Retour sur : Total Annihilation

Retour sur : Total Annihilation

 

Ca, c’est un paquet de souvenirs! L’un des premiers jeux auquel j’ai pu jouer, et l’un des meilleurs. Même aujourd’hui, certains aspects de ce jeu restent mieux que beaucoup de STR sortis depuis. Il s’en dégage une sensation de réalisme, accompagnée d’un vieux sentiment de nostalgie. Qu’est ce qui faisait que ce jeu était et est toujours une tuerie, qu’est ce qui le rend si unique? On va plonger entre les carcasses éventrées et la musique épique pour trouver ce qui fait l’âme du jeu.

 

Dans plusieurs millénaires, les humains ont commencé à transférer leurs consciences dans des machines. Ça n’a pas plus à certains, qui en vieux réacs, ont dit qu’ils étaient contre, et de fil en aiguille, une guerre totale concernant l’univers entier s’est déclarée, rien que ça. Utilisant comme prétexte leurs visions de l’humanité totalement différentes, les deux factions se déchirent sur toutes les planètes, rivalisant d’inventivité dans les façons d’exterminer son prochain. C’est ici que vous intervenez, vous, le commandeur, dans l’une ou l’autre des deux campagnes, pour tenter d’inverser la tendance qui est plutôt à la défaite ces siècles ci par chez vous.

ta arm

Bonjour, je suis le commandeur, je serai votre guide durant ce « test ».

Au travers de 25 missions de plus en plus difficiles, jusqu’à l’extermination du commandeur ennemi, vous allez prouver que la guerre infinie peut être terminée. Ce sera dur, ce sera haletant, mais heureusement, le jeu a un peu vieilli, et l’IA n’est plus aussi violente qu’elle m’a paru à l’époque. (Ou alors, c’est moi qui suis devenu super bon, avec l’âge, mais en tous cas si vous jouez en difficile, attendez vous quand même à un challenge). Chaque mission commence par une narration qui explique ce qui va se passer et quels sont les enjeux, et vous pourrez également en profiter pour voir quelles sont les ressources intéressantes de la planète.

12

La dernière mission sur une planète consiste souvent à trouver et capturer la porte galactique qui permet d’atteindre la planète suivante.

En gros, comme le jeu comporte 2 ressources, le métal et l’énergie, et ce qui vous intéresse donc, c’est de savoir si vous êtes sur une planète métallique, ou si celle-ci est battue par de grands vents, propices aux éoliennes. L’énergie verte, déjà en 1997! Les extensions verront apparaître les centrales marémotrices, dont il faut vérifier aussi l’intérêt avant de les construire, mais ça vous n’y aurez pas accès dans les campagnes de base.

A quoi aurez vous accès du coup? Pas grand chose au début en fait !

Dans Total Annihilation, pas d’âges à avancer, pas de technologies à rechercher. On accède à un niveau de technologie supérieur par la construction d’usines plus avancées, tout en essayant de maintenir sa production de métal et d’énergie au niveau et éviter les ralentissements. Du coup la progression se fait entre les missions, en débloquant la possibilité de construire de nouvelles unités. C’est très bien, très intuitif, et même si le système de ressources à été copié énormément depuis, dites vous qu’à l’époque, c’était très novateur. La plupart des STR d’aujourd’hui utilisent  un système de ce genre d’ailleurs, vraiment, la plupart. Pour rappel, de mémoire TA a été le premier à avoir un système dans lequel les ressources montent en continu, et vous devez équilibrer « l’offre » et la « demande » pour maintenir une production continue.  Du coup, les premières missions vous paraitrons parfois difficiles, car n’ayant pas accès à tout un éventail d’unités spécialisées, vous devrez rivaliser de tactique pour surmonter les défenses des bases adverses et vous assurer la victoire. Mais des contraintes naît l’innovation, et à la longue les rôles très spécifiques de ces unités vous apparaîtrons clairement, les placements à assurer, les groupes à constituer, etc. Par rapport à Age Of Empires, qui en sortant à la même époque proposait comme but ultime de construire un maximum de la même unité, et de voir ce que ça donnait, vous devrez ici réfléchir à toutes menaces, placer vos troupes, et surtout être en constante alerte pour être sur qu’elles ne se font pas pilonner par de l’artillerie ou des bombardiers. Car, chose que l’on a rarement vu depuis, l’artillerie dans Total Annihilation, c’est autre chose que de voir un trébuchet tirer sur un chateau à l’autre bout de l’écran. Non, ici, quand vous voyez vos unités s’évanouir en boules de plasma brulant, c’est parfois qu’une batterie vous a accroché, a réglé son tir grâce au radar, et s’en donne à coeur joie sur vos pauvres unités éparpillées, le tout depuis 3 OU 4 ECRANS DE DISTANCE!!

