MAD MAX – Le test

Maxou oh Maxou !

Ce n'est pas un jeu sur la vie de Max Pécas.

Ce n’est pas un jeu sur la vie de Max Pécas.

Mad Max, développé par Avalanche Studios et édité par Warner Interactive, est tiré de la célèbre Saga sur Max Pécas de Gérad Miller qui… comment ? C’est pas de Gérard Miller ? Ah et ça n’a rien à voir avec Max Pécas ? Aaaah ok ! George Miller ! Les films des années 80 avec Mel Gibson ?! Ok, ça change tout, je comprends mieux pourquoi il n’y avait pas de curés et de nanas en bikini. Bien, reprenons en oubliant cette intro complètement foireuse.

La vraie intro:

Mad Max débute plutôt bien avec une vidéo d’intro assez musclée, dans laquelle notre héros, Max, se voit dérober sa voiture par une cohorte de warboys dirigée par Scrotus le Scabreux. Ce dernier ayant un gros besoin de soins capillaires, se fera faire la raie au milieu par notre Mad Max, reconverti pour l’occasion en Franck Provost.

 

Peu après, vous ferez ami-ami avec le clébard de Scrotus et rencontrerez celui qui sera votre compagnon de route: Chum. Ce fameux Chum deviendra votre mécano attitré et il sera capable de vous créer ou remonter des voitures complètement pourries pour en faire de vraies bagnoles de courses et de combats, pour arriver à l’ultime V8.

Vous débuterez avec la Magnum Opus, une voiture somme toute bas de gamme, sans GPS ni aide au stationnement, que vous améliorerez grâce à Chum. Pour cela, il faudra récupérer tout au long de votre périple, de la ferraille. C’est un peu la monnaie du jeu. L’amélioration de la Magnum Opus, et de toutes les autres voitures que vous collectionnerez, les Archanges, se fera à la sauce RPG. Avec un peu de ferraille, on débloque une compétence, etc…

Concernant les compétences de ces voitures, ça peut aller de la protection, en passant par des armes et du cosmétique. Il en va de même pour notre Mad Max, vous pourrez l’upgrader, « cosmétiquement » aussi, mais surtout il deviendra plus fort, connaîtra des techniques de combats plus évoluées et utiles etc etc… Les batailles à mains nues ressemblent beaucoup aux excellents combats de Middle Earth: Shadow of the Mordor.

L’histoire de Mad Max se déroule sur une grosse map, séparée en plusieurs régions. Ces territoires sont bien sûr sous le joug des warboys locaux, légions de Scrotus, qu’il faudra dézinguer pour faire baisser leur influence. Pour ce faire, il faudra détruire des totems, des vigies de sniper, détruire des convois, prendre d’assaut leurs avant-postes etc, etc… Il y a bien évidemment une histoire principale, mais tout s’articule plus ou moins autour de cette influence et à faire tomber les caïds du coin pour parvenir petit à petit à Petroville.

Je ne dirai pas que toutes les quêtes se ressemblent, mais souvent il s’agira de buter des mecs, de gagner des courses, de libérer des personnes utiles, détruire des infrastructures… Tout ça dans une ambiance et des décors sublimes. En effet, même si tout est désolation, l’ambiance des films est bien rendue. Personnellement, je ne prends pas les films pour de la science fiction mais de l’anticipation. Je ne veux pas vous foutre le bourdon, mais à mon avis, notre futur c’est Mad Max. Immolons-nous voulez-vous ?

Toutes ces grandes étendues désertes, fourmillent finalement de « vie ». Il n’est pas rare de croiser des warboys en voiture, dans des petits camps par-ci par-là. Quand je m’arrêtais pour ramasser de la ferraille dans des lieux que je pensais tranquilles, je flippais, car à tout moment je pouvais me faire attaquer. (Je flippe aussi dans Fifa).

