Metal Gear Solid 5 The Phantom Pain – PC

Snake ne serait rien sans Jo Cul-nu...


packshot-a76bb70c1f3ce8b3d91b44d7c738f46b

Metal Gear Solid V Phantom Pain

Testé sur PC – 2015

Editeur: Konami

Lien vers la boutique Gamesplanet


Quand Grobiduch m’a posé sur la table un exemplaire de Metal Gear Solid 5 The Phantom Pain en s’écriant « tiens ce jeu d’infiltration légendaire à tester », j’ai senti tout le poids de la responsabilité du test d’une série mythique du jeu vidéo s’abattre sur mes épaules. Bon en fait non. D’abord parce que Grobiduch ne s’écrie pas et a plutôt tendance à susurrer, et aussi parce que je ne connaissais pas cette série.
Je commence donc par me renseigner sur une source 100% fiable à la portée scientifique reconnue (Wikipédia.fr) : « Metal Gear Solid : jeu vidéo d’infiltration et œuvre uchronique du genre techno-thriller»… autant vous dire qu’après « jeu vidéo » les mots ne font plus partie de mon vocabulaire.

Soit, jouons : je me réveille, allongé sur un lit d’hôpital, la vue approximative et le cerveau en vrac. Il est en effet unanimement reconnu par la profession médicale que 9 ans de coma ne sont pas synonymes de renforcement musculaire et nerveux. Malheureusement, des explosions et un commando à l’allure hostile auront raison de ma convalescence et me forceront à filer fissa. Heureusement un compagnon d’infortune au nom inconnu, mais que j’appellerai pour des raisons évidentes « Jo Cul-nu », va m’aider à me sortir de cette mauvaise passe. Ce prologue m’apprend les rudiments de « l’infiltration » à la mode MGS. Et d’un mot résolu dans cette définition. Du coup je me dis naïvement qu’ « uchronique » doit avoir un lien avec le fait de se balader la raie à l’air… puisque je retrouve également une ambiance de type « techno-thriller » dans la suite de ce prologue. Je me mets cependant à douter de cette définition sitôt le prologue terminé, après avoir été emmené au milieu de l’Océan Indien (et là bien habillé), pour en découdre avec ce monde de complots et de manigances : me voici sur ma Mother Base, siège de mon pouvoir sans limites.

La base à maman

Marre des prix du foncier exorbitants des métropoles ? Vous cherchez un pied à terre pour 200 truands prêts à conquérir le monde à coups de lances-roquettes ? Diamond Dogs Immobilier vous propose une plate-forme cosy à 100 km des Seychelles. Toute équipée : douches, toilettes, labo médical, arsenal, stand de tir. Les familles apprécieront ses 12 stationnements pour hélicoptères : 120000 PIM à saisir.

La base à maman nous sert à entreposer notre matériel, nos prisonniers et nos troupes. Elle peut être upgradée tout au long du jeu, ce qui débloque de nouvelles fonctionnalités. Nos troupes peuvent être envoyées en missions pour nous ramener des récompenses sans bouger le petit doigt, mais nos soldats n’étant pas nécessairement des enfants de cœurs, ils ont la fâcheuse tendance à s’entretuer également. Bref la base à maman est notre QG : on s’y sent bien, on est le chef, on y retourne souvent pour se faire aduler et voir ses extensions, et surtout on y retourne pour se doucher, parce que 24h de missions à ramper dans le désert ça a tendance à faire suinter les aisselles.

Missions

Mais parlons maintenant du cœur du jeu : les missions, la bagarre, les flingues quoi ! Enfin en théorie c’est plutôt la discrétion, les pas de velours, l’étranglement par derrière… mais c’est là où Metal Gear Solid 5 The Phantom Pain procure à mon sens une grande expérience de jeu : on peut très bien commencer avec l’idée de réussir ses objectifs sans tuer personne. Mais les aléas du direct peuvent vite nous amener à devoir flinguer à tout va !
Les maps des missions regorgent de choses inattendues qui peuvent vite mettre à mal nos ambitions d’infiltration : un objet au sol que l’on renverse, des patrouilles qui surgissent de nulle part ou un animal qui part effrayé en nous voyant. Le jeu peut se réussir ainsi façon bourrin ou façon discret, mais il est également possible de varier les deux. Etant, vous l’aurez compris, plutôt un adepte du mode le plus direct, je me suis tout de même plu à ramper tout autour de la zone de mission pour réussir mes objectifs bonus !


