10 août 2022

GameOvert.net

Le blog sur les jeux et les joueurs depuis 16 générations

Débrief : la cérémonie des As d’Or 2022

Un debrief de la cérémonie des As d'Or et des jeux nominés pour y voir plus clair

Après un premier article vous relatant le déroulé de nos aventures au FIJ 2022, voici un zoom sur la cérémonie des As D’or 2022. 

Le Festival International du Jeux (FIJ) de Cannes, c’est bien sur avant tout le plus gros évènement francophone autour du jeu de société et ainsi l’occasion de découvrir les nouveautés tout autant que de se rencontrer, qu’il s’agisse des acteurs professionnels du jeu mais aussi du grand du public. 

Salué pour cela, le FIJ et le monde du jeu en général reste un univers accessible, humain avec sa part de simplicité. Ces quatre jours sont un peu comme une bulle de douceur et de joie, autour d’une chose simple : jouer. 

Mais le FIJ c’est aussi l’événement qui inclut les remises de prix annuels du monde du jeu francophone, au même titre que les césars pour le cinéma. 

Ici, point de sculpteur réputé pour confectionné un trophée à l’allure énigmatique : le prix et ses trophées se dénomment : les As d’Or. 

L’histoire du jeu de société est récente et celle de leur remise de prix encore plus. Cela fait à peine plus de trente ans que l’on décerne ces prix, et la moitié dans sa forme cérémoniale que l’on connait aujourd’hui. 

C’est à cette cérémonie que l’équipe des Avengers de gameovert.net a assisté au soir de la première journée du festival. Elle est destinée aux professionnels du secteur, presse comprise, d’où notre présence. Et voici le débrief hypra subjectif des résultats de cette édition 2022 !

Première chose à noter puisqu’il s’agit d’une évolution notable cette année, l’apparition d’une nouvelle catégorie. En plus des trois premières habituellement présentes, à savoir les prix « enfant », « expert » et celui du véritable As d’or de l’année pour un jeu qui se veut accessible à tout public et qui plait au plus grand nombre, il a été décidé de rajouter la catégorie « initié ». 

Elle a beaucoup fait parler mais aussi rire en cette année d’intronisation. Les présentateurs de la cérémonie eux-mêmes s’en sont donné à coeur joie pour railler une catégorie aux contours floues dont on pourrait avoir du mal à définir les jeux qui sont concernés. 

Cependant, je trouve pour ma part assez logique et bien pensé la présence de ce prix qui n’apparait sans doute pas par hasard l’année qui suit le prix expert 2021 pour « The crew ». Là aussi les polémiques (si tant est qu’on puisse utiliser ce mot dans un monde si doux !) étaient allées bon train tant ce jeu ne correspondait peut être pas à une telle dénomination mais qui aurait été peut être tout aussi mal installé dans la catégorie principale. 

Si l’on veut faire simple, les jeux « initiés » sont des jeux qui comportent juste le petit plus de règles ou bien la mécanique un poil plus subtil qui empêcherai votre grand mère d’y jouer mais qu’un enfant de 8 ans saurait quand même vite maitriser (ou bien l’inverse selon les familles). 

J’aime aussi cette définition : des jeux destinés à ceux qui ont déjà une petite ludothèque des familles avec les jeux classiques (Aventuriers du rails, Codename, Catane) et connaissent donc déjà quelques mécaniques de jeux. Mais même là, ça se discute et nous le verront déjà avec le premier jeu « initié » de l’histoire des As d’or. 

Autant vous dire que personnellement tout cela me va comme un gant, car je suis particulièrement fan des jeux qui rassemblent des personnes de tous horizons. Etant toujours à l’affut de jeux que je peux présenter à l’ensemble de mes proches, joueurs ou non, pouvoir échanger, discuter, et tenter de repérer lesquels correspondent ou non, cela me passionne !

Catégorie Expert

Mais trève d’amorce, plongeons dans cette édition 2022 avec tout d’abord la catégorie « expert ». 

