Battle Chasers : Nightwar

Titre : Battle Chasers: Nightwar
Genre : RPG, Combats stratégiques au tour par tour
Français: textes et voix
Développeur : Airship Syndicate
Éditeur : THQ Nordic
Testé sur version PS4 éditeur et PC Steam. Dispo chez GOG aussi.


ADDON Nintendo Switch: Nous avons reçu la version Nintendo Switch de Battle Chasers Nightwar ce mois de mai 2018, je peux vous dire que hormis une taille plus petite d’écran en mode nomade, ce qui est tout à fait logique, le jeu est toujours aussi bon sur ce support. Un vrai plaisir que de jouer à BCN sur son canapé ou sur sa terrasse. Rien que pour ce plus de mobilité, cette version Switch mériterai presque un 8/10 global. 


Nous sommes peut-être un peu en retard pour vous parler de Battle Chasers : Nightwar, mais ne dit-on pas « Moêleux vautour que j’en mets » ? Non, on ne le dit pas. Mais avant de pouvoir vous causer de la version Nintendo Switch, ici même dans un encart, il n’est pas inutile de vous parler des versions PS4 ou PC. Battle Chasers : Nightwar est inspiré de la BD américaine du même nom, ne reprenant ici  que certains des protagonistes. Il est important de vous dire que je ne l’ai pas lue, et ça ne m’a nullement manqué. L’histoire du jeu vidéo est complètement indépendante des BD Comics.

Plaçons le décor de cet opus vidéo ludique Battle Chasers: Nightwar: une équipe de cinq mercenaires, partis à la recherche du père de l’un d’entre eux (Gully), se fait attaquer en plein vol à bord de leur bateau-dirigeable. Après une longue chute, vous voilà sur l’île du Croissant. Ce lieu a visiblement de gros soucis avec un mal étrange et, de fait, nos amis décident de mettre la raison de leur voyage en pause pour éradiquer tout ça. Au début vous jouerez Gully, seule, et il faudra retrouver le reste de l’équipe, disséminée un peu partout sur le territoire après la chute.

En tout et pour tout, vous réussirez à regrouper 6 héros (Alumon sera rencontré plus tard).

Malgré ce panel de héros, tous différents, vous ne pourrez en jouer que trois à la fois. Sachant que les persos que vous laisserez à l’auberge, n’engrangeront pas l’XP gagnée dans les combats. Ce n’est pas dramatique, mais si comme moi, l’envie de tous les utiliser vous démange (car chacun a ses propriétés et pouvoirs bien particuliers), et bien il vous faudra renouveler plusieurs combats en les alternant pour monter leur expérience. Personnellement, j’ai réussi à trouver un équilibre avec Gully en tank, Bretto en soin, et Knolan en DPS+soin. Je ne pense pas que ce soit le combo le plus destructeur, mais ça m’a permis de traverser beaucoup de tourmentes, certes lentement, mais sûrement.

La prise en main de Battle Chasers : Nightwar est très intuitive, et je dirais même après une longue pause -comme nous qui jouons à plein d’autres jeux-  quand on y revient, nous ne sommes pas perdus pour un poil. Un peu comme le vélo, quand on sait en faire, c’est pour la vie. Il y a quelques phases de dialogues pour placer l’histoire, mais ne vous attendez pas à du poussé façon Spellforce 3. La trame ici est juste posée pour induire les combats. Vous vous déplacez sur une map à la sauce Dragon Quest, vous êtes tout petit et quand un monstre est croisé, la phase combat se met en place.

Les combats de Battle Chasers : Nightwar sont géniaux. Ils n’ont rien inventé, loin de là, mais ils ont su les rendre à la fois faciles à maîtriser et, avec le temps, excitants par leur exigence tactique. Au début du jeu, vous trouverez les combats faciles, même trop. Mais, crescendo, ils vont vous faire transpirer, car se battre contre une seule vague, même avec un boss récalcitrant, ça passe easy. Mais dès que vous arriverez à deux, puis trois vagues…,  là vous regretterez de ne pas avoir géré votre puissance.

