28 septembre 2022

GameOvert.net

Le blog sur les jeux et les joueurs depuis 16 générations

5 jours, 5 rédacteurs, 1 Festival des jeux 2022

En l’an de grâce 2022, le Festival International des Jeux réouvrait ses portes, après 1 an d’absence. Autant vous le dire tout de suite, on était super excité de pouvoir y retourner. Nous sommes donc partis en ce mercredi 23 février en direction de Cannes avec toute la team des Avengers de Gameovert.net

                 

                        En l’an de grâce 2022, le Festival International des Jeux réouvrait ses portes, après 1 an d’absence. Autant vous le dire tout de suite, on était super excité de pouvoir y retourner. Nous sommes donc partis en ce mercredi 23 février en direction de Cannes avec toute la team des Avengers de Gameovert.net : Yue, Tournesol, Trollinet, DuponT et moi DuponD. Après les formalités d’usage pour la récupération de l’appartement (a littéralement 100m du festival) et nos courses, on s’est plongé direct dans le vif du sujet avec une « petite » partie de Root, jeu asymétrique dans lequel on joue un peuple de la forêt. Chacun des peuples à une façon très particulière de jouer et de marquer des points de victoire. Trollinet nous avait bien briefé avant et donc nous nous sommes lancés dans ce sujet que nous n’avions pas pu tester il y a de cela 2 ans. Après 4h de combat acharné c’est finalement Tournesol qui remportera la partie avec son peuple des chats (oui oui ces bestioles qui veulent conquérir l’univers et asservir les humains…). Il était déjà 20h30 quand on a décidé d’aller au Hive, ce bar/restaurant à jeu que nous avions découvert en 2020 et qui est devenu une étape incontournable de notre périple en terre de Cannes. Ainsi et comme pendant toute la durée du festival, le Hive fait tester des jeux nominés aux As d’Or 2022 aussi on s’est lancé dans une partie d’Oltrée, très bon jeu d’Antoine Bauza et illustré par le tout aussi excellant Vincent Dutrait, jeu coopératif et narratif dans lequel on joue des patrouilleurs qui vont devoir renforcer les défenses de leur château pour survivre à de terribles évènements. Ils vont devoir à leur tour chercher des ressources, aider les populations, résoudre des péripéties tout en évitant que certaines régions soient submergées par les ennuis. Mais Tournesol vous en parlera de manière plus détaillée dans un article complet à paraître sur les Nominés aux As d’Or de cette année. Nous avons quand même obtenu une victoire éclatante après 3h30 de partie et gardons un bon souvenir de cette première soirée du festival où on a pu rencontrer les copains de Trollune (boutique de livres et de jeu de société sur Lyon).

 

 

 

La journée du jeudi est pour nous la plus chargée. En effet, ce jour, le festival est ouvert uniquement aux professionnels du milieu ludique et à la presse. Du coup on récupère tôt le matin nos accréditations presse et on commence notre périple. Notre groupe de 5 se scinde pour couvrir plus de terrain. D’un côté Trollinet et Tournesol qui se vont se défier sur la version 2 joueurs de Sobek, dont le but est de réaliser des commandes d’ingrédients en déplaçant une Ankh (clé de Vie égyptienne) en ligne droite (horizontale, verticale ou diagonale) selon les marquages de cartes récupérées. Chaque carte laissée en chemin sur la ligne ira dans votre zone de corruption et pourra influer sur vos points en fin de partie. Vous aurez la possibilité aussi de récupérer des personnages qui auront différents effets. Il faut faire des groupes de 3 cartes ingrédients/matières premières pour pouvoir les posées et ainsi marquer des points. La partie se termine quand il n’y a plus de tuiles à poser sur le plateau ou que l’un des joueurs est bloqué. De l’autre côté, Yue, DuponT et moi-même sommes allés patienter sur le stand des Lumberjacks pour tester la version Amazonie de leur jeu Trek 12. Contrairement à la dernière fois, ils ne servaient pas de café (pandémie oblige) mais on a quand même passé un bon moment sur ce jeu de roll and write ou l’on doit remplir sa fiche tous ensemble en fonction du jet de dés d’un joueur, on pourra soit additionner, soit soustraire, soit multiplier les dés, soit prendre le plus grand soit le plus petit de dés. Mais attention, chaque choix est limité à 4 aussi il faut bien choisir son opération. Le but ici est de faire des chaines de nombres consécutifs ou alors des zones de nombres identiques. Tout cela dans un jeu évolutif car la réalisation d’objectifs vous permettra d’ouvrir des enveloppes qui rajouteront du gameplay au jeu. La version Amazonie est moins punitive que son grand frère car sur une fiche il y a plus de case que d’opérations possibles aussi on se retrouve moins coincé pour marquer nos points. De plus, elle rajoute la mécanique d’observation d’animaux : en effet, un nombre va être associé à un animal et vous marquerez des points en fonction du nombre de fois où vous l’aurez vu, c’est-à-dire du nombre de fois où vous aurez noté le nombre correspondant sur votre feuille. Un moment bien plaisant en tout cas pour se mettre en jambe.

