Cross of the Dutchman

Sauvé par l'histoire

Cross ot The Dutchman, est un jeu action-aventure-historique des néerlandais de Triangle Studios. Il est basé sur une histoire vraie, une légende serait plus précis, de nos voisins bataves. On joue Pier Gerlofs Donia, un mec hyper balaise (ce pourquoi je préfère le mot légende car notre Pierrot est capable de buter 8 bonhommes d’un seul coup avec son épée de 15 mètres de long), qui va mener la résistance avec les paysans de la Frise (région aujourd’hui intégrée dans les Pays-Bas) contre les envahisseurs Saxons.

Au fil de votre pérégrination, vous allez chercher à rallier à vos côtés, les personnes les plus influentes qui sauront elles-mêmes vous fournir des rebelles en nombre. Plus vous vous enfoncerez dans l’histoire, plus la tragédie pointera son nez. Au départ, on trouve l’histoire légère, un tantinet drôle, mais les gens de Triangle Studios ont su m’amener vers la fin tellement le récit est intéressant, et ce malgré de grosses faiblesses dans leur jeu.

Graphiquement, Cross of The Dutchman est très joli. Avec un design très cartoon-anguleux du plus bel effet, on débute avec des petits « woaw« . Sauf que le seul truc moche du jeu complètement loupé, c’est le héros. Bon, passons, je vous laisserai regarder les captures pour vous faire votre propre opinion. Les cut-scènes, narrant l’épopée, sont magnifiques, mélangeant style naïf et bande dessinée. Ensuite, on ne peut pas dire que le jeu se renouvelle, vous aurez le même monde, les mêmes arbres, vaches etc tout le long. Mais c’est l’histoire qui veut ça. Légende oblige ! (enfin histoire, ne les froissons pas).

Pour vous battre, vous avez deux options. Soit les poings, avec deux compétences différentes: un coup de bourre-pif simple, et un plus puissant qui dérouille facilement 2 à 4 mecs. (Après on dit que ce sont les Marseillais qui exagèrent, les hollandais sont pas mal non plus sur ce coup là!); soit une épée assez balaise que vous trouverez en cours de jeu, et là idem, un coup genre je taquine « guilili-guilili t’es mort » et un plus puissant qui vous permet, selon l’upgrade que vous aurez achetée, de défoncer presque 8 Saxons sans sourcilier.

2015-09-20_00010

Voilà le coin des améliorations. Ça vous tente un doublefist ?

Ces fameuses upgrades (améliorations de vos pouvoirs poings et épée) s’obtiennent chez un marchand. C’est tout, ne pensez pas augmenter la force, la dextérité ou je ne sais quoi d’autre, non.

Ce qui m’a le plus ennuyé dans Cross of The Dutchman, c’est cette impression de tout le temps courir, courir, courir, courir. Vous parlez à un mec à l’autre bout de la map, et ce dernier vous dit « allez, il faut voir si ta femme Rints va toujours bien »… et allez un petit jogging… du coup elle va bien, du moins au début, et vous repartez vous battre: jogging, jogging, jogging. Bon. Si je devais sortir un seul gros point négatif ce serait celui-là.

Sinon, il y a des trucs étranges, comme par exemple ces caisses éparpillées un peu partout, avec des dizaines de pièces d’or dedans, alors que juste à côté, des villageois, qui crèvent la dalle, ne sont même pas tentés de les fouiller. Vous allez en ramasser du flouz, croyez-moi. Pourquoi faire ? Ben acheter une ou deux potions de soin, deux upgrades… et c’est tout ! Il y a aussi ces pseudos moments d’infiltration, où vous devez passer sans vous faire repérer. En passant à 1 mètre d’un garde qui vous tourne à peine le dos, il ne vous voit pas.

Visiblement, Triangle Studios a tout misé sur les graphismes et l’histoire, vraiment prenante avec une fin touchante. Ils ont su également rendre attachants les quelques protagonistes importants au bon déroulement du périple de Pier. Pier qui sera, selon l’histoire, le Roi de la Frise, le Timonier de la Mort et…The Cross of the Dutchman. (Mais pas la Poutre de Hollande).

Beaucoup de « mais » dans mes mots, mais à 8.99 € le jeu, avec une histoire que, nous français, connaissons pas ou peu, n’est pas un mauvais jeu, si je me fie à cette sensation d’avoir appris quelque chose.

Du coup, pour finir, si vous pensiez trouver un hack & Slash lambda et que les histoires vraies vous vous mouchez avec, passez votre chemin. Mais si vous êtes en quêtes d’instruction ou un chouya curieux, sauter sur ce jeu ! (Attention, terminé en 3h)

Suivez moi

Grobidüch

Redacteur en mi-chef chez Gameovert.net
Joueur mauvais depuis la fin du jurassique, je n'ai pas de préférence (PC, Mac, Consoles, courses, jdr, stratégie, etc...) mon principal but est de vivre de belles histoires et de me marrer accessoirement.
Grobidüch
Suivez moi

Les derniers articles par Grobidüch (tout voir)

Cross of the Dutchman

Avis de Grobiduch
6.2

Amusement

6.5/10

Graphismes

7.0/10

Gameplay

5.0/10

Les plus:

  • Histoire vraie
  • le prix
  • Le design graphique...

Les moins:

  • ...sauf pour le héros
  • Trop facile
  • Impression de jogging permanent pour le héros
  • Jeu terminé en 3 heures.
Précédent Act of aggression
Next Bientôt de nouveaux jeux de société en test

Vous pourriez aimer aussi

Carmageddon Reincarnation

Historique de Carmageddon vers la Reincarnation. Si je devais faire un top ten des jeux qui ont marqué mon passé, il y aurait entre autres Duke Nukem 3D et le

PC

Surviving Mars : 2 doigts coupe faim

La conquête spatiale commencera par Mars mes amis ! Ça Haemimont Games l’a bien compris en développant Surviving Mars. Jeu de gestion où, comme son nom l’indique, consistera à survivre à Mars.

Jeux Vidéo

Chaos on Deponia – Xbox One

Chaos on Deponia est le second volet de la saga point’n’click allemande Deponia. Cet épisode, sorti en 2012 sur PC avait pris du galon avec une histoire plus riche, des énigmes plus complexes et un humour débridé. En 2018 il en est de même avec cette sortie sur console PS4 et Xbox One.

2 Commentaires

  1. Trollinet
    septembre 24, 16:57 Répondre

    Après la simulation d’embourbement avec Spintires, voici la simulation de jogging. Penses-tu qu’être devenu testeur de jeux vidéos aura rendu ta vie meilleure ?

    • Grobidüch
      septembre 24, 22:55 Répondre

      Tant que je n’ai pas testé le jeu « Waters Debouchor Simulation » non Trollinet ! Et je m’y tiendrai.

Laissez un Commentaire :

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.