Les missions se structurent en une série principale et des missions secondaires, qui apportent des équipements et compétences essentielles (interprète pour interroger, armes…). A chaque phase, il faut préparer son équipement en fonction des objectifs, puis se faire larguer en hélico au plus près. Ces phases prennent vite du temps et créent des moments un peu « mous » dans le jeu. De même, le retour sur la base à maman doit être sponsorisé par la SNCF car on y passe vite 5 minutes.
Outre les missions, on peut très bien se balader dans les espaces proposés par le jeu : Afghanistan, Zaïre… pour collecter de l’équipement nécessaire à développer la base ou même se balader entre les missions. Pour cela nous avons à notre disposition un D-Horse (pour ne pas dire un canasson) ou des véhicules plus ou moins modernes.
Bref du contenu pour des dizaines d’heures!

Un genre qui techno-thrille

Comme je vous l’ai dit, il s’agit là de mon premier MGS et je dois dire que j’ai adoré l’ambiance et l’histoire qu’il nous propose. On peut effectivement parler d’un techno-thriller, mélangeant intrigues mondiales entre superpuissances (de type soviétique) bien réelles avec un soupçon de surnaturel. Le fait d’être un total néophyte n’a en rien amoindri mon expérience de jeu, des cassettes et debriefs étant disponibles pour comprendre les principales manigances des épisodes précédents.
Après les fans de longue date trouveront sans doute des choses à dire du type : « ouais c’était mieux avant », mais je ne pourrai du coup pas les contredire !

Graphismes

Ne m’étant posé la question de la qualité des graphismes qu’au moment d’écrire ce test, j’en conclu que je les trouve à niveau. Du coup rien qui fasse saigner les yeux, mais non plus rien qui scotche sur la chaise.

Du coup c’est bien un techno-thriller d’infiltration à recommander. Déjà j’aime les jeux où on a un rapport temps passé sur investissement important, mais aussi car on sent que l’on a affaire à une série avec une ambiance propre et une histoire forte. Bref si vous souhaitez conquérir le monde à coups d’armes de guerre, ou à petits coups de poings dans le dos, Metal Gear Solid 5 The Phantom Pain est fait pour vous !

2015 – Kojima Productions / Konami

Bibouzh

Je n'ai pas le temps, je suis débordé et je saute par la fenêtre dans les jeux vidéo.

Les derniers articles par Bibouzh (tout voir)

Metal Gear Solid 5 - Phantom Pain

Avis de Bibouzh
8.3

Amusement

9.0/10

Graphismes

7.0/10

Gameplay

9.0/10

Les plus:

  • Contenu
  • Infiltration et/ou action
  • L’ambiance, l'histoire
  • Uchronique (finalement je suis d’accord)

Les moins:

  • Longueurs entre certaines phases
Précédent The Book of Unwritten Tales 2 - PS4 et PC
Next C'était la Nuit du jeu à Tournon

Vous pourriez aimer aussi

Crazy Machines 3 – Le jeu qui rend fou

Crazy Machines 3 est un jeu de simulation de casses-têtes addictif et gratifiant. Mais attention de ne pas sombrer dans la dépression. Un jeu plein de défis.

XBOX One 0 Commentaire

Chaos on Deponia – Xbox One

Chaos on Deponia est le second volet de la saga point’n’click allemande Deponia. Cet épisode, sorti en 2012 sur PC avait pris du galon avec une histoire plus riche, des énigmes plus complexes et un humour débridé. En 2018 il en est de même avec cette sortie sur console PS4 et Xbox One.

Everspace – aperçu de l’accès anticipé

Everspace est un rogue-like spacial très agréable à jouer pour l’instant. Un bon petit, tout est relatif, jeu défouloir. Des pious-pious et badaboums en perspective !

1 commentaire

  1. Grobidüch
    octobre 23, 13:20 Répondre

    Bordel, je ne m’en lasse pas. (de lire ton retour sur MGS). Je n’aimais pas cette franchise, rien que pour l’appréhender par ton point de vue, j’y jouerai. Snake est mort, vive Jo Cul-Nu ! Konami, vous avez là un début prometteur pour une autre franchise. Je me porte garant.

Laissez un Commentaire :

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.