Divinity Original Sin 2 – Premières impressions

Divinity Original Sin 2 – Premières impressions

Divinity Original Sin 2Genre : rpg combats tour par tour
Français: non pas pour l’instant (mais j’ai ma carte d’identité!…mais qu’est-ce qu’on se marre !)
Developpeurs: Larian Studio
Plateforme de test: Accès Anticipé fourni par GOG très gentiment.


Un petit rappel

Divinity Original Sin 2 est la suite de ? Fifa 16, bravo ! Haha, décidément, qu’est-ce qu’on se marre sur Gameovert.net, halalalala, bon, non bien sûr, il s’agit du prochain volet d’une saga commencée il y a presque trois ans. En effet, Divinity Original Sin, premier du nom, est sorti en 2014 après un développement lancé par Larian Studio en 2012. Tout comme l’opus 2, dont je vais donner mes premières impressions ici-même, il a été entièrement financé par la plateforme Kickstarter.Divinity Original Sin

J’ai beaucoup aimé Divinity Original Sin, et l’ai raclé en coop avec Bibouzh en 2015 quand il fut remodelé en version Enhanced Edition (gameplay et interface modifiés pour les consoles et graphismes améliorés). C’est ce jeu qui m’a réconcilié avec les combats au tour par tour. Oui, Divinity Original Sin est le bon compromis entre gameplay technique et une approche simple et intuitive. Tout parait évident, sans être trop simple, mais pas la peine forcément de se creuser la tête et il est beaucoup moins bordélique qu’un Pillars of Eternity par exemple, sur le thème des combats j’entends.

Bref, que du bon pour le premier en ce qui me concerne… si ce n’est une fin que nous avons trouvée pénible et décevante. Mais les heures de jeux passées dessus, les bons moments, annihile ce mauvais souvenir finalement. Les puzzles et casse-têtes c’est bien, mais pas quand c’est tiré par les cheveux, poussant ainsi à tuer des chatons tellement on n’en peut plus.

Alors, et ce Divinity Original Sin 2 ?

Franchement, amoureux du premier, vous ne serez pas déçu. Je précise tout de même que le jeu n’est pas fini, mais de ce que j’ai vu, c’est du même acabit. Bien évidemment, il y a des évolutions, comme par exemple les graphismes qui, heureusement, suivent un peu l’époque, nous sommes en 2016, presque 2017. De nouvelles « races » de personnages font leur apparition, outre les humains, vous pourrez jouer: un ou une lézard, elfe, nain, sur une douzaine de classes prédéfinies* ou modifiables à souhait. Je vous rappelle que le principe du jeu est de suivre une équipe équilibrée de quatre héros. J’entends par là d’éviter de faire du full mage ou full chasseur. Bon, c’est une évidence hein, au pire cela peut-être un challenge et en même temps je dis ça, mais le jeu est fait de telle manière qu’il est quasiment impossible de ne pas faire une équipe homogène. Mais faites gaffe quand même.

*: Inquisiteur, Chevalier, Chasseur, Voleur, Lame noire, Voyageur, Sorcier, Mage, Battlemage, Clerc, Enchanteur et Guerrier

Le jeu n’est pas dénué d’humour dans ses dialogues, mais garde un brin de sombre dans son background. Ici vous serez immédiatement plongés dans une sordide histoire d’esclavage. Dès les premières minutes vous rencontrez un enfant avec un étrange collier « magique » autour du cou, puis un peu plus loin, dans un camp, toute une colonie portant le même objet… Concernant l’enfant, il sait pourquoi il pleure désormais, et c’est certainement mérité. MIOCHE !

Toute décision que vous validerez dans les dialogues auront, comme dans le premier Divinity Original Sin, une influence sur l’histoire. Chaque personnage n’aura pas forcément les mêmes répliques, chacun son lore. Une chose m’a marqué, je n’ai pas entendu de son pour les voix. Bon, comme je le précisais un peu plus haut, nous sommes bel et bien dans un accès anticipé de Divinity Original Sin 2, et peut-être que les voix arriveront plus tard, mais en l’état, à part la belle musique: que du texte. Tout en anglais pour l’instant. Autant vous dire que j’en ai bavé. Je crois avoir eu la progression la plus longue du monde. Je comprends l’anglais si je passe des heures à traduire. Mes chers compatriotes, ne vous inquiétez pas, the French Language will arrive. Très certainement que le texte. Ce qui était déjà le cas dans le 1.

