Need for Speed

Need for Speed

Etude sociologique en milieu swag

Need for Speed n’est pas le reboot du premier opus sortie en 1994. Opus qui, à l’époque, était une révolution en matière de jeu de courses sur PC. Non, c’est plus ou moins un remake de Need for Speed Carbon, Most Wanted ou autre Need for Speed Underground. Bref, à mes yeux, et par avance je lance mes excuses auprès des fans de tuning: les plus mauvais épisodes de la série.

nfs2016ps42dpftfr_jpg_jpgcopy Genre: Course deuv avec de la rep

Plateforme de test: [glossary_exclude]PS4[/glossary_exclude]

Français: texte et voix

Editeur: Electronic Arts – Développeurs: Ghost Games

  Bientôt dispo chez Gamesplanet

La série Need for Speed, pour moi vieux de la vieille, ce sont des courses avec des voitures de luxes, parcourant, de jour comme de nuit, des routes sur le sol américain, tout en tentant d’échapper à la police. A partir de 2003, c’est là, toujours à mes yeux, que la série est partie en quéquette. Tuning assumé, pour moi synonyme de beaufitude, cut-scenes avec des dialogues insipides amalgamant jeunesse et débilité, conduite au goût douteux, bref, Need for Speed est devenu un emblème de la médiocrité risible.

Alors comment aborder le test d’un jeu si, dès le départ, on est empli d’à priori ? Je vous le promets, dans ce test, enfin dans ma note, je tiendrai compte uniquement de la qualité de conduite et du mode course. Car Need for Speed, c’est avant tout, un jeu de bagnoles. Et pourtant, dès le premier contact avec NFS, ce n’est pas si évident…

Je crois qu’il faut annoncer d’emblée, que ce Need for Speed de 2015, sera une référence en matière de jeu d’acteur pourri, aux dialogues dignes des meilleures listes d’ingrédients de paquets de farine. Je connais pleins de jeunes dans la vie, mais je n’en ai jamais croisé d’aussi cons. Pourtant certains n’ont pas inventé la respiration. Moi même j’ai sûrement été un jeune con, mais là c’est tellement exagéré, que ça en devient très drôle, limite affligeant.  Le problème… c’est que c’est tout le temps, vos jeunes amis dans Need for Speed, ne vous lâchent pas la grappe. Alors vous priez pour que les courses arrivent vite, très vite.

Vous savez quoi ? Pour que nous soyons tous amis, on va signer un pacte et dire que tout ce qui est autour des courses, dialogues, jeu d’acteurs, c’est finalement très drôle. Et du coup, je me suis bien marré tellement le cliché était énorme.

Mettons-nous au volant !

Déjà ce qui frappe, c’est la beauté des graphismes. Sincèrement c’est vraiment chouette. Ok, on ne roule que de nuit, la ville est vide, très peu de voitures pnj, mais l’ambiance, le rendu météo, la modélisation des caisses sont bien là. Quant à la conduite des voitures, c’est vraiment très plaisant, un bonne prise en main arcade. Mais au bout d’un moment… les vieux démons de la médiocrité resurgissent… notre téléphone n’arrête pas de vibrer car nos blaireaux d’amis n’ont rien d’autre à foutre que de vous appeler. Et ça vibre, ça vibre… BZZZZ BZZZZZ, je me suis cru au boulot. Parfois ils vous appellent pour vous donner des rendez-vous de courses: contre la montre, drift, courses de checkpoint… mais des fois c’est pour un rancard au snack du coin… Ghost Games ?… Why ? Qu’avons-nous make to mériting this ?