Les nommés 2022 étaient : Dune Imperium, Les ruines perdues de Narak et Iki. 

Ce fût la catégorie sans doute la plus évidente cette année au niveau du choix des nommés. Le monde du jeu semblait plutôt unanime à pronostiquer Dune et Narak tant ils ont fait parlé d’eux, qu’ils ont plu, se sont vendus. Les Ruines Perdues de Narak avait peut être l’avantage d’être sorti plus tôt dans l’année et avait même déjà sa déclinaison sur BordGameArena (le site de jeu de société en ligne particulièrement bien réalisé, n’hésitez pas pour ceux qui ne parviennent pas toujours à réunir à la maison des parties en physique). Mais nous sentions progressivement l’apparition de Dune prendre une place substantielle. 

Iki jouant alors le rôle d’outsider, nous commencerons par le présenter succinctement car aucun de nous n’y a joué. Ca n’est pas faute d’avoir essayer mais les tables ont été prises d’assaut. 

Iki est un jeu de stratégie se déroulant à Edo, un village du Japon féodal. Les joueurs incarnent des responsables de la ville cherchant sa prospérité, notamment au travers du développement de son commerce et son artisanat florissant. Recrutez des artisans, développez les commerces et engrangez ainsi de l’Iki, un concept philosophique menant à un idéal de vie ! 

Au delà de son aspect sans doute classique de jeu de gestion de ressource, Iki se distingue aussi par son twist consistant à se méfier des réguliers incendies qui ravage la rue principale et donc les échoppes. Les joueurs devront tout autant se concentrer sur la recherche du meilleur moteur commercial tout en sachant sacrifier ses ressources et son temps afin de se prémunir des effets dévastateurs des flammes. 

Comme je l’ai dit, nous n’avons pu tester Iki mais j’aurais personnellement beaucoup aimé, d’autant que, point principal pour moi, il est particulièrement bien édité et ses illustrations sont très attirantes et immersives. 

Je pense que c’est un jeu « expert » certes, mais qui peut notamment amener des publics encore craintifs grâce à une thématique et un univers joyeux et apaisant. 

J’en profite d’ailleurs pour expliquer les guillemets au mot expert : là encore il faut s’entendre sur le terme. Bien des non-joueurs s’étonneraient du nombre de jeux auxquels ils pourraient jouer avec plaisir dès la première partie. Encore une fois, les jeux experts sont surtout caractérisés par une densité de règles plus grandes, mais qui une fois passé le temps d’explication et une première prise en main, se révèlent souvent d’une grande fluidité. Après, là encore, toute la gamme existe bien sur et l’on pourrait créer des échelles de niveaux à n’en plus finir !

Dune Imperium

Venons en à notre chouchou, et je parle au nom de l’équipe.

Sorti bien opportunément autour du film version Denis Villeneuve, Dune Imperium évite très largement le piège d’un jeu à licence sans âme. Il parvient tout à la fois à faire ressentir les ressorts de l’univers tout en créant une atmosphère et une mécanique singulière qui en fait un objet à part entière. 

 

Mais de quoi s’agit-il exactement ?
Dans Dune impérium chaque joueur tente de faire fructifier l’un des clans auquel il est affilié par un mix entre accumulation de ressources, autour de la fameuse épice pour les connaisseurs, et l’activité militaire.

La première mécanique du jeu est le placement d’ouvrier qui vous permet d’activer le pouvoir des différents lieux de la planète. Mais cela est combiné avec votre main de cartes. Car effectivement, la seconde mécanique est celle du deckbulding. Ici la spécificité est que vous utilisez au choix les cartes de votre paquet piochées à votre tour soit pour leur partie haute afin de vous placer sur le plateau, ou alors attendre la fin de ce même tour et utiliser les effets du bas de carte notamment pour l’achat de nouvelles cartes ou augmenter vos soldats en garnison.