Dans Mad Max il y a, on va dire, quatre ressources importantes: L’eau, la nourriture, le carburant et la ferraille. L’eau vous la stockez dans votre gourde, mais il faudra trouver des points d’eau plutôt rares pour la remplir. Pour la nourriture c’est une autre paire de manches, car vous allez becter des asticots, de la bouffe pour chien, j’en passe et des meilleures. Et pour le carburant, il faudra par exemple trouver des jerricans. Quant à la ferraille, vous en trouverez un peu partout, mais surtout en dégommant des infrastructures ou des voitures ennemies.

Parfois vous trouverez des plans à collectionner et à assembler pour créer des sortes d’établies ou machines dans vos forteresses. Les collectionneurs s’amuseront aussi à trouver des bribes d’histoires éparpillées un peu partout.

A la manière d’un Assassin’s Creed et de sa synchronisation en haut des clochers pour dévoiler une partie de la map, vous aurez les ballons. Ce sont des montgolfières que vous ferez monter et hop, tous les points importants du coin seront dévoilés. Il vous sera possible aussi par la suite de faire des voyages rapides d’un point à un autre comme dans beaucoup de jeu de flemmards que nous sommes.

2015-09-22_00020

Il y a un outil de capture qui permet de faire joujou avec des filtres et logos.

Donc concernant le fond de Mad Max, j’ai beaucoup aimé et je me suis immergé dans une ambiance étrange que, je l’espère, nous ne connaîtrons jamais en vrai. J’ai passé un très bon moment, en deux mots, je me suis amusé. Bon quatre mots.

Cependant il y a des points faibles dans le jeu d’Avalanche Studios. Déjà la voix de Max. C’est quoi ce choix artistique ? Un mix entre neuneuboy et Shrek. Ensuite la voix et l’attitude de Chum m’ont un peu gêné, il se déplace et parle comme Golum. Je n’ai pas pu m’empêcher de faire le rapprochement. J’ai eu aussi des problèmes de caméra capricieuse à pied, mais rarement. Au niveau performance sur la Xbox One, il y a eu quelques ralentissements éparses, mais rien de grave. La console de Microsoft se débrouille très bien pour nous rendre ces beaux graphismes.

Mad Max, c’est Mad Max. Pour les amoureux des films de Jojo Miller, c’est un bon moyen de « vivre » dans cet univers. Pour les autres, vous passerez aussi un bon moment, un peu comme dans Shadow of Mordor pour celles et ceux qui l’ont apprécié.

Suivez moi

Grobidüch

Redacteur en mi-chef chez Gameovert.net
Joueur mauvais depuis la fin du jurassique, je n'ai pas de préférence (PC, Mac, Consoles, courses, jdr, stratégie, etc...) mon principal but est de vivre de belles histoires et de me marrer accessoirement.
Grobidüch
Suivez moi

Les derniers articles par Grobidüch (tout voir)

MAD MAX - XBOX One

Avis de Grobiduch
7.7

Amusement

8.0/10

Graphismes

7.5/10

Gameplay

7.5/10

Les plus:

  • Ambiance
  • Les combats
  • On ne s'ennuie pas

Les moins:

  • La voix de Max
  • Chum = Golum
Précédent Fifa 16 disponnible
Next Soma

Vous pourriez aimer aussi

PS4

Onrush – Turbo 2 le sèche cheveux

Onrush est un jeu de courses avec des voitures au but de gagner par point et en équipe. Ce concept n’est pas singulier, mais il faut avouer que ça interpelle, et moi, ça m’a plu.

Beyond Eyes

Si j’avais la possibilité de faire un trait d’humour en clin d’oeil à Trollinet, je dirais qu’après Farming Simulator et Spintires, je poursuis ma spécialisation avec Cécité Simulator. Mais le

PS4

Farming Simulator 17 – « Quinze + Deux »

Je ne voulais pas faire forcément un article sur ce Farming Simulator 17ème du nom car dès le départ, quand j’ai lancé le jeu, je me suis dit « Bordel, l’arnaque ». Et j’ai plutôt déchanté par la suite…

0 Commentaire

Aucun commentaire pour le moment

Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Laissez un Commentaire :

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.