 

 

Nous nous sommes ensuite retrouvés pour tester le jeu Unmatched de Iello, jeu d’opposition dans lequel nous incarnons un personnage avec des capacités spéciales et dont le but est de faire perdre des points de vie aux adversaires par un système d’utilisation de cartes. C’est bien penser, imaginatif avec de superbes illustrations et la possibilité de mixer différents personnages de différentes boites pour plus de diversités et de fun. Malheureusement on s’est fait un peu virer avant la fin de la partie car un groupe avait réserver une table mais on le retestera un autre jour et ce coup-ci on ira bien au bout (et c’est finalement Tournesol avec le personnage de Méduse qui aura raison de nous). Du coup, alors que Yue et DuponT sont allés chiner quelques trouvailles sur les stands de jeux de rôle (Yue vous fera d’ailleurs un article complet sur ce qu’il a pu apercevoir en matière de jdr), Trollinet, Tournesol et moi-même sommes allés nous défier sur 7 wonders Architects, le nouveau venu de la gamme 7 wonders et nominé aux As d’Or 2022 (spoiler alert, il a remporté le prix de l’As d’Or du jeu de l’année). Une partie rapide mais finalement pour les gros joueurs que nous sommes ce fut une petite déception car on a senti ici une version hyper simplifiée du jeu de base. Il ravira à n’en pas douter les familles et les joueurs occasionnels mais finalement pas nous. Le temps de tous se retrouver et on enchaine avec une partie de Happy City, lui aussi nominé pour les As d’Or catégorie jeu de l’année. Là aussi les avis divergent, il a plu à certains et à d’autres non (idem, Tournesol vous fera un bel article sur les nominés aux As d’Or 2022). Ici nous avons un Splendor like, c’est-à-dire qu’on va amasser des richesses et des cartes qui vont nous permettre d’acheter d’autre cartes, cependant, seulement 3 cartes seront disponibles au début du tour de chaque joueur aussi peu de choix sont possibles. Le but étant d’obtenir 10 bâtiments et dans ces bâtiments, obtenir un maximum de personne et de cœur qu’il faudra multiplier pour obtenir un score final. Et à ce petit jeu c’est DuponT qui possèdera la ville la plus heureuse. Et pour finir la matinée, nous sommes retournés sur le stand de Iello pour tester le jeu narratif et coopératif Les Aventures de Robin des Bois. Dans ce jeu, nous incarnons tous un héros de l’univers du hors la loi et allons devoir réussir un certain nombre de mission en un temps imparti. A la manière d’un war game, nous allons devoir utiliser des réglettes représentant le personnage choisi pour se déplacer (ce qui occasionnera quelques conflits dans l’équipe) avec un mécanisme d’ombre et de lumière pour éviter d’être intercepté par le terrible sheriff de Nottingham et ses sbires. De plus, le plateau dispose de petites « tuiles » intégrées que l’on va pouvoir retourner en interagissant avec elles. Le tout sous les yeux d’un narrateur qui nous expliquera ce qu’il se passe en fonction de l’ordre des joueurs et des actions de ces derniers. Un jeu bien sympathique et immersif. La pause déjeuner étant salutaire pour notre santé mentale et nous permettant de reprendre des forces, nous enchainons l’après-midi avec le test de Spicy de Iello, jeu qui ressemble au Perudo mais avec des cartes. C’est un jeu de bluff où l’on va devoir se débarrasser de sa main tout en amassant un certain nombre de points. Au début du tour d’un joueur, ce dernier va formuler une annonce d’un nombre avec une épice puis la mettre face cachée. Le joueur suivant devra surenchérir dans la même épice, ou alors traiter le joueur de menteur sur une des caractéristiques de la carte, à savoir le nombre ou l’épice. Il existe aussi des jokers qui remplacent n’importe quelle épice ou n’importe quel nombre. Si un joueur qui a traité un autre de menteur à raison il récupère les cartes qu’il pose à côté de lui, sinon c’est son adversaire qui les récupère. La partie se termine quand 3 personnes ont vidé leur main, on compte ainsi le nombre de cartes obtenues et le plus grand total l’emporte. A ce petit jeu c’est Yue qui nous a bien eu. Cela nous a servi d’attente pour ensuite finir de tester Unmatched et finir une partie complète.