Une des spécificités du jeu qui donne un sel certain, c’est que l’activité militaire n’est pas obligatoire. Une mécanique très fun permet de participer à la prochaine guerre qui s’annonce en amoncelant progressivement des troupes. Mais l’on peut aussi complètement délaissé cette partie du jeu, ce qui vous condamnera à ne prendre que les maigres miettes de butins laissés par ceux qui se seront lancé à corps perdus.

Dès la première partie les sensations sont assez fluides et le peu d’action à réaliser à chaque tour permet un vrai rythme. On voit assez rapidement qu’il va falloir faire des choix pour vous spécialiser dans la façon d’engranger des points de victoires. Enfin un dernier twist vient finir d’augmenter la tension : une série de cartes spéciales peuvent être piochées par ceux qui le souhaitent et donnent des effets parfois décisifs. C’est sans doute ici que réside une pointe de hasard qui ravira ceux qui ne souhaitent pas qu’un jeu ne se résume qu’à du simple calcul !

Au niveau des aspects plus négatifs, Dune impérium est parfois moqué pour son style graphique austère. Je suis assez d’accord. Le paradoxe étant qu’on ne peut pas dire que l’édition soit mal soignée, mais on ne comprend pas qu’ils ne se soient pas fait plus plaisir avec un tel univers convoquant des décors assez grandioses.

En conclusion, Dune Imperium parvient à combiner avec fluidité plusieurs mécaniques de jeux parmi les plus populaires du monde du jeux contemporains. Très plaisant à jouer, rapidement pris en main, peut être peut-il questionner sur sa rejouabilité. Mais sans nul doute que des extensions déjà en cours de sortie sauront prolongées l’expérience.

Les Ruines Perdues de Narak

Nous terminons la revue des nommés de la catégorie expert par les Ruines perdues de Narak. Là encore, nous n’avons pas eu l’occasion de le tester. Mais voici les contours de ce jeu dont le nom a essaimé tout au long de 2021 avec peut être davantage un aspect clivant.

 

 

 

Dans les Ruines Perdues de Narak les joueurs incarnent des explorateurs de l’île de Narak à la découverte des traces d’une civilisation disparue.

Dune Imperium et Narak se livrent cette année d’autant plus une bataille des votes qu’ils ont beaucoup de points communs. Narak vient lui aussi combiner plusieurs mécaniques de jeux maintenant traditionnels, deckbuilding et placement d’ouvrier, au service d’un jeu de combottage de ressources.

L’originalité de Narak procède du fonctionnement en une action par tour. Ainsi, il vous faudra constamment choisir l’action qui vous ai absolument nécessaire au risque de vous la faire piquer d’ici votre prochain choix.
Le jeu gagne en profondeur en cours de partie avec le déblocage d’aires de jeux nouvelles accessibles uniquement par des moyens de transports plus efficaces, et un choix toujours plus dense d’actions à entreprendre.
Narak vient potentialiser la rejouabilité avec un foisonnement de chemins stratégiques à construire au cours des parties, et pour le coup, soutenu par des illustrations et une atmosphère très colorées et chaleureuses.

D’après les retours que nous avons eu, le point délicat pour ceux que ça rebute, c’est l’aspect très calculatoire du jeu qui ne va qu’en s’étoffant au cours de la partie (le fameux effet : si je joue ça, ça va déclencher ça puis faire cela, ce qui me fera tant de points mais si lui joue cela et bien….etc etc…). Donc là ça va dépendre de votre plaisir à griller des neurones.

Nous en avons donc terminé avec le panel de cette sélection expert 2022. Et le gagnant fût …. Dune Imperium ! Bravo à eux et aux équipes de Lucky Duck games, boite d’édition que j’affectionne particulièrement.`

 

Catégorie Initié

Venons en à présent à la catégorie qui fait ses premiers pas cette année aux As d’Or : la catégorie « initié ». Les trois jeux nommés sont : Oltrée, Living Forest, et Nouvelles Contrées.

Sans trop dévoilé le suspens, Living Forest faisait figure d’archi favori, à la fois par le buzz autour de lui que par l’écart avec les deux autres nommés dont l’écho fût plus discret. Commençons donc par cet intriguant phénomène auquel j’avais pu jouer avant le festival, anticipant sur le risque d’y avoir difficilement accès pendant (ce qui s’est confirmé !).