La puissance, c’est comme le mana, sans elle, les gros coups ne seront pas « lançables ». Et comme c’est du tour par tour, il faudra savoir anticiper. Je vous donne un exemple. Souvent, au lieu de taper un mob, en début de confrontation, je lançais un soin en préventif sur mon tank, Gully, pourtant en très bonne forme. Ça a payé à plusieurs reprises, car pour Gully, se prenant une bonne pêche plus un dot (dommage dans le temps), le soin programmé n’était pas futile. Bref, il y a tellement de manière de remporter un combat, que vous pourrez tout essayer. Plus vous lancerez de gros sort, plus vous aurez une jauge (puis deux…) de méga-puissance qui se remplira. Cette dernière, vous permettra de lancer un super-sort (de soin, de dps, de protection…). Ces deux méga-jauges, sont communes à tout le groupe. Une fois utilisée par un de vos personnages, elle ne sera plus disponible pour les autres le temps qu’elle se recharge, bien sûr.

Sur votre chemin donc, vous trouverez des groupes à combattre, puis des donjons avec plusieurs niveaux de difficulté. Cette dernière impliquant un loot final plus conséquent selon votre choix au départ. C’est très couloirisé, on s’y perd parfois, mais c’est de toute beauté. Vous pouvez même crafter à l’intérieur.

Battle Chasers : Nightwar intègre un système de  craft (artisanat) très facile à appréhender. Il suffit de récolter sur la map lors de vos voyages ou sur les monstres. Ensuite, vous trouverez des établis et, vogue la galère. On peut crafter du bon matos. J’en profite pour parler du loot armures et armes. Il est bien foutu. J’ai horreur des jeux qui vous caguent des tonnes de loot qui ne servent à rien. Là c’est rare, mais très souvent utilisable tout de suite.
L’arbre des compétences et statistiques est facile à comprendre. Il n’est pas aussi exhaustif qu’un Path of Exils, mais on s’en moque ici. J’allais oublier les phases de pêche. Elles sont facultatives. Très sympas au début, et j’avoue qu’avec le temps, je les ai un peu délaissées.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai passé du très bon temps dans Battle Chasers : Nightwar. J’y rejouerai volontiers pour essayer de nouvelles combinaisons de groupe. La version Switch arrive, j’espère pouvoir vous en parler ici. Comme très souvent, THQNordic sait se mettre dans les bons coups. Battle Chasers : Nightwar, SpellForce 3, Pillars of Eternity 2 et j’en passe…

Grobidüch - Général Saucisse
Suivez moi

Grobidüch - Général Saucisse

Redacteur en mi-chef chez Gameovert.net
Joueur mauvais depuis la fin du jurassique, je n'ai pas de préférence (PC, Mac, Consoles, courses, jdr, stratégie, etc...) mon principal but est de vivre de belles histoires et de me marrer accessoirement.
Grobidüch - Général Saucisse
Suivez moi

Les derniers articles par Grobidüch - Général Saucisse (tout voir)

Battle Chasers : Nightwar

Battle Chasers : Nightwar
7.7

Amusement

8.0 /10

Graphismes et musiques

7.0 /10

Gameplay

8.0 /10

Les plus:

  • Très sympa graphiquement
  • Combats certes répétitifs mais excellents
  • le craft et le loot non-kikou

Les moins:

  • Grinder pour monter l'xp des persos laissés à l'auberge.
Précédent Pillars of Eternity II: Deadfire - Aperçu
Next Rise of Industry - En développement

Vous pourriez aimer aussi

Star Wars : Episode 1 Racer – Le Retour

j’ai pu rejouer à Star Wars : Episode 1 Racer grâce à sa ressortie dans le store de GOG.COM ces derniers jours. Ce jeu était sorti en 1999, presque 20 ans, sur consoles et PC.  Je peux vous dire que j’y ai beaucoup beaucoup joué

Jeux Vidéo 0 Commentaire

Real Farm – Pas si real que ça

Difficile de faire concurrence à Farming Simulator. Quelques studios, comme ici Triangle Studios, tentent de prendre des parts de marché, un marché très juteux si on en croit les ventes de FS. Real Farm, pourtant, et je suis triste de vous le dire, n’y arrivera pas.

F1 2015 – PC

Visière du casque baissée, mains sur le volant, pin-up qui tient une ombrelle pour me protéger du soleil, concentration au maximum, je suis bien dans F1 2015 de Codemaster, ceux-ci

0 Commentaire

Aucun commentaire pour le moment

Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Laissez un Commentaire :

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.