Stories: The Path of Destinies

Stories: The Path of Destinies est un action (arcade)-rpg plutôt sympa, qui vous raconte l’histoire de Re(y)nardo le héros renard partant en quête pour sauver le monde. Voilà. Au revoir merci.


StoriesThePathofDestinies_FullGame_Banner_P5_ENGGenre : Action Rpg plateforme

Français : uniquement textes et menus

Editeur / Dev. : Spearhead Games

Version testée: PS4 (existe sur PC)


Mais non pas au revoir, bien au contraire (ça ne veut rien dire je sais). Comme je le dis plus haut, Reynardo doit trouver la solution pour aider la rébellion contre l’envahisseur. Là où  Stories: The Path of Destinies n’est pas mal foutu c’est que vous allez être amenés à faire des choix. Et des choix qui vous amèneront vers, il me semble 25 fins différentes. Personnellement je n’ai pas encore eu le temps d’en faire une seconde, mais je vous garantis que les options qui se présenteront à vous, sont considérablement différentes. On sauve le monde avec l’arme absolue qui risque de faire perdre les cheveux de tous les survivants de ce monde ou libérer Lapino votre pote un peu neuneu sur les bords qui a un plan plus…. subtile ?

Toute l’histoire vous est narrée comme un livre qu’on vous lirait le soir avant de vous coucher. Enfin, pour les plus jeunes d’entre vous n’est-ce pas ? Certains y verront un blablabla lourd, d’autres, comme moi, un récit agréable. Oui, il cause le narrateur. Genre on pourrait lui donner 10 euros pour qu’il la ferme, mais nous sommes de gentils joueurs, et on se laisse bercer. Surtout au début, avec ce petit lapinou qui s’enfuit avec LE livre et qui POUF, se fait défoncer devant nos yeux. Je ne veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais il le méritait. Je ne vous spoile rien, ce sont les 2 premières minutes de jeu.

Avant de me plonger dans Stories: The Path of Destinies, j’avais lu que certains parlaient de « livre dont vous êtes le héros ». Vous savez ces livres dans lesquels on vous demande de jeter les dés, et selon le résultat vous vous dirigez vers un numéro de page pour continuer l’histoire, et bien dans Stories: The Path of Destinies c’est presque ça, sauf que le dé, c’est un choix à valider.

Le gameplay n’est pas le plus fouillé de l’histoire du jeu vidéo, il est très simple et pas désagréable. Comme dans beaucoup de jeu, les actions se développeront au fur et à mesure, par l’intermédiaire du didacticiel de l’intro, mais malgré tout, les combats sont répétitifs. Trop ? A vrai dire, l’histoire m’a happé, je ne prêtais plus attention aux phases d’attaques et parades. Il y a des petits moments d’infiltrations et de puzzles. Rien de bien compliqué vraiment: surveiller le champ de vision de certains mobs, se faufiler derrière eux pour les supprimer, et des leviers, ici et là pour faire pivoter des éléments du décors.

Stories: The Path of Destinies propose un arbre de compétences facile à appréhender, qui consiste essentiellement à débloquer et améliorer des compétences (sans blague?).  Comme l’histoire est (presque) toute tracée, « couloirisée », les seuls moments de liberté seront le pounage de coffres et barils afin de looter des composants pour le craft et l’enchantement.  Nous ne sommes pas dans Life is Feudal hein, tout ceci reste de l’arcade et très succinct.

Concernant les graphismes, c’est du cartoon appuyé par l’Unreal Engine 4. Chatoyant à souhait (j’adore), sans être une claque visuelle. Les environnements sont assez variés, mais restent conventionnels. Les prairies, les cimetières, les grottes, les déserts etc etc etc jalonneront vos péripéties. J’insiste, le plus de ce jeu, c’est son histoire et surtout la progression narrative multi-choix. C’est un jeu vraiment sympatoche (terme disparu depuis 1980) et abordable. Personnellement je ne peux pas vous en dire plus, un jeu, qui se termine en quasiment 1 h, voire 4 pour les vieux comme moi, n’aura pas la profondeur d’un diablo ou Skyrim, et ce n’est pas la volonté des développeurs, mais j’ai vraiment adoré vivre cette histoire (sur 25). Stories: The Path of Destinies est un jeu auquel il faut jouer, tranquille sur son canapé.