 

 

Living Forest comme son nom l’indique fait la part belle à la nature. Vous incarnez ici des esprits de la forêt qui ont pour mission de sauver celle-ci des flammes d’Orbi. Il s’agit d’un jeu compétitif de 2 à 4 joueurs dont la mécanique de jeu principale se situe là encore dans une forme de deckbulding mais cette fois-ci combinée directement à du « stop ou encore ». En effet, à votre tour vous avez la possibilité de piocher autant de cartes de votre paquet que vous le souhaitez afin de potentialiser les deux actions que vous avez le droit de réaliser. Mais gare à vous : votre deck comporte 5 cartes malus et si vous en retournez trois au cours de votre pioche, vous perdez une de vos deux actions, ce qui est assez pénalisant. A vous de mesurer le risque en fonction de ce que vous avez besoin de faire à ce tour. 

Un deuxième levier du jeu réside dans le fait qu’il y ait trois conditions de victoires différentes : vous pouvez vous concentrer sur les 12 arbres à planter (qui limiterons la progression du feu), récolter 12 fleurs magiques, ou encore éteindre 12 flammes pour repousser l’horrible Orbi,

ce qui donne aux parties une sensation de course.

L’objectif de l’extinction des flammes est sans doute le plus fun : il a ceci de particulier qu’il comporte un aspect coopératif (ou sadique selon votre humeur). En effet, à chaque fin de tour, chaque joueur doit posséder suffisamment d’eau dans son jeu révélé afin de ne pas subir les effets des flammes qui apparaissent régulièrement. A vous de choisir : souhaitez-vous éteindre le feu pour accumuler des points de victoire ou bien laisser cramer votre adversaire que vous savez à sec ?

Je ne pense pas nécessaire de développer encore les petits aspects de ce jeu qui en font tout son sel. Car le tour de force que réalise Living forest est de cumuler de petites mécaniques de jeu sans en augmenter la complexité. La prise en main est quasi-immédiate, les mécaniques donnent rapidement une envie de refaire plusieurs parties. Au niveau du matériel, la myriade de petits plateaux, les cartes, les présentoirs pour arbres, en font un jeu à part. J’ai trouvé pour ma part la qualité des illustrations plutôt bonne pour les cartes et les arbres, mais qui auraient pu être réhaussée pour les autres plateaux.

C’est donc sans doute l’addition des mécaniques qui empêchent de le voir figurer dans la catégorie principale, mais soyez assuré qu’il s’agit bel et bien d’un jeu familial autant dans sa difficulté que son thème.

Oltrée

C’est dès l’arrivée des Avengers de gameovert.net à Cannes que nous avons pu tester le second jeu nommé de cette catégorie : Oltrée. Je n’en avais pas du tout entendu parler avant sa nomination mais nous avons été dans les meilleures conditions pour le tester tous ensemble au bar cannois « Le Hive » qui devient un repère incontournable de nos séjours au FIJ !

 

 

Oltrée donne une sensation de gros jeu au premier abord. Sur une thématique médiévale, les joueurs coopèrent en tant que patrouilleurs pour protéger leur fort, explorer sa périphérie et relier les communautés qui y vivent.

L’action se déroule sur un plateau assez grand avec d’une part le fort au centre, qui va progressivement être agrémenté de bâtiments, compétences, fortifications à acquérir, et tout autour du fort, les différentes zones périphériques à explorer ou défendre.

Chaque joueur incarne un rôle qui représente un corps de métier avec des compétences spécifiques. Le but étant bien sur une coordination optimale au sein de l’équipe.

