Transport Fever

Transport Fever

Enfin un nouveau Transport Tycoon ?

1654Genre: Gestion de société de transport avec beaucoup de chaleur.
Français : textes uniquement (envie de gifler la voix anglaise)
Developpeurs/Editeur: Urban Games et Gambitious Digital Entertainment
Version de test PC: Version presse
Sortie le 08 novembre 2016 GOG et Steam

En 1994 Chris Sawyer (ne pas confondre avec Tom) sortait l’excellent et formidable: Transport Tycoon. A part une version deluxe et un « Sawyer’s Locomotion » daté, je n’ai jamais vraiment trouvé un palliatif à mon jeu préféré de société de transport. Voici Transport Fever, qui, sur le papier, reprend l’essentiel de ce qui me plaisait dans Transport Tycoon. Alors ? Suis-je enfin rassasié ? le fait-il bien ?train-fever-3

Pour moi un jeu de gestion de société de transport, doit être intéressant, gratifiant, prenant et mignon. Urban Games avait déjà sorti il y a quelques mois « Train Fever« . La musique disco qui l’accompagnait, les graphismes plutôt conventionnels mais agréables, m’avaient conquis mais sans me scotcher au jeu. Il manquait un petit quelque chose pour m’agripper.

Alors on fait quoi dans Transport Fever ?

Et bien on va avoir le choix entre les parties infinies (sorte de bac à sable) et une campagne, que j’ai fermé dès les premières minutes car sans avoir fait le tuto, je ne comprenais rien. Le didactitiel, à mon goût, est très mal fait car il vous apprend la technique des commandes mais pas les rouages du jeu, qu’on doit découvrir par soi-même (ce qui peut finalement être une bonne chose). La campagne ne m’intéressant pas un brin, et comme souvent dans ce genre de jeu, je veux progresser par moi-même et pas en suivant un fil, j’ai choisi le mode partie infinie de Transport Fever.

Carte immense, moyenne, petite, USA, Europe ou custom, 1850, 1900 ou 1950 j’ai voulu me faire la main sur une minuscule carte européenne avec pour début le 19ème siècle.
On se retrouve avec quelques villes éparpillées, des usines qui n’attendent que de la matière première pour créer leur marchandise, des scieries, puits de pétroles, fermes, mines de fer etc etc etc. On passe les années, les siècles, jusque là, comme dans Transport Tycoon. Parfait.


Ma première action a été de poser des arrêts de bus (calèches à cette époque) dans une ville, créer un dépôt, acheter un véhicule et de lui attribuer une ligne. Les menus sont assez simples et paradoxalement bordéliques. Au bout d’un moment on a des fenêtres de partout, c’est un peu saoulant. D’ailleurs on aimerait trouver dans certaines fenêtres plus d’infos et parfois moins. En fait certaines fenêtre mériteraient d’être mélangées à d’autres et inversement. Mais je m’y suis adapté, et je m’aperçois que tout devient naturel au fil du jeu. Mais au début…

Bref voilà mon « bus » lancé, je le surveille pour voir combien il me rapporte. Et bien, je ne sais pas pourquoi, ce n’est pas évident, j’ai perdu beaucoup d’argent au début. Mes habitants préférant marcher. Alors je me suis dit, je vais créer une ligne qui viendra d’une autre ville. Pareil, perte perte perte. Bon, prenant mon mal en patience, je me suis orienté vers une scierie qui avait besoin de bois. Construction de route, dépôt, entrepôt, « camion » (en 1850 c’est plus une remorque attelée), je valide la ligne, je lui demande de charger au max… ENFIN, un peu d’argent. Au bout d’un moment mon bus de ville a commencé à me rapporter, etc etc…

Pour progresser, rien n’est vraiment simple. Dans les rouages, si: il faut amener différentes matières premières pour obtenir UNE autre matière première qui ira ensuite vers une autre usine. Normal, c’était aussi comme ça dans Transport Tycoon. Mais il faut savoir gérer. Ne pas trop dépenser, savoir rendre une ligne rentable. J’ai eu le défaut de vouloir, avec une remorque à marchandise, lui faire un trajet « optimisé »: prendre du bois, l’amener à la scierie, puis prendre les planches les apporter à une usine etc…  le problème c’est que cette remorque mettait tellement de temps à faire toute le trajet qu’elle me coûtait trop d’argent. J’ai donc jumelé une autre calèche sur des trajets plus courts.20161106201613_1