 

 

 

La suite a été un moment très fort de notre séjour car nous avons la chance exceptionnelle de pouvoir discuter avec Bruno Cathala, l’un des sinon le plus grand auteur de jeux de société français. Il est notamment l’auteur de 7 wonders Duel, Kingdomino, Five Tribes, Mosquito Show, Gold River, Imaginarium, Abyss, Jamaica… Un échange passionnant sur le métier d’auteur et sur le monde du jeu en général, on vous prépare d’ailleurs un retour complet sur l’interview que nous avons eu la chance de mener!

 

 

On lève les yeux et il est déjà 16h30, alors on continue un peu nos divagations les yeux pleins d’étoiles après cette belle rencontre ! Alors que Trollinet et Yue iront sur une autre interview (article à venir également 😉), on ira tester avec Tournesol, DuponT et moi Savannah Park un jeu de Super Meeple. Dans ce jeu de tuile il va falloir essayer de connecter un maximum d’animaux du même genre autour d’un point d’eau pour scorer. La mécanique est assez sympa vu que nous commençons avec toutes les tuiles retournées et on va les retournées une par une mais chacun en même temps. La contrainte sera de ne pas replacer la tuile ou on l’a prise.  Un jeu de placement et de gestion, plutôt cool même si le design n’est pas exceptionnel. Une belle découverte. On en profitera pour réserver une table pour jouer avec Tournesol à la dernière bombe ludique annoncée, Ark Nova (petit jeu de 2h30 à 2 joueurs dont les tables étaient réservées jusqu’à samedi soir, et on est que jeudi après-midi !!).Cela clôturera nos tests de la journée, une journée assez riche finalement, la chance de posséder un badge Presse grâce au maitre Pokémon Grobiduch nous a permis de profiter du salon ce jeudi sans trop de monde sur les stands ce qui ne sera pas la même les prochains jours.

 

 

 

Et qui dit journée pro dit cérémonie des As d’Or. Déjà un peu galère pour y accéder mais finalement on se fraye tous un chemin à l’étage. Pour patienter, petite partie interactive de Trek 12 Amazonie projetée sur grand écran. Le maximum de point est 50, on arrivera à 48 donc pas mal 😉. Cérémonie présentée par Simon du Passe-Temps (boutique de jeu sur Toulouse qui fait pas mal de vidéos avec ses acolytes sur YouTube) et Martin Vidberg (un Monde de jeux). Après une petite vidéo des présentateurs habituels de Es-tu game ? (Bloqués au Canada pour cause COVID), les vainqueurs sont révélés au fur et à mesure. Tout d’abord l’As d’Or enfant remporté par Bubble Stories de Matthew Dunstan (auteur du jeu Monumental) chez Blue Orange, le 1er As d’Or initié est remporté par Living Forest de Aske Christiansen chez Ludonaute, l’As d’Or Expert est remporté par l’ultra favori Dune : Imperium de Paul Dennen chez Lucky Duck Games et enfin l’As d’Or jeu de l’année est remporté par 7 wonders Architects d’Antoine Bauza chez Repos Production.