Un peu moins si vous montez la résolution aujourd’hui, mais qu’importe, l’effet est là: L’artillerie, c’est efficace! Rien de plus terrifiant que de découvrir avec un avion de reconnaissance une escadre de cuirassés faisant route vers ses côtes: Sans interception par des sous marins ou par une flotte de combat appropriée, ceux ci vont opérer un bombardement dévastateur sur toutes les structures côtières. Enfin, ça vaut mieux que de jouer en aveugle, sans radar, et se rendre compte d’un coup qu’une pluie de plasma s’abat sur vos fermes d’énergie, sans possibilité de riposte! OP! Crieront sans doute les jeunes d’aujourd’hui! Et pourtant, c’est la guerre! Et il faut vraiment y avoir joué pour se rappeler avec émotion de sa première grosse bertha (c’est un canon hein) et des dommages dévastateurs qu’elle infligeait à l’envie sur les bases avancées ennemies, qui se retrouvaient sans défense. Du pur bonheur! Je n’ai jamais connu un jeu, à part peut être son fils spirituel Supreme Commander, dans lequel la création d’une unité spécifique peut inverser le cours de la partie à ce point là. Même des choses aussi simples que de construire un hélicoptère de combat peuvent inverser le cours d’une bataille, si l’ennemi dispose de peu de défense anti aérienne ou de chasse par exemple. Et cela fonctionne pour tout, une batterie à plasma, une tourelle laser lourde, toutes ces unités représentent des challenges que l’armée attaquante doit surmonter pour rentrer dans la base, et trouver le commandeur. Il vous faut donc avoir la maîtrise de toutes les armes pour espérer vaincre. Mention spéciale aux nouvelles missions des extensions, en particulier la mission « Krogoth Encounter » qui est vraiment, vraiment, vraiment impossible à réussir au premier essai. Dès les premières minutes de celle-ci, vous devrez faire des choix drastiques, tenter le tout pour le tout, suer sang et eau pour sauver votre commandeur. Le briefing de mission vous informe d’ailleurs qu’il ne sert à rien de changer le niveau de difficulté, la mission sera impossible de toutes façons. Allez trouver un jeu d’aujourd’hui qui vous propose un challenge aussi ardu en solo, sans vous donner tout un tas de moyens de triche « légaux ». Les seuls auxquels je pense aujourd’hui sont les total war, mais là encore, le niveau de difficulté de chaque bataille va dépendre aussi des succès du joueur dans la campagne. Si vous la finissez, chapeau bas, vous faites partie des bons. Une fois s’être fait étriller en solo un moment, vous pourrez vous essayer en multi, et c’est là que le fun commence, entre 2 et 6 joueurs, sur des parties qui peuvent durer des heures.

Pourquoi disais-je que Total Annihilation avait un feeling réaliste? Il y a tout un tas de petites choses, comme les débris par exemple, à chaque fois qu’un engin explose, il laisse derrière lui une carcasse métallique fumante, qui servira d’obstacle ou de couverture aux autres chars et robots. Un élément très important à prendre en compte, car tenter une percée avec des chars lourds peut s’avérer une très mauvaise idée lorsque les carcasses des premiers bloquent les suivants dans une zone battue par l’artillerie lourde ennemie. Le terrain aussi, est à prendre en compte lors des tirs à très longue portée. Donc construire sa base en fonction de ce type d’informations est très important. Ce sont ces petits détails qui donnent un cachet unique au jeu, que j’ai rarement vu ailleurs depuis. Pour un jeu de cet âge, c’est juste énorme.

 

Autre bon point, la musique du jeu. Elle est composée par Jeremy Soule, qui a entre autre travaillé sur Morrowind et autres Oblivion, et reçu tout un tas de prix pour ses compositions. Chaque musique a son propre cachet, et contribue à vous transporter dans l’atmosphère unique du jeu.

