (ou pas) et à vider de monstres et autres boss.

Au début, il y a un petit tutoriel assez bien fait, commenté par notre Victor à la voix ténébreuse et monotone, qui vous expliquera que « beeuuuaar il est fort et il doit retrouver son ami, Adriaaaaaaane ». Je ne sais pas pourquoi, dans les jeux, les héros ont souvent des voix de mecs qui se la racontent…

Côté bestiaire, et bien nous avons les traditionnelles araignées, que si j’en trouve juste une comme ça chez moi, je décède sur le champ, des morts vivants, des boules de feu, de glace et électriques bien pénibles à tuer etc, etc…

Pour parler des graphismes, Victor Vran n’est pas dégueu du tout, sans être pour autant une révolution technique. Il est dans la moyenne. Dans cette version, tous les textes et dialogues sont, désormais, traduits en français.

La particularité de notre héros, c’est de pouvoir utiliser deux armes différentes, par exemple, moi j’ai utilisé la masse à deux mains pour les combats rapprochés dit « corps à corps » ou « cac », et le fusil pour les combats à distance dit « les combats à distance ». Une simple pression d’une touche permet de jongler à n’importe quel moment de l’une à l’autre. Chacune des armes comporte trois compétences et vous, en plus, quand votre « puissance » est au max, vous avez un méga sort, qui je l’avoue, défonce sa mémé.

Niveau des loots, c’est pas comme dans Diablo, où les montres vous lâchent des dizaines de choses, dans Victor Vran, c’est plus raisonnable.

Le jeu est traduit, au niveau des textes et sous-titres, en français, et c’est à noter, tellement de nos jours c’est plutôt rare.

Concernant l’amusement, je dois avouer que j’ai pris du plaisir à parcourir ce monde. Il y a du fun, un brin d’humour, de l’action,  mais il faut avouer qu’à la longue, le jeu est assez lassant. Victor Vran doit se jouer, à mon avis, au coup par coup, avec parcimonie.

Avec Bibouzh, nous avons tenté de jouer en multi entre nos deux versions (GOG et Steam) et nous n’y sommes pas parvenus. Alors dans l’attente de précisions de notre part, qui seront ajoutées à cet article, essayez avec vos amis d’acheter chez le même vendeur, car j’ai l’impression, je dis bien l’impression, qu’il est impossible de jouer avec des gens qui ne sont pas chez le même vendeur.

Voilà, Victor Vran est un bon jeu, si vous l’achetez, je ne pense pas que vous le regrettiez. Pas le jeu du siècle, certes, mais un bon défouloir.

Nous avons testé le multijoueur avec Bibouzh (client Steam + Client GOG), ça fonctionne bien. Par contre Victor Vran en coop… lassant. Nous n’avons pas trouvé de plus-value à la partie solo. 

Suivez moi

Grobidüch

Redacteur en mi-chef chez Gameovert.net
Joueur mauvais depuis la fin du jurassique, je n'ai pas de préférence (PC, Mac, Consoles, courses, jdr, stratégie, etc...) mon principal but est de vivre de belles histoires et de me marrer accessoirement.
Grobidüch
Suivez moi

Les derniers articles par Grobidüch (tout voir)

Victor Vran

Avis de Grobiduch
7

Amusement

7.0/10

Graphismes

6.0/10

Gameplay

8.0/10

Les plus:

  • Fun
  • Gameplay dynamique
  • En french dans le texte
  • Les défis...

Les moins:

  • ...les défis pas forcément indispensables
  • Répétitif à la longue
Précédent Rêve de Dragon
Next Airscape : The Fall of Gravity

Vous pourriez aimer aussi

TOM CLANCY’S THE DIVISION, un jeu à vous faire aimer le blizzard

La ville a été mise sous cloche et toute entrée est définitive. Sortir est impossible, même en connaissant le videur.

Rocket League PC-PS4

Rocket League, de Psyonix, est un jeu tout bête dans le principe, mais si bon ! Imaginez un jeu de foot, mais à la place de joueurs, vous dirigez… une voiture !

Kona Day One – Carl au pays des bûcherons

Voici un pétard de bon jeu ! Oui je commence ainsi, pas d’intro ampoulée pour Kona, ce jeu d’enquête oppressante québécois. Aux manettes, le studio Parabole et pour une première oeuvre, je dis chapeau !

0 Commentaire

Aucun commentaire pour le moment

Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Laissez un Commentaire :

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.