On finira la soirée tranquille à l’appart autour d’Althing puis de Nidavellir histoire de bien finir une journée finalement bien chargée !

 

 

 

Le vendredi sera une journée bien remplie également. On commence direct à 9h par un petit Maka Bana en version géante. Dans ce jeu de bluff et de construction nous essayons sur une ile de construire un maximum de cabane pour marquer un maximum de point. Plus il y a de cabanes à côté et plus on marque de points. Un tour de jeu se passe de la manière suivante. Chacun va choisir une plage, un lieu et un symbole où il va construire sa cabane. Il révèlera ensuite 1 élément aux autres. Ensuite, chacun son tour, les joueurs vont pouvoir poser leur Tiki (totem polynésien) sur un emplacement de la carte, soit pour verrouiller un lieu, soit pour empêcher une construction adverse car là où il y a un tiki, on ne peut pas construire de cabane. On a également la possibilité de repeindre une cabane 2 fois dans la partie pour bloquer un joueur ou juste par plaisir ^^. La partie se termine quand tous les emplacements d’une plage sont occupés. Découverte sympa qui nous permettra de jouer tous les 5 ensembles car les places se feront chères et peu de jeux nouveaux nous permettront de jouer à 5. Yue et DuponT iront réserver une place pour jouer à Conquest dont on vous reparlera un peu plus tard 😉. On tentera en vain de tester Living Forest ou Iki, 2 jeux nominés aux As d’Or mais le temps d’attente nous refroidira (et pas de possibilité de réserver une table pour plus tard). On profitera donc de la fin de matinée pour passer au stand pro de Neoludis et dire coucou aux copains d’Arackhan Wars sur leur stand. On en profite également pour découvrir les nouveautés chez Lucky Duck Games et Origames, notamment Honey Buzz, jeu qui a eu un financement participatif il y a de cela 1an et demi et qui va bientôt sortir, je vous ferai un article dessus plus tard vu que j’ai la chance de l’avoir à la maison. Par contre, contrairement aux autres années on ne pourra pas accéder au stand pro de Iello car apparemment il fallait une réservation (infos qui n’a jamais été annoncée en amont du festival). Du coup on fait une pause repas à midi pour être en forme pour l’après-midi.

 

 

 

Pendant que nous arpenterons les stands Jdr avec Yue et DuponT, Trollinet en profitera pour faire ses emplettes avant de nous quitter en ce vendredi après-midi et Tournesol ira voir le jeu Turbulences dont il vous avait déjà parler il y a 2 ans. Alors que Yue et DuponT iront tester Conquest, avec Tournesol nous ferons un petit tour complet du festival qui affiche déjà plein (les entrées seront bloquées dans l’après-midi pour les visiteurs pour raisons de sécurité et ce même samedi et dimanche). En parlant de Conquest, il me semble que DuponT avait quelque chose à dire dessus :

« Je dirais même plus, mon 1er coup de cœur de ce FIJ : Conquest un jeu de figurine type wargame, produit par Para Bellum Games, et pourtant je dois vous l’avouer, je suis totalement novice en la matière. Mais je vais tout de même vous donner mon ressenti. Conquest est un jeu de Wars Games avec 5 factions :

Les cents royaumes (les humains), les flèches (des elfes modifiés), les Dweghoms (des nains tueurs de dragon), les Nordiques (la mythologie nordique), le W’adrhûn (des orques chevaucheurs de dinosaures). Et bientôt une 6ème (L’ancien Dominion) qui devrait sortir au 1er Trimestre 2022.