Alors, si je devais aujourd’hui noter Total Annihilation, par rapport aux jeux d’aujourd’hui, je soulignerais bien sur les graphismes hors d’age, mais joue-t-on à un jeu uniquement pour les graphismes, comme les constructeurs de consoles ou certains éditeurs semblent le penser ? Pas vraiment, si l’on en juge par la communauté encore vivante de ce jeu des années plus tard, le nombre d’unités créées par les fans, les cartes, les nouvelles versions, tout le contenu dont l’éditeur n’a jamais été à l’origine. On joue à Total pour les musiques, pour la sensation de puissance, pour l’atmosphère, pour les explosions, et tout ça, on l’a dans le jeu. Et si vous n’êtes pas convaincu, allez voir la page du jeu sur gog.com, où les 39 pages d’avis à l’heure ou j’écris cet article ne tarissent pas d’éloge sur ce qui fut et qui reste, une référence en matière de jeux de stratégie. Ah oui, et du coup, pour ceux qui comme moi ont détruit leurs cd de jeu à force de jouer, bah maintenant on peut le trouve sur gog justement, légalement, et avec toutes les extensions officielles. Je vous laisse, je dois retourner tenter de détruire ce foutu Krogoth. C’est plus vite dit que fait.

Merci à gog.com de m’avoir donné des captures d’écran, le jeu est autrement tellement vieux qu’il est difficile d’en faire soi même!

Quelques mots que j’ajoute un peu comme ça, au hasard. Si vous avez aimé Total Annihilation, ou que vous aimeriez jouer à un équivalent plus moderne, l’excellent Supreme Commander est fait pour vous! Indice: C’est aussi de Chris Taylor, et c’est juste énorme! Supreme commander 2 est moins bien hélas, largement pas au niveau de son prédécesseur, et il y en a un autre, Planetary Annihilation, qui est très bien aussi mais tombe un peu court des attentes qu’on avait placé en lui! Bon jeu à tous! 🙂

Akashar

Rédacteur chez Gameovert.net
Je joue à presque tout et j'aime ça. J'aime écrire aussi donc ça tombe bien.
Akashar
Précédent Streaming Xbox One vers Windows 10 - Le verdict
Next Hello Neighbor! campagne Kickstarter le 12 octobre

Vous pourriez aimer aussi

Dream

Dream c’est un jeu… étrange, et c’est son but, être étrange, ou en tout cas, HyperSloth, les développeurs, tiennent à vous mener par le bout de votre petit nez dans une

PC

Battle Chasers : Nightwar

Battle Chasers: Nightwar, une équipe de cinq mercenaires, partis à la recherche du père de l’une d’entre eux, se font attaquer en plein vol à bord de leur bateau-dirigeable. Après une longue chute, vous voilà sur l’ile du Croissant.

Avis Express

Asterix & Obelix XXL 2

Asterix & Obelix XXL 2 est un jeu arcade et plateformes, où le but est de cogner du romain et de récolter moultes bonus de niveaux en niveaux

1 commentaire

  1. Oupo
    novembre 16, 12:09 Répondre

    Ah Total Annihilation… Rien que ce nom me remémore bien de souvenir. Des batailles épiques avec plusieurs dizaines d’unités en tout genre (des portes avions, bombardiers…), revenir sur le champ de bataille pour recycler les carcasses encore fumantes des ennemies (ou de nos propres unités). Construire de l’artillerie pour exploser la base adverse sans que celui-ci ne puisse riposter… et finalement détruire le bâtiment que je devais capturer et finir par un game over…

    TA est un excellent jeu, le scénario est anecdotique et les graphismes d’un autre age ( Il existe un mod TA3D qui améliore les graphismes, il faudrait que je le test un jour ), mais il m’avait procuré des sensations que je n’ai jamais retrouvé dans un STR. Certes il y a eu des jeux comme Supreme Commander ou plus récemment Planetary Annihilation mais je n’ai jamais ressenti le même feeling.

    Vraiment l’un des jeux qui m’a fait aimer le STR (avec les C&C, enfin les anciens surtout), tellement dommage qu’il n’y ai jamais eu de suite digne de se nom.

Laissez un Commentaire :

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.