29 novembre 2021

GameOvert.net

Le blog sur les jeux et les joueurs depuis 16 générations

Beholder

Beholder version Nintendo Switch

Vous voila propriétaire d'un immeuble installé par le gouvernement totalitaire. Vous devez espionner vos locataires, écouter leurs conversations...

[spacer color= »264C84″ icon= »Select a Icon »]BeholderTitre : Beholder Complete Edition
Genre : Aventure, Indépendant, Stratégie
Français : intégral
Développeur : Warm Lamp Games
Éditeur : Curve Digital
Dispo depuis le : 6 décembre 2018[spacer color= »264C84″ icon= »Select a Icon »]

Voici un portage sur Nintendo Switch d’un jeu sorti en 2017:  Beholder. Il est ici dans sa version Complete Edition, qui, vous l’aurez compris, inclut tous les DLC sortis depuis le lancement de la franchise. Petit résumé pour celles et ceux qui ne connaissent pas Beholder: vous êtes Carl Stein, et vous êtes propulsé propriétaire d’un immeuble par le gouvernement. Un gouvernement totalitaire qui en échange de cet avantage, va vous demander de faire l’espion, la balance, le collabo.

Pour ce faire, il va falloir se la jouer infiltration. Rentrer dans les apparts des locataires quand ils ne sont pas là, acheter des gadgets pour les espionner, etc, et faire votre grosse pourave auprès de votre gouvernement qui ne se lassera pas de vous donner des consignes bien spéciales. Bien sûr, et c’est un des principes de Beholder, vous n’êtes obligé de rien. Mais à trop aider les gens, vous pouvez aussi partir en prison. Beholder va jouer avec votre morale, mais n’oubliez pas que ce n’est qu’un jeu. Serez-vous une grosse balance ? Ou le chevalier blanc de l’histoire ? Beholder a un lore bien à lui, mais à force, tout peut paraître répétitif à la longue; toutefois, il vaut le coup d’être joué au moins pour son ambiance étrange et ses graphismes étonnants.

Et la version Nintendo Switch ? Elle vaut quoi ? Et bien très sincèrement, c’est du copier- coller. Rien à dire, que ce soit niveau aspect graphique et jouabilité, tout est là et bien là. Le seul souci qui m’a un peu gêné c’est le mode nomade. C’est vraiment trop petit, surtout les textes. On est à la limite d’utiliser une loupe. Et j’ai eu beau fouiller dans les paramètres, rien ne permet de les agrandir un peu. En mode TV c’est comme sur un ordi, mais il ne faut pas être trop loin non plus. Vous allez penser que je suis aveugle, non! D’ailleurs ce n’est pas rédhibitoire, c’est tout à fait jouable, même en mode nomade, seulement sachez-le.

Voilà, on ne peut pas dire grand chose de Beholder Complete Edition sur Switch. C’est un bon jeu, certes un peu répétitif pour certains, pas long à finir (mais bonne rejouabilité), et le fait de le voir sur notre console nomade est un bonus on va dire.