Celles-ci ont chacune leur force et leur faiblesse, les figurines sont magnifiques et les détails sont époustouflants, vous verrez par vous-même leur beauté. Les parties sont assez fluides et les règles plutôt simples à comprendre même pour un novice tel que moi. Les parties durent en moyenne 1 à 2h, ce qui est plutôt rapide pour un WarGame. Les factions sont plaisantes à jouer, les mécanismes de jeu sont plutôt simples et j’ai passé un superbe moment avec Yue. »

 

 

 

C’est là où on se rend compte de la désertion de certains éditeurs pour le festival cette année (par choix ou blocage dû au COVID). Beaucoup de stand ont été laissés vide (celui d’Asmodée sera transformé en table pour le repas) que ce soit côté tout public ou côté enfant. D’ailleurs, on remarque que niveau mise en scène, c’est un peu moins fourni que les autres années et que l’accent a été mis sur les jeux à licence (Yu-Gi-Oh, Pokémon, Marvel…) avec finalement peu de création et thème original sauf quelques exceptions, notamment chez Loki. Une bonne nouvelle viendra se rajouter en fin de journée. En effet nous aurons la chance de pouvoir interviewer Josselin Grange, illustrateur et directeur artistique ayant travaillé sur de nombreux jeu de société et jeux de rôles. On vous prépare le retour de cet entretien oh combien intéressant pour un prochain article. Le temps de finir cet entretien et il est déjà 19h, le temps de rentrer se préparer pour notre dernière interview du festival avec nos amis d’Arackhan Wars. On a décidé de faire cela au Hive, en mode tranquille. Finalement ce ne sera pas si tranquille car le Hive affichera complet ce soir-là et les prochains mais malgré le bruit on passera un excellent moment avec Lyesse, Mickaël et Axel a parlé de jeux de société, jeu de rôle, musique et surtout donc d’Arackhan Wars, leur petit bijou. Là encore un gros article est en prévision et arrivera bientôt.  Juste le temps pour DuponT et moi de faire un petit tour aux nuits du Off avec Lyesse et Mickaël. On remarque que beaucoup de prototypes possèdent déjà un matos assez avancé mais on arrive finalement à découvrir quelques petits jeux fait uniquement de papier et de carton. Pour infos les nuits du off permettent à de jeunes auteurs de jeu de pouvoir faire tester leurs prototypes aux gens, de rencontrer certains éditeurs également. C’est d’ailleurs là qu’on a connu il y a 3 ans Arackhan Wars. A notre arrivée vers 0h15-0h30 on remarque aussi que quelques tables se vident car les journées sont longues et il va falloir tenir encore samedi + samedi soir et dimanche.

 

 

 

Samedi sera un jour encore productif même si ce sera le jour où Yue et DuponT nous quitterons. Du coup comme leur train est prévu en fin de matinée, on arrivera relativement tôt pour pouvoir tester quelques jeux avant leur départ. On essaiera Living Forest une nouvelle fois mais à 9h02 toutes les tables seront occupées. On décide alors de tester Hades Trap, un jeu dont DuponT avait participer à la campagne de financement participative. Petit jeu d’exploration de donjon avec une charte graphique très jeu de société années 80. Victoire sans appel de DuponT qui finira donc en beauté ce festival. D’ailleurs DuponT, qu’est-ce que tu en as pensé, toi, de ce jeu :

« Et bien j’allais le dire, mon cher DuponD ! Mon dernier coup de cœur à vous proposer avant de rentrer est : Hadès Traps et sa boite à l’allure de console NES, je me suis laissé emporter le temps d’une partie (30 min) au bon souvenir de ces anciens jeux de première génération et ses gros pixels, le tout proposé dans un jeu de plateau. En effet le jeu Hadès Traps consiste à s’échapper du labyrinthe garder par le méchant Minotaure, et de récupérer des médaillons disséminer dans toute la map. Mais il n’y en aura pas pour tout le monde et tous les héros ne pourront pas s’en sortir. Dans Hadès Traps vous jouez des héros de la mythologie grecque qui doivent s’enfuir du labyrinthe gardé par le terrible Minotaure en déplaçant des tuiles pour le bloquer ou l’envoyer sur vos adversaires. Taper les montres, créer des médaillons, ou bien encore récupérer des trésors sont une des manières de récupérer les précieux médaillons éparpillés un peu partout dans le labyrinthe. Plus vous récupérez d’items et moins vous pouvez agir, là étant toute la difficulté. Hadès Traps est un jeu novateur et plein de nostalgie qui m’a procuré un réel plaisir de jeu. En plus de tout cela Hadès Traps possède une campagne legacy ce qui vous permettras de passer encore de très bons moments dessus. Dans la partie que nous avons fait le boss était le Minotaure mais il y en a bien d’autres, ne vous en faites pas. Je ne peux que vous le conseiller, il devrait sortir pour la mi-juin car oui c’était un projet participatif, qui certes a pris du retard par rapport aux délais annoncés, mais qui j’en suis sûr sera de qualité. Un gros travail de création a été faite et je les en félicite grandement pour ce très beau projet. »