Concernant la progression, je me suis refusé d’aller trop loin, déjà parce qu’il m’aurait fallu trois siècles de dispo devant moi, ce que je n’ai pas, mais surtout pour ne pas trop me spoiler le reste. Mais sachez que d’ores et déjà, il y a environ un « 25aines » d’heures de jeu, avec des combats épiques. Et comme dirait Akashar pour The Witcher 3: « Sachez épargner certains ennemis, il vous aideront peut-être plus tard »… Je me demande si l’enfant du début ce n’est pas Akashar…

Concernant l’aventure en coopération, vous vous souvenez que dans le premier opus, on pouvait la faire en duo uniquement (sauf avec un mod qui trafiquait le jeu pour pouvoir la faire à 4, blablabla, vous m’énervez tiens!). Ici, dans Divinity Original Sin 2, la possibilité de s’adonner joyeusement au périple, peut se faire d’emblée à quatre ! Et ça, j’espère qu’on pourra vous faire des séries de gameplay-vidéo avec ce mode.

J’ai remarqué aussi dans les menus, un bouton grisé, donc pas encore exploitable, avec pour inscription: Game Master… et ça voyez-vous, ça m’attire grandement. Créer une aventure pour les copains sera un point très positif. Si cette option n’est pas bâclée à la sortie du jeu, il va sans dire. Car si je m’en réfère à Sword Coast Legends, cette option était plutôt un vrai casse tête. Trollinet avait tenté de nous créer une aventure, avec ses quêtes, ses boss, depuis il vit reclus, en position fœtale, dans une grotte en Belgique (oui il n’aime pas aller trop loin et manger des frites).

J’ai trouvé une fenêtre de craft que je n’ai pas testé. Je ne suis pas très craft en général dans les jeux, plutôt une grosse feignasse même, je laisse faire les potes et je les dépouille, mais sachez que vous pourrez laisser aller votre imagination en faisant des expériences ou en suivant SCRUPULEUSEMENT des recettes.

Limite une évidence

Si vous avez aimé, tout comme moi, le premier Divinity Original Sin, vous ne serez pas déçu, le 2 n’est pas une refonte complète et déroutante de la saga. Au contraire, tout en apportant son lot d’améliorations, de profondeur, Divinity Original Sin 2 reste fidèle à l’idée qu’on se fait de la série, et je sin les yeux fermés ! *larmes de joie*, bordel qu’est-ce qu’on se MARRE SUR CE SITE !

Suivez moi

Grobidüch

Redacteur en mi-chef chez Gameovert.net
Joueur mauvais depuis la fin du jurassique, je n'ai pas de préférence (PC, Mac, Consoles, courses, jdr, stratégie, etc...) mon principal but est de vivre de belles histoires et de me marrer accessoirement.
Grobidüch
Suivez moi

Les derniers articles par Grobidüch (tout voir)

Précédent Premières impressions sur le Gwent
Next [Portrait] La ludothèque d'Akashar

Avis du rédacteur

Premières impressions
5/5

5

Excellent
5

Vous pourriez aimer aussi

PC

Rage in Peace

Rage in Peace est un jeu basé sur la mémorisation des emplacements des pièges, du timing et toutes autres choses qui vont vous rendre dingue.

Fifa 16 – Le test PC

J’ai bien cru qu’on ne pourrait pas vous parler de Fifa 16. Je pensais même être obligé de tricher et de faire un test déguisé avec Fifa 98. La supercherie

PC

Total War Saga : Thrones of Britannia

Total War, c’est un Crusader Kings en … hum, plus facile. Je viens de perdre un rein en écrivant cela, car le mot « facile » ne s’applique pas du tout à Total War Saga : Thrones of Britannia ou tout autre Total War.