Avec Oltrée il se passe bel et bien quelque chose. Il a pour ambition en partie réussie de combiner stratégie et narration. Car en effet, chaque partie est une histoire dont nous tournons les pages au fur et mesure. Ce petit livre fait partie intégrante de la mécanique du jeu ce qui donne une vraie impression de tissage entre les ressorts d’un jeu de société, et l’immersion dans une histoire. Et rien que pour cela, Oltrée mérite d’être connu. D’autant que j’ai fait l’impasse jusqu’ici sur une de ses principales qualité : il est magnifique. Et on le doit à la patte du fameux Vincent Dutrait. La finesse des illustrations est perceptible immédiatement et cela participe pleinement au plaisir de jeu, notamment lorsqu’on retourne les pages de l’histoire au fur et à mesure.

L’histoire retiendra que les Avengers ont défoncé le dragon lors de notre partie d’initiation.

Je terminerai sur le fait qu’Oltrée peut ainsi rassembler des joueurs que les jeux de rôles rebutent. Ici les mécaniques restent très simples malgré une impression de foisonnement au départ. Ce qui d’ailleurs en fait peut être un point négatif du jeu qui peut donner une sensation d’actions simples répétitives. J’aurais tendance également à dire pour ma part que si la tentative d’amener de la narration dans un jeu est vraiment à saluée, elle pourrait être amplifiée pour éviter un petit sentiment « prétexte » du fait que l’implication dans l’histoire n’est pas forcément nécessaire pour parvenir à nos fins. Mais peut être que cet aspect ce gomme avec les campagnes plus complexes ce que nous vous laisserons découvrir si le coeur vous en dit !

Nouvelles Contrées

Il est déjà temps de refermer cette catégorie initié par le dernier jeu nommé : Nouvelles Contrées.
Sans doute le jeu le plus original de la catégorie voir presque de l’ensemble de la sélection. C’est à noter tant il est difficile de trouver de nouvelles mécaniques qui ne sont pas une combinaison d’anciennes.

 

 

Dans Nouvelles Contrées, vous jouez avec les romans que vous posséder chez vous dont vous allez lire des passages pour jouer avec les mots et peut être découvrir un sens jusqu’ici caché à votre livre !

Grâce à un astucieux système de marque-pages, les joueurs coopèrent pour trouver à quelle thématique a pensé le lecteur de ce tour parmi plusieurs exposées sur la table. En plus de cela, plusieurs petits défis peuvent être réalisés par les joueurs pour accumuler davantage de points qui cette fois-ci vont concernés les mots et les lettres du texte (ex : la lettre x est elle présente au moins deux fois ? y a-t-il au moins 5 mots de moins de trois lettres ? ). Lors de la lecture, il s’agit donc de se concentrer en même temps sur le sens du texte, que sur sa composition.

Les illustrations et le matériel sont très bien produits.
Je ne vous cacherai pas que les Avengers ont fait l’impasse du test de ce jeu (malgré plusieurs sollications de Trollinet !). Sans doute qu’il n’y avait pas assez d’amateurs de jeux autour des mots.

Cependant, je pense que ce jeu peut véritablement s’installer durablement dans le paysage ludique. Il propose une expérience unique et raviront très certainement les littéraires tout en pouvant amener d’autres publics à découvrir le rapport au livre différemment.

Quoi qu’il en soit, cette année il n’y aura pas eu de surprise. Living forest a obtenu le prix, ce qui semble bien mérité.

 

Catégorie principale : l’As D’or 2022.

Nous terminons la revue de ces As d’Or 2022 par la catégorie principale venant remettre le prix du meilleur jeu 2022. Un prix bien sur très attendu et qui sera toujours plus en vue que les autres.

Un petit aparté à ce stade pour expliquer que nous ne parlerons pas de la catégorie enfant. Aucun membre de l’équipe n’a véritablement pu s’y intéresser suffisamment pour pouvoir en dire quelque chose. Il s’agit d’une catégorie pouvant pourtant receler de vraies pépites, bien sur en direction des enfants mais avec parfois des expériences qui réunissent tout la famille.

Venons-en donc aux nommés de la catégorie principale : Seven Wonders : Architects, Happy City, et Cartaventura.