 

 

 

Avant de partir, nous testerons également Zoku de Phil Vizcarro, illustré par Josselin Grange avec la participation de notre Yue national et édité par Daedalus. Il s’agit d’un petit jeu de lancer de meeple qui sortira dans l’été. Dans ce jeu à la charte graphique tirée des animés japonais, vous jouez un gang qui va chercher à obtenir des quartiers de la ville. A votre tour vous miserez un certain nombre de meeple sur un quartier. Si personne ne se met sur le même que vous, vous le remportez, sinon il va falloir combattre et c’est alors que vous allez lancez vos meeples dans la boite, le but étant d’être le dernier joueur impliqué avec un meeple vivant (les meeples sont éliminés en fonction de la face sur laquelle ils tombent ou sur leur position dans la boite). Et ce ainsi de suite pendant 10 manches. Celui avec les plus de points (entre les quartiers de la même couleur + la valeur de chaque quartiers) l’emporte. Une très belle découverte qui clôturera bien le festival de Yue et DuponT. Derniers achats Jdr pour ces derniers et c’est déjà le moment de leur dire au revoir.

 

 

 

Et pour Tournesol et moi, les derniers survivants, de se reposer avant une fin de journée chargée. En effet à notre retour dans le festival, c’est bondé de partout, du coup on essaye de se frayer une place jusqu’à une table. On parvient donc à se poser pour tester Dive, un jeu de Romain Caterdjian et Anthony Perone édité par Sit Down. La nouveauté de ce jeu est que vous jouez avec des calques qui s’empilent les uns sur les autres et sur ces calques, on retrouve certains animaux, des tortues, des requins, des poissons, des raies mantas… Le but de ce jeu de stratégie est de faire des prédictions cachées, par exemple sur le premier calque il n’y a rien, puis le second il y a un requin, un aussi sur le 3ème… le twist du jeu réside dans le fait que vous ne recevez de bonus que si vous avez raison et que vous avez miser le plus sur le bon calque. De plus, si vous avez faux sur un calque, toutes les prédictions suivantes sont considérées nulles. Du coup il faudra miser mais pas trop, assurer mais pas trop pour pouvoir avancer sur le plateau. Mécanique bien sympa, avec cependant une petite réserve sur la durabilité de ce beau matériel. On enchainera avec Dexterity Jane, un jeu de Olivier Mahy édité également par Sit Down. Dans ce petit jeu d’ambiance et de dextérité comme son nom l’indique il va falloir faire preuve de concentration et rapidité pour effectuer les missions conférées par les cartes qui seront retournées. En effet a chaque tour on tourne 1 ou plusieurs cartes montrant des mains avec un doigt plié, et il va falloir reproduire ce que l’on voit sur la carte. Mais le sel du jeu réside sur la complexité crescendo du jeu car au premier tour on retourne 1 carte, au deuxième tour 2 cartes, au troisième tour 3 cartes… jusqu’à 10 cartes retournées simultanément. Quand les cartes sont en doublons, on annule les effets. Il existe différents modes de jeu aussi. Le premier a réalisé chaque mission gagne les points correspondants jusqu’à la manche 10. Un bon moment de passé en compagnie de l’auteur du jeu lui-même, une bonne expérience en somme.