La progression se fait par une sorte d’XP (expérience) qui s’appelle la Rep. Oui point très drôle aussi, on ne finit pas ses mots dans ce jeu. Non, car on est jeune et swag. Donc la Rep, c’est la réputation. Du coup, dans la vraie vie, désorm, jeuparl comm’ce. Je vaifine monarte comm’ce. D’ac ? Ça va être sup non ? Hey Bibz ? Tuve jouer à Fif ? Ha lala, qu’est-ce qu’on se marre… Bref, donc, vous gagnez de la Rep en remportant des courses, en faisant des drifts, en frôlant des voitures etc. Quand vos amis virtuels, mais ô combien gavants, vous lâchent un peu la grappe, vous pouvez conduire dans ce monde ouvert qu’est la ville de Ventura Bay. Et vous y trouverez des bonus, comme des points de vue, des donuts à récupérer en driftant, et tout un tas de choses et de défis qui permettent de faire autre chose que des courses. Et puis c’est surtout pour retarder le plus possible toutes réunions avec vos cop’s (copains). Un point positif quand même dans le jeu d’acteur de Need for Speed, c’est l’engagement des devs (développeurs en jeune swag) pour l’égalité des sexes. Amy, la fille qui est en charge d’upgrader votre caisse, est limite proche de se gratter les roustons. C’est ça l’égalité des sexes, une femme a le droit, tout comme un mec grave blaireau, de cracher, se gratter les nouilles et parler comme un portail mal graissé.

Revenons à la course, vous rencontrerez parfois la police qui tentera de vous arrêter si vous enfreignez les règles de la route. Normal. Cependant, au début du jeu, je pense que les policiers sont les parents de vos amis. Ils sont tellement nuls que dès vous tournez dans la première ruelle trouvée, ils ne vous trouvent plus. Ceci dit, par les temps qui courent, ils ont d’autres chats à fouetter.

Oui dans Need for Speed, on peut améliorer ses voitures. Comme dans beaucoup de jeu, vous rentrez au garage, et selon l’argent que vous avez amassé, vous allez installer de la nitro, des soupapes de meilleure qualité, des amortisseurs vous permettant de gagner en adhérence etc… C’est vraiment très complet et on se laisse prendre au jeu. Il y aussi pas mal de voitures achetables dans Need for Speed. Une bonne cinquantaine. Moi, pour bien cultiver mon côté vieux grincheux, je me suis acheté une vieille Volvo 240. Bah me suis bien éclaté avec. Dans tous les sens du terme d’ailleurs.

Pour concl’

Need for Speed, si on s’en tient à la course de voitures, est un bon jeu. Vraiment. Si on se fie aux graphismes, il est plutôt très joli. Mais tout le reste… Ce n’est pas grave d’être beauf, mais l’accentuer à ce point, c’en est risible. Et je n’ai pas parlé de l’aide qui s’affiche en plein écran alors que vous êtes en pleine course… Bref, si vous êtes un chouya tenté par l’achat de Need for Speed, laissez-vous aller. Ne vous laissez pas influencer par mes gnagnas sur les cut-scènes de série Z. Au pire vous rigolerez, mais en course vous pourrez trouver votre bonheur.

Suivez moi

Grobidüch

Redacteur en mi-chef chez Gameovert.net
Joueur mauvais depuis la fin du jurassique, je n'ai pas de préférence (PC, Mac, Consoles, courses, jdr, stratégie, etc...) mon principal but est de vivre de belles histoires et de me marrer accessoirement.
Grobidüch
Suivez moi

Les derniers articles par Grobidüch (tout voir)

Need for Speed

Avis de Grob
7

Amuz en course

7.0/10

Graph en course

8.0/10

Gamepl en course

6.0/10

Les plus:

  • En course, bon jeu de voitures
  • Graphismes très réussis
  • Le nombre de voitures
  • L'upgrade des voitures

Les moins:

  • Les cinématiques pathétiques.
  • Le téléphone vibromasseur.
  • Ville un peu vide.
Précédent Du nouveau chez Asmodee
Next Ciao ! Un classique plutôt original

Vous pourriez aimer aussi

Ride

Ride, de Milestone, est sorti en mars 2015 je crois, sur PC, Xbox One, 360, PS3 et PS4. C’est cette dernière mouture (monture) que j’ai essayée pour vous (et surtout pour moi). Bon, d’entrée de jeu, on vous demande de choisir une moto parmi trois.

PC

F1 2018

F1 2018 est un jeu de courses Formule 1 développé et édité par Codemasters. Un excellent cru !

PS4

MX vs ATV Supercross Encore

MX vs ATV Supercross Encore est une version améliorée de…. MX vs ATV Supercross. Dingue. Le même mais en mieux ! Bon, tout est relatif. Genre: Courses motos et quads Plateforme