Bon, alors autant vous le dire tout de suite : on est pas sur du grand cru ! Un avis peut être sévère mais qui nous a semblé assez partagé globalement. La victoire d’aucun de ces trois jeux n’auraient véritablement créer la sensation.

Je distinguerai cependant tout de suite Cartaventura, mon gros chouchou personnel, qui fait figure d’intrus au sens positif. En effet, il n’était pour nous pas favori non pas du fait de sa qualité qui me semble vraiment très grande (j’ai acheté les trois versions !)  mais de part son positionnement. Plongeons d’ailleurs directement dans ce jeu afin de mieux comprendre pourquoi.

 

 

Cartaventura c’est un jeu d’aventure narratif à la manière des livres dont vous êtes le héros mais ici avec des cartes qui vont progressivement constituer le territoire du jeu. Il peut donc se jouer seul, mais aussi à plusieurs en discutant des choix à réaliser. Sans doute que le jeu donne son meilleur à deux ou maximum à trois ce qui laisse tout sa place aux échanges et débats.

Donc, comme à la manière des livres de votre enfance, vous aurez à faire des choix pour votre personnage qui vont vous renvoyez, via un système numéroté, à d’autres cartes qui soit continuent la narration, soit construisent le territoire et vous propose d’autres choix à faire.

Ce qu’il faut savoir, c’est que Cartaventura est construit à partir d’histoires vraies, se référent à chaque version à une époque et une région différente du monde (il en existe trois et la quatrième arrive bientôt).

La première fût l’Islande à l’époque de la christianisation, la seconde vous enmène à Lhassa au Tibet au début du XXième siècle sur les traces d’une exploratrice célèbre, la troisième vous transporte en Oklhaoma en 1861 et donc du far west, et la quatrième dans le désert Saharien en 1331 au départ d’une caravane en direction du Moyen orient.

Sa force est donc de vous immerger dans un terroir précis que l’on vous fait découvrir en vous identifiant à un personnage et ses enjeux.

Un énorme travail a été fait à l’aide d’historiens pour la conception du jeu et cela se ressent. L’équilibre entre le bagage historique, l’aspect ludique et la légerté de l’ensemble est très bien trouvé.

A chaque aventure, il existe cinq fins différentes de l’histoire que vous devrez toutes atteindre en rejouant et en tentant de trouver les passages pour y parvenir.

Là aussi, le travail d’illustrations est superbe et suffit à lui seul à donner envie d’y aller.

Une seule édition de Cartaventura, c’est 12 euros, dans une petite boite passe partout.  Effectivement, vous devinez que la rejouabilité est forcément limitée, mais l’objet en lui-même est suffisamment beau pour ne pas avoir l’impression de vous retrouver avec un jeu de carte à remiser comme cela peut arriver dans d’autres one-shot game.

Peut-être aurez vous compris ce qui fait de ce jeu à la fois un objet original, de très grande qualité, qui valait donc d’être reconnu par sa nomination, mais dont il est difficile d’en faire le jeu de l’année de part un positionnement spécifique. Pour ma part, cela aurait tout de même été mon choix, et j’aurais trouvé cela osé de la part du festoche de le mettre en valeur.

Mais venons en aux concurrents pour cet As d’Or 2022.

Seven wonders : Architects.

L’archi favori de la catégorie, c’est Seven Wonders : Architects.

 

 

Il ne s’agit pas d’une extension mais d’un jeu tout à fait à part de Seven Wonders (j’ai découvert qu’on appelle ça un « stand alone »). Seven Wonders fait partie des grands classiques du jeu contemporain et donc si ce nom ne vous dit rien : bienvenue dans le monde du jeu ! Il avait notamment popularisé la mécanique du draft.

Dans Architects on retrouve bien sur la thématique ainsi que les items principaux du jeu de base mais le but des concepteurs est d’en épuré au maximum la complexité pour le rendre le plus accessible possible à tous pour des parties courtes.