 

 

Enfin Tournesol et moi terminerons par le test de Ark Nova, jeu de Matthias Wigge et édité par Super Meeple. Le jeu a fait un énorme buzz positif au salon du jeu d’Essen (un des plus grands salons de jeux de société au monde). Le jeu n’est pas encore sorti d’ailleurs, il devrait être disponible fin mars, début avril s’il n’y a pas de rupture de stock. Parlons du jeu maintenant plutôt que de sa réputation. Déjà c’est un jeu de collection où il va falloir construire et développé son zoo afin d’augmenté son attrait, mais aussi d’effectuer des actions pour la conservation des animaux. Car oui pour gagner il va falloir faire rejoindre l’échelle de préservation avec celle de réputation (qui sont donc opposées). Pour cela chaque joueur dispose d’un certain nombre de cartes dans sa main, d’un zoo où il pourra construire des enclos pour ses animaux mais aussi des émissaires qu’il pourra envoyer pour effectuer des missions humanitaires ou de mécénat. Chaque tour vous pourrez effectuer une action parmi 5 (construction, animaux, mécénat, cartes et associations. Ces actions sont réparties sur une frise allant de 1 à 5 limitant donc vos choix sur la « puissance » de l’action a réalisé. Une fois effectuée, l’action est remise au niveau 1 et toute celle avant monte d’un cran (exemple : j’ai mon plateau comme suit : Construction 1, mécène 2, animaux 3, cartes 4 et association 5. Je décide de faire une action association à 5. A la fin de celle-ci je mettrais ma carte associations au niveau 1 et ferai avancer les autres d’un rang, j’aurais donc Association 1, Construction 2, Mécène 3, Animaux 4 et Cartes 5). C’est un jeu de gestion où vous aurez un grand nombre de possibilité de marquer des points, à vous de choisir la meilleure stratégie. La rejouabilité est très importante. Je trouve illustrations très belle (genre Wingspan) ce qui n’est pas trop le cas de Tournesol. Petit bémol (si ça en est 1), l’explication des règles prend environ 30 à 40min et il faut compter 2h30 environ pour une partie à 2 joueurs. Même si nous avons globalement bien apprécié le jeu, notre expérience a été quelque peu terni par les 2 autres personnes à notre table, mais bon on s’en fiche, Tournesol a gagné donc voilà 😛 ! On profitera de la soirée pour débriefer sur le jeu mais aussi et surtout pour jouer à Set and Match, jeu de dextérité acheté par Tournesol. Ce jeu reproduit les sensations d’un match de tennis mais sur table. Sur un tapis en néoprène représentant un terrain de tennis (gazon, dur ou terre battue) on joue à la pichenette avec un petit palet en bois et le but est d’envoyer ce palet dans une zone du terrain adverse. On fait progresser le curseur (de 1 à 3 de chaque côté) en fonction du chiffre de la zone atteinte et on marque des points en fonction. On a tellement aimé qu’on y a joué 2h30 pour ce qui était notre dernière soirée du festival.

 

 

 