Grobidüch - Général Saucisse
Suivez moi

Grobidüch - Général Saucisse

Redacteur en mi-chef chez Gameovert.net
Joueur mauvais depuis la fin du jurassique, je n'ai pas de préférence (PC, Mac, Consoles, courses, jdr, stratégie, etc...) mon principal but est de vivre de belles histoires et de me marrer accessoirement.
Grobidüch - Général Saucisse
Suivez moi

Les derniers articles par Grobidüch - Général Saucisse (tout voir)

Stories: The Path of Destinies

Avis de Grobiduch
7

Amusement

7.0/10

Graphisme

7.0/10

Gameplay

7.0/10

Les plus:

  • Mignon
  • Histoire avec véritables choix
  • Musique
  • Narration
  • Rejouabilité

Les moins:

  • Ca va trop vite, on ne prend pas le temps de se poser
  • Court
Précédent Avec Arxpell, simplifiez-vous la magie
Next [vidéo] Quand M. Chattam parle de jeu de rôles ...

Vous pourriez aimer aussi

Trailblazers

Trailblazers est un jeu de courses de voitures volantes, des speeders si vous préférez, mais avec la particularité de pouvoir peindre la route ! Pour gagner, il faut marquer des points en couvrant la route d’une peinture qui non seulement symbolisera votre clan, mais vous fera aller plus vite.

The Witcher III: Hearts of Stone

Une petite mise au point s’impose: Si vous n’avez jamais joué à la série The Witcher, allez-y. Partez du premier, allez jusqu’au 3, et revenez l’année prochaine pour lire cet

Spintires

Il y a plein de choses que je ne m’explique pas dans la vie. Et pour rester dans notre domaine, je n’arrive pas à décrire pourquoi j’aime ces jeux « vis

4 Commentaires

  1. Trollinet
    mai 25, 16:04 Répondre

    *Penser à mettre des shamallows de côté pour le jour où je jouerai à ce jeu*

    • Grobidüch
      mai 25, 19:29 Répondre

      …ah ouais ok…hum…bon, oui donc là je le recommence en choisissant d’autres pans de l’histoire. Je regrette un truc que je n’ai pas dit, c’est qu’il est impossible de revenir en arrière si on a oublié quelque chose. Alors on peut quand même le voir autrement: recommencer le jeu et tout faire pour avoir la bonne épée pour ouvrir certaines portes ou coffres loupés. Pas très clair, mais je me comprends.

  2. Sylvevert
    juin 02, 19:16 Répondre

    J’ai vraiment aimé ce jeux, ce qu’il n’est pas dis dans le test c’est qu’effectivement il existe plusieurs fins mais qu’une « vrai » fin (pour ne pas spoil 🙂 ). Et pour arriver à cette fin compter une petite dizaine d’heures je dirai.
    Il est vraiment agréable de naviguer entre les histoires, et toutes les finir peut pendre du temps (compter 40 min environ par histoire et il y en a une vingtaine), cependant les quelques bugs qui persistes ( je me suis déjà retrouvé bloqué), les environnements qui reviennent et l’arbre de talent et développement des épées un peu court, nuisent un peu à la rejouabilitée immédiate. Mais je me surprend à me faire une petite histoire de temps en temps.

    Un bon jeu sympa et pas chère, à faire tranquilou 🙂

    • Grobidüch
      juin 10, 07:02 Répondre

      Quel beau teasing Sylvevert 🙂 Je n’ai pas repéré de bug me concernant, peut être parce que l’essentiel de mes aventures ont eu lieu sur PS4 ? Cependant sur PC toujours rien. J’avoue que j’ai poursuivi mes péripéties sur PC, mais qu’à la longue j’ai décroché. Il faut, je pense, laisser quelques semaines avant de repartir à l’aventure. En tout cas, j’aurais dû faire comme cela. Mais comme tu dis, c’est un bon jeu, et surtout pas cher du tout.

Laissez un Commentaire :

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.