Chaque joueur a devant lui l’une des sept merveilles qu’il doit construire à partir de la base jusqu’au sommet en engrangeant pour chaque partie un nombre de ressources soit toutes identiques soit toutes différentes. Pour ce faire, la mécanique est on ne peut plus simple : des paquets de pioches sont placées entre chaque joueur (face découverte) et un dernier au centre de la table face cachée : à votre tour, vous pouvez piocher soit dans l’un des paquets à votre droite ou à votre gauche en voyant ce que vous piocher ou prendre le risque de la pioche commune mystère.

C’est ici qu’on retrouve un peu du jeu de base : vous aurez le choix de faire des points soit en construisant votre merveille, soit en participant aux guerres qui ne manqueront pas d’arriver, soit en misant sur les découvertes scientifiques vous donnant accès à des bonus.

Une partie des Avengers l’ont testé mais il n’aura pas laissé grande trace, ou même à l’inverse une vraie déception. Autant j’aime les jeux qui rassemblent mais ici on a l’impression de ne pas faire grand chose. Le choix est très limité, et les ressorts sont faibles. On a selon moi quasiment à faire à un jeu d’apéro mais dont le fun m’échappe quelque peu. Le buzz semble tout de même en grande partie surfer sur le succès de son grand frère.

Happy City

Enfin, le troisième nommé fût : Happy City.

Happy City est un jeu tout mignon et plein de couleurs, sur la thématique de construction d’une ville. L’ambiance pop en fait un jeu immédiatement très sympathique.
Le but étant pour chacun de construire la ville à la fois la plus peuplée et la plus heureuse. C’est la multiplication de votre population et de votre niveau de bonheur qui vous donnera votre score final.

 

 

Le fonctionnement du jeu est très simple : à partir d’un premier bâtiment que vous possédez par défaut et qui représente le début de votre ville, vous aller acheter de nouveau bâtiments présents sur l’une des trois lignes d’achats. A votre tour, vous commencer par nettoyer partiellement la ligne d’achat si vous le souhaitez et faites apparaitre de nouveaux bâtiments disponibles. Puis vous pouvez en acheter un pour le placer directement dans votre ville avec les effets permanents indiqués : soit cela augmente votre population, soit votre niveau de bonheur, soit votre revenu.

Vous l’aurez compris, il vaut mieux miser sur le revenu au départ pour avoir les coudées franches au cours de la partie. Il existe en plus de cela des bâtiments bonus qui peuvent donner droit à des effets supplémentaires. Ces bâtiments sont déblocables avec des conditions de couleurs de bâtiments présents dans votre ville. Cette mécanique rappelle à beaucoup de joueurs le fameux Splendor (lui aussi un classique).

Cette dernière réflexion va d’ailleurs mettre un sérieux coup à Happy City. Autant son ambiance est plus fun et sympathique, autant il ne semble pas apporter grand chose de nouveau par rapport à ce qui existe et notamment à l’excellent Splendor, que l’on ne peut que vous conseiller.
Peut être Happy City peut-il être préféré en jeu d’apéro pour des parties plus rapides par exemple à midi au bureau où effectivement il pourra faire très bel effet !

Ainsi, ces deux derniers jeux nous ont laissés assez circonspects sur la sélection de cette catégorie principale. Je me suis demandé après coup si ça n’était pas lié à l’apparition de la nouvelle catégorie « initié » ce qui aurait peut être poussé le jury à forcer la démarcation en choisissant des jeux particulièrement simples, au risque du coup du simplisme.

Vous l’aurez compris j’aurais pour ma part souhaité voir Cartaventura créer la surprise mais nos pronostics ce sont avérés justes avec la victoire de Seven Wonders : Architects !
L’avenir nous dira si Architects restera davantage dans les mémoires que ses concurrents !

Nous voici arriver au terme de cette revue de l’édition 2022 de la remise des As d’Or. Merci de nous avoir lu jusqu’au bout en espérant avoir peut être suscité des envies de jeux !

Nous vous donnons rendez-vous dans les prochaines semaines pour d’autres articles liés au FIJ 2022 avec notamment des interviews de créateurs de jeux !

 

Tournesol

 

A propos de l'auteur