Bon, et puis après, entre le reste des transports, train, avion, etc…, on est heureux de voir ses petits moyens de locomotions se débrouiller seuls. On peut améliorer nos bâtiments (Entrepôts, arrêts de bus, gare…), des missions apparaissent aussi pour vous motiver ou vous stimuler de temps en temps, avec de l’argent à la clef. On veille à la rentabilité, au développement des villes, des besoins de chacun et tout va pour le mieux… quand on y parvient !!! Mais le challenge est justement là. Savoir bien gérer.

Graphiquement, le jeu est beau mais sans plus. Je n’arrive pas à définir ce qui serait à mes yeux « beau » pour ce genre de jeu. Peut-être un côté plus cartoon ? Urban Games a voulu des véhicules très bien modélisés, et c’est le cas, mais le prix du réalisme en zoomant, et donc de toute beauté, perd de son charme en vue normale, c’est à dire dézoomée. A mon avis, dans un jeu de gestion, on s’en fout qu’une locomotive soit parfaitement bien reproduite. On veut gérer, voir ses trains faire tutuuuuuuh. Point. Moi, j’aime quand ça brille 🙂

La musique n’est pas à mon gout, mais un Transport Tycoon-like comme l’est presque Transport Fever, se doit d’avoir une musique kitsch, et c’est le cas, et c’est paradoxalement parfait. Ça me fait saigner les oreilles, mais c’est obligatoire, sinon nous n’avons pas… la fièvre des transports ! Calor, caliente ! (je n’ai pas trouvé mieux désolé).

Pour résumer, Transport Fever est bel et bien, pour moi, un retour aux bonnes choses avec pas mal de « mais ». Cependant, je m’amuse comme un petit fou. Si Urban Games fait un gros effort (pas de concurrent et c’est vraiment dommage, pas de multijoueur), ajustement en clarté des infos affichées, Transport Fever sera un vrai Tycoon, et je serai le plus heureux des hommes. Imaginez un restaurant avec une salle où toutes les tables sont trop proches, vos voisins puent, mais la bouffe est excellente. Ben voilà Transport Fever. Ceci étant dit, notez aussi que le Workshop est accessible sur la version Steam.trainfeverwork

Suivez moi

Grobidüch

Redacteur en mi-chef chez Gameovert.net
Joueur mauvais depuis la fin du jurassique, je n'ai pas de préférence (PC, Mac, Consoles, courses, jdr, stratégie, etc...) mon principal but est de vivre de belles histoires et de me marrer accessoirement.
Grobidüch
Suivez moi

Les derniers articles par Grobidüch (tout voir)

Transport Fever

Avis de Grobiduch
6.3

Amusement

7.0/10

Graphismes

6.0/10

Gameplay

6.0/10

Les plus:

  • Workshop
  • On se laisse happer malgré tout
  • Modélisation des véhicules

Les moins:

  • Pas de concurrent !
  • Pas de mode multijoueur
  • La musique, et pourtant colle bien au jeu
Précédent [Portrait] La ludothèque de Bibouzh
Next [Portrait] La ludothèque de Grobiduch

Vous pourriez aimer aussi

Retour sur : Total Annihilation

  Ca, c’est un paquet de souvenirs! L’un des premiers jeux auquel j’ai pu jouer, et l’un des meilleurs. Même aujourd’hui, certains aspects de ce jeu restent mieux que beaucoup

PC

The Occupation

The Occupation est un jeu d’enquête, dans lequel vous allez jouer en grande partie un journaliste à travers une histoire qui sent bon le complot.

Jeux Vidéo

MXGP 2019 – The Official Motocross Videogame

MXGP 2019 de Milestone, est un jeu de course motocross basé sur les licences officielles MX1 et MX2. J’ai bien accroché !