Dimanche, dernière journée du festival nous laissant jusqu’à 13h30-14h pour profiter avant de prendre notre train. Aussi on a flâné dans le festival pour profiter, d’ailleurs il y avait plus d’animations ce jour par rapport aux autres donc c’était assez cool (décor, cosplay…). On a aussi décidé de patienter pour tester Dice Throne, un jeu d’opposition avec des cartes et des dés de chez Lucky Duck Games. Mais notre attente d’environ 1h n’aura pas été vaine et on a donc pu tester ce jeu que les copains auraient voulu tester. Une opposition à mort entre le Moine Tournesol et le Ninja DuponD allait commencer. Dans ce jeu chacun dispose d’un plateau avec des cartes et des dés qui lui sont propres. Chacun a des capacités spéciales qu’il va devoir activer avec ses lancers de dés pour réduire les points de vie adverses à 0. La possibilité d’influer sur le jet de dés avec ses cartes est plutôt intéressant et évite le côté complètement aléatoire des jets. A chaque tour on pioche une carte et gagne 1 point de combat qui va nous servir à jouer une carte en fonction de son cout, puis on effectue son jet offensif pour activer une capacité. A la fin si une combinaison est réussie on peut réaliser l’action et infliger des dégâts ou des effets à l’adversaire qui pourra ou non se défendre, dépenser des cartes pour modifier les dés adverses ou des jetons pour ne pas prendre de dégâts. Puis une phase de jeu défensive… Un vrai coup de cœur pour Tournesol et moi, avec une prise en main très facile malgré les 15-20min d’explications et une mécanique très fluide. L’histoire retiendra que Tournesol m’a battu mais ça reste un détail ^^. Après les derniers achats d’usage, on se laissera tenter par une partie de Kingdomino Origins, un jeu de Bruno Cathala édité par Blue Orange. C’est un jeu familial d’environ 30min dans lequel il va falloir récupérer des dominos pour construire son royaume au temps de la préhistoire. Pour marquer, il faudra connecter des tuiles de même paysage entre elles avec des feux pour scorer. Ce qui le différencie de Kingdomino c’est qu’il est évolutif avec plusieurs systèmes de jeu : soit tranquillement avec le mécanisme de base de connecter les tuiles et marquer les points en fonctions des feux et du nombre de cases connectées. Mais on peut jouer aussi avec des ressources représentées par des petits meeples Mammouth, Menhir, Champignons ou poissons et chercher à avoir la majorité à la fin de la partie pour marquer des points bonus (sachant que chaque ressource rapporte des points). Et enfin on peut le jouer en mode gestion de ressources en dépensant ses ressources pour obtenir des personnages qui ont différentes manières de marquer. Un jeu qui renouvelle bien son grand frère avec plusieurs manières de jouer en fonction des gens autour de la table. Et voilà, c’est déjà l’heure de prendre le train et de rentrer retrouver nos foyers, les yeux et la tête pleins de supers souvenirs, de découvertes mais aussi de moments passés entre nous, fous rires, discussions… Cela nous avait manqué et en cette période plus que troublée, cette oasis ludique a été une parenthèse enchantée. Il nous reste beaucoup de choses à vous faire découvrir alors restez à l’affût, des surprises vont arriver pendant les prochaines semaines.

 

 

 

 

Je finirais ce retour du FIJ par vous donner notre top 5 du festival pour chacun d’entre nous et vous souhaitant une belle année ludique !!!

Yue :

1/ Interview Bruno Cathala

2/ Interview Josselin Grange

3/ Soirée Arackhan War au Hive

4/ Discussion création dans l’appartement

5/ Test Conquest

 

DuponT :

1/ Interview Bruno Cathala

2/ Interview Josselin Grange

3/ Soirée Arackhan War au Hive

4/ Roots et la bombe atomique

5/ Discutions avec les potos et débats endiablés sur les réglettes

6/ Test jeux zoku, hades …

 

Tournesol :

1/ Super lancement de festoche avec The Crew dans le train, Root tous ensemble et la première entrée le lendemain matin pour 4 jours non stop

2/ Interview de Bruno Cathala

3/ Flâner dans les allées du festoche à découvrir les nouveautés

4/ Interview d’Arackhan Wars et discussions entre nous

5/ Parties sans fin de Set et Match avec DuponD

 

Trollinet :

1/ Les interviews de Bruno Cathala et Léandre Proust, 2 parcours différents mais très intéressants

2/ Se rendre compte que le jeu qu’on a préféré est un Cathala (Sobek à 2)

3/ Un Root à 5 où je me suis bien amusé à essayer de refourguer ma camelote aves les loutres-castors.

4/ Quelques découvertes intéressantes : Oltrée, Happy city, Sobek à 2, Nidavellir.

5/ Le plaisir de consacrer quelques jours exclusivement à sa passion, aux découvertes, aux discussions (merci Yue), à l’immersion dans ce monde de passionnés.

 

DuponD :

1/ Interview Bruno Cathala

2/ Interview, soirée avec les gars d’Arackhan Wars

3/ Le fait d’être tous ensemble et de tester des jeux, de discuter, se marrer, entre potes quoi !

4/ Dice Throne

5/ Ark Nova (pour le jeu et le fun avec Tournesol)

 

 

Yue, Trollinet, DuponT, Tournesol et DuponD

